Accueil maladies et médicaments Diabète : Diagnostic et Traitement

Diabète : Diagnostic et Traitement

389
7
comment traiter le diabète?
Photo de PhotoMIX Company provenant de Pexels

Aperçu

Le diabète sucré fait référence à un groupe de maladies qui affectent la façon dont votre corps utilise la glycémie (glucose). Le glucose est vital pour votre santé car c’est une importante source d’énergie pour les cellules qui composent vos muscles et vos tissus. C’est aussi la principale source de carburant de votre cerveau.

La cause sous-jacente du diabète varie selon le type. Mais, quel que soit le type de diabète que vous avez, cela peut entraîner un excès de sucre dans votre sang. Trop de sucre dans votre sang peut entraîner de graves problèmes de santé.

Les conditions de diabète chronique comprennent le diabète de type 1 et le diabète de type 2. Les conditions de diabète potentiellement réversibles comprennent le prédiabète et le diabète gestationnel. Le prédiabète survient lorsque votre glycémie est plus élevée que la normale, mais pas suffisamment élevée pour être classée comme diabète. Et le prédiabète est souvent le précurseur du diabète à moins que des mesures appropriées ne soient prises pour empêcher la progression. Le diabète gestationnel survient pendant la grossesse mais peut disparaître après la naissance du bébé.

Symptômes

Les symptômes du diabète varient en fonction de l’augmentation de votre glycémie. Certaines personnes, en particulier celles atteintes de prédiabète ou de diabète de type 2, peuvent parfois ne pas ressentir de symptômes. Dans le diabète de type 1, les symptômes ont tendance à apparaître rapidement et à être plus sévères.

Certains des signes et symptômes du diabète de type 1 et du diabète de type 2 sont:

  • Augmentation de la soif
  • Urination fréquente
  • Faim extrême
  • Perte de poids inexpliquée
  • Présence de cétones dans l’urine (les cétones sont un sous-produit de la dégradation des muscles et des graisses qui se produit lorsqu’il n’y a pas assez d’insuline disponible)
  • Fatigue
  • Irritabilité
  • Vision floue
  • Plaies à guérison lente
  • Infections fréquentes, telles que les gencives ou les infections cutanées et les infections vaginales
    Le diabète de type 1 peut se développer à tout âge, bien qu’il apparaisse souvent pendant l’enfance ou l’adolescence. Le diabète de type 2, le type le plus courant, peut se développer à tout âge, bien qu’il soit plus fréquent chez les personnes de plus de 40 ans.

Les causes

Pour comprendre le diabète, vous devez d’abord comprendre comment le glucose est normalement traité dans le corps.

Comment fonctionne l’insuline

L’insuline est une hormone qui provient d’une glande située derrière et sous l’estomac (pancréas).

Le pancréas sécrète de l’insuline dans la circulation sanguine.
L’insuline circule, permettant au sucre d’entrer dans vos cellules.
L’insuline réduit la quantité de sucre dans votre circulation sanguine.
À mesure que votre taux de sucre dans le sang diminue, la sécrétion d’insuline par votre pancréas diminue également.
Le rôle du glucose

Le glucose – un sucre – est une source d’énergie pour les cellules qui composent les muscles et autres tissus.

Le glucose provient de deux sources principales: la nourriture et votre foie.
Le sucre est absorbé dans la circulation sanguine, où il pénètre dans les cellules à l’aide d’insuline.
Votre foie stocke et fabrique du glucose.
Lorsque votre taux de glucose est bas, par exemple lorsque vous n’avez pas mangé depuis un certain temps, le foie décompose le glycogène stocké en glucose pour maintenir votre taux de glucose dans une plage normale.

Causes du diabète de type 1

La cause exacte du diabète de type 1 est inconnue. Ce que l’on sait, c’est que votre système immunitaire – qui combat normalement les bactéries ou les virus nocifs – attaque et détruit vos cellules productrices d’insuline dans le pancréas. Cela vous laisse avec peu ou pas d’insuline. Au lieu d’être transporté dans vos cellules, le sucre s’accumule dans votre circulation sanguine.

On pense que le type 1 est causé par une combinaison de susceptibilité génétique et de facteurs environnementaux, bien que la nature exacte de ces facteurs ne soit pas encore claire. Le poids n’est pas considéré comme un facteur du diabète de type 1.

Causes du prédiabète et du diabète de type 2

Dans le prédiabète – qui peut conduire au diabète de type 2 – et dans le diabète de type 2, vos cellules deviennent résistantes à l’action de l’insuline et votre pancréas est incapable de produire suffisamment d’insuline pour surmonter cette résistance. Au lieu de se déplacer dans vos cellules où il est nécessaire pour l’énergie, le sucre s’accumule dans votre circulation sanguine.

On ne sait pas exactement pourquoi cela se produit, bien que l’on pense que les facteurs génétiques et environnementaux jouent également un rôle dans le développement du diabète de type 2. Le surpoids est fortement lié au développement du diabète de type 2, mais toutes les personnes atteintes de type 2 ne sont pas en surpoids.

Causes du diabète gestationnel

Pendant la grossesse, le placenta produit des hormones pour soutenir votre grossesse. Ces hormones rendent vos cellules plus résistantes à l’insuline.

Normalement, votre pancréas réagit en produisant suffisamment d’insuline supplémentaire pour surmonter cette résistance. Mais parfois, votre pancréas ne peut pas suivre. Lorsque cela se produit, trop peu de glucose pénètre dans vos cellules et trop reste dans votre sang, ce qui entraîne un diabète gestationnel.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque du diabète dépendent du type de diabète.

Facteurs de risque du diabète de type 1

Bien que la cause exacte du diabète de type 1 soit inconnue, les facteurs pouvant signaler un risque accru comprennent:

Histoire de famille. Votre risque augmente si un parent ou un frère ou une sœur est atteint de diabète de type 1.
Facteurs environnementaux. Des circonstances telles que l’exposition à une maladie virale jouent probablement un rôle dans le diabète de type 1.
La présence de cellules du système immunitaire dommageables (auto-anticorps). Parfois, les membres de la famille des personnes atteintes de diabète de type 1 sont testés pour la présence d’autoanticorps du diabète. Si vous avez ces auto-anticorps, vous avez un risque accru de développer un diabète de type 1. Mais toutes les personnes atteintes de ces auto-anticorps ne développent pas de diabète.
La géographie. Certains pays, comme la Finlande et la Suède, ont des taux plus élevés de diabète de type 1.

Facteurs de risque du prédiabète et du diabète de type 2

Les chercheurs ne comprennent pas entièrement pourquoi certaines personnes développent un prédiabète et un diabète de type 2 et d’autres non. Cependant, il est clair que certains facteurs augmentent le risque, notamment:

  • Poids. Plus vous avez de tissu adipeux, plus vos cellules deviennent résistantes à l’insuline.
  • Inactivité. Moins vous êtes actif, plus votre risque est grand. L’activité physique vous aide à contrôler votre poids, utilise le glucose comme énergie et rend vos cellules plus sensibles à l’insuline.
  • Histoire de famille. Votre risque augmente si un parent ou un frère ou une sœur est atteint de diabète de type 2.
    Race ou origine ethnique. Bien que l’on ne sache pas pourquoi, certaines personnes – y compris les Noirs, les Hispaniques, les Amérindiens et les Américains d’origine asiatique – sont plus à risque.
  • Âge. Votre risque augmente avec l’âge. Cela peut être dû au fait que vous avez tendance à moins faire de l’exercice, à perdre de la masse musculaire et à prendre du poids avec l’âge. Mais le diabète de type 2 augmente également chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes.
  • Diabète gestationnel. Si vous avez développé un diabète gestationnel pendant votre grossesse, votre risque de développer un prédiabète et un diabète de type 2 augmente. Si vous avez donné naissance à un bébé pesant plus de 9 livres (4 kilogrammes), vous êtes également à risque de diabète de type 2.
  • Syndrome des ovaires polykystiques. Pour les femmes, le syndrome des ovaires polykystiques – une affection courante caractérisée par des menstruations irrégulières, une pilosité excessive et l’obésité – augmente le risque de diabète.
  • Hypertension artérielle. Une pression artérielle supérieure à 140/90 millimètres de mercure (mm Hg) est liée à un risque accru de diabète de type 2.
  • Taux anormaux de cholestérol et de triglycérides. Si vous avez de faibles taux de lipoprotéines de haute densité (HDL) ou de «bon» cholestérol, votre risque de diabète de type 2 est plus élevé. Les triglycérides sont un autre type de graisse transportée dans le sang. Les personnes ayant des taux élevés de triglycérides ont un risque accru de diabète de type 2. Votre médecin peut vous informer de vos taux de cholestérol et de triglycérides.

Facteurs de risque du diabète gestationnel

Les femmes enceintes peuvent développer un diabète gestationnel. Certaines femmes sont plus à risque que d’autres. Les facteurs de risque du diabète gestationnel comprennent:

  • Âge. Les femmes de plus de 25 ans courent un risque accru.
    Histoire familiale ou personnelle. Votre risque augmente si vous avez un prédiabète – un précurseur du diabète de type 2 – ou si un membre de la famille proche, comme un parent ou un frère ou une sœur, est atteint de diabète de type 2. Vous êtes également plus à risque si vous avez eu un diabète gestationnel lors d’une grossesse précédente, si vous avez accouché d’un très gros bébé ou si vous avez eu une mortinaissance inexpliquée.
  • Poids. Le surpoids avant la grossesse augmente votre risque.
  • Race ou origine ethnique. Pour des raisons qui ne sont pas claires, les femmes noires, hispaniques, amérindiennes ou asiatiques sont plus susceptibles de développer un diabète gestationnel.

Complications

Les complications à long terme du diabète se développent progressivement. Plus vous êtes diabétique depuis longtemps – et moins votre glycémie est contrôlée – plus le risque de complications est élevé. Finalement, les complications du diabète peuvent être invalidantes ou même mortelles. Les complications possibles comprennent:

  • Maladie cardiovasculaire. Le diabète augmente considérablement le risque de divers problèmes cardiovasculaires, y compris la maladie coronarienne avec douleur thoracique (angor), crise cardiaque, accident vasculaire cérébral et rétrécissement des artères (athérosclérose). Si vous êtes diabétique, vous êtes plus susceptible d’avoir une maladie cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.
  • Lésions nerveuses (neuropathie). Un excès de sucre peut endommager les parois des minuscules vaisseaux sanguins (capillaires) qui nourrissent vos nerfs, en particulier dans vos jambes. Cela peut provoquer des picotements, des engourdissements, des brûlures ou des douleurs qui commencent généralement au bout des orteils ou des doigts et se propagent progressivement vers le haut.

Sans traitement, vous pourriez perdre tout sentiment de sensation dans les membres affectés. Les dommages aux nerfs liés à la digestion peuvent entraîner des problèmes de nausées, de vomissements, de diarrhée ou de constipation. Pour les hommes, cela peut entraîner un dysfonctionnement érectile.

  • Lésions rénales (néphropathie). Les reins contiennent des millions de minuscules amas de vaisseaux sanguins (glomérules) qui filtrent les déchets de votre sang. Le diabète peut endommager ce système de filtrage délicat. Des lésions graves peuvent entraîner une insuffisance rénale ou une maladie rénale terminale irréversible, qui peut nécessiter une dialyse ou une transplantation rénale.
  • Lésions oculaires (rétinopathie). Le diabète peut endommager les vaisseaux sanguins de la rétine (rétinopathie diabétique), conduisant potentiellement à la cécité. Le diabète augmente également le risque d’autres problèmes de vision graves, tels que la cataracte et le glaucome.
  • Dommages au pied. Des lésions nerveuses dans les pieds ou une mauvaise circulation sanguine vers les pieds augmentent le risque de diverses complications du pied. Si elles ne sont pas traitées, les coupures et les cloques peuvent développer des infections graves, qui guérissent souvent mal. Ces infections peuvent finalement nécessiter une amputation de l’orteil, du pied ou de la jambe.
  • Maladies de la peau. Le diabète peut vous rendre plus vulnérable aux problèmes de peau, y compris les infections bactériennes et fongiques.
  • Déficience auditive. Les problèmes d’audition sont plus fréquents chez les personnes atteintes de diabète.
  • La maladie d’Alzheimer. Le diabète de type 2 peut augmenter le risque de démence, comme la maladie d’Alzheimer. Plus votre glycémie est mauvaise, plus le risque semble être grand. Bien qu’il existe des théories sur la façon dont ces troubles pourraient être liés, aucune n’a encore été prouvée.
  • Dépression. Les symptômes de dépression sont fréquents chez les personnes atteintes de diabète de type 1 et de type 2. La dépression peut affecter la gestion du diabète.

Complications du diabète gestationnel

La plupart des femmes atteintes de diabète gestationnel donnent naissance à des bébés en bonne santé. Cependant, une glycémie non traitée ou incontrôlée peut causer des problèmes pour vous et votre bébé.

Des complications chez votre bébé peuvent survenir à la suite d’un diabète gestationnel, notamment:

  • Excès de croissance. Un surplus de glucose peut traverser le placenta, ce qui déclenche la production d’insuline par le pancréas de votre bébé. Cela peut amener votre bébé à devenir trop gros (macrosomie). Les très gros bébés sont plus susceptibles de nécessiter une naissance par césarienne.
  • Hypoglycémie. Parfois, les bébés de mères atteintes de diabète gestationnel développent une glycémie basse (hypoglycémie) peu de temps après la naissance parce que leur propre production d’insuline est élevée. Des tétées rapides et parfois une solution de glucose intraveineuse peuvent ramener le taux de sucre dans le sang du bébé à la normale.
  • Diabète de type 2 plus tard dans la vie. Les bébés de mères atteintes de diabète gestationnel ont un risque plus élevé de développer l’obésité et le diabète de type 2 plus tard dans la vie.
  • Décès. Le diabète gestationnel non traité peut entraîner la mort d’un bébé avant ou peu de temps après la naissance.
    Des complications chez la mère peuvent également survenir à la suite d’un diabète gestationnel, notamment:
  • Prééclampsie. Cette condition est caractérisée par une pression artérielle élevée, un excès de protéines dans l’urine et un gonflement des jambes et des pieds. La prééclampsie peut entraîner des complications graves, voire mortelles, pour la mère et le bébé.
  • Diabète gestationnel ultérieur. Une fois que vous avez eu un diabète gestationnel au cours d’une grossesse, vous êtes plus susceptible de l’avoir à nouveau avec la prochaine grossesse. Vous êtes également plus susceptible de développer un diabète – généralement un diabète de type 2 – à mesure que vous vieillissez.

Complications du prédiabète

Le prédiabète peut évoluer vers un diabète de type 2.

La prévention

Le diabète de type 1 ne peut être évité. Cependant, les mêmes choix de mode de vie sains qui aident à traiter le prédiabète, le diabète de type 2 et le diabète gestationnel peuvent également aider à les prévenir:

  • Mangez des aliments sains. Choisissez des aliments faibles en gras et en calories et plus riches en fibres. Concentrez-vous sur les fruits, les légumes et les grains entiers. Visez la variété pour éviter l’ennui.
  • Faites plus d’activité physique. Visez environ 30 minutes d’activité aérobie modérée la plupart des jours de la semaine, ou au moins 150 minutes d’activité aérobie modérée par semaine.
  • Perdez des kilos en trop. Si vous êtes en surpoids, perdre ne serait-ce que 7% de votre poids corporel – par exemple, 14 livres (6,4 kilogrammes) si vous pesez 200 livres (90,7 kilogrammes) – peut réduire le risque de diabète.

N’essayez cependant pas de perdre du poids pendant la grossesse. Discutez avec votre médecin du poids sain que vous pouvez prendre pendant la grossesse.

Pour maintenir votre poids dans une fourchette saine, concentrez-vous sur les changements permanents de vos habitudes alimentaires et d’exercice. Motivez-vous en vous rappelant les avantages de la perte de poids, comme un cœur en meilleure santé, plus d’énergie et une meilleure estime de soi.

Parfois, les médicaments sont également une option. Les médicaments oraux contre le diabète tels que la metformine (Glumetza, Fortamet, autres) peuvent réduire le risque de diabète de type 2 – mais des choix de mode de vie sains restent essentiels. Faites vérifier votre glycémie au moins une fois par an pour vérifier que vous n’avez pas développé de diabète de type 2.

Diagnostic

Les symptômes du diabète de type 1 apparaissent souvent soudainement et sont souvent la raison pour laquelle la glycémie est vérifiée. Étant donné que les symptômes d’autres types de diabète et de prédiabète apparaissent plus progressivement ou peuvent ne pas être évidents, l’American Diabetes Association (ADA) a recommandé des directives de dépistage. L’ADA recommande que les personnes suivantes soient dépistées pour le diabète:

Toute personne ayant un indice de masse corporelle supérieur à 25 (23 pour les Américains d’origine asiatique), quel que soit son âge, qui présente des facteurs de risque supplémentaires, tels que l’hypertension artérielle, des taux de cholestérol anormaux, un mode de vie sédentaire, des antécédents de syndrome des ovaires polykystiques ou de maladie cardiaque, et qui a un parent proche atteint de diabète.
Il est conseillé à toute personne âgée de plus de 45 ans de subir un dépistage initial de la glycémie, puis, si les résultats sont normaux, de subir un dépistage tous les trois ans par la suite.
Il est conseillé aux femmes qui ont eu un diabète gestationnel de subir un dépistage du diabète tous les trois ans.
Il est conseillé à toute personne ayant reçu un diagnostic de prédiabète de se faire tester chaque année.

Tests pour le diabète de type 1 et de type 2 et le prédiabète

  • Test d’hémoglobine glyquée (A1C). Ce test sanguin, qui ne nécessite pas de jeûne, indique votre taux de sucre dans le sang moyen des deux à trois derniers mois. Il mesure le pourcentage de sucre dans le sang attaché à l’hémoglobine, la protéine transportant l’oxygène dans les globules rouges.
  • Plus votre taux de sucre dans le sang est élevé, plus vous aurez d’hémoglobine avec le sucre attaché. Un taux d’A1C de 6,5% ou plus sur deux tests séparés indique que vous êtes diabétique. Un A1C entre 5,7 et 6,4% indique un prédiabète. Une valeur inférieure à 5,7 est considérée comme normale.
  • Si les résultats du test A1C ne sont pas cohérents, si le test n’est pas disponible ou si vous avez certaines conditions qui peuvent rendre le test A1C inexact, par exemple si vous êtes enceinte ou si vous avez une forme rare d’hémoglobine (connue sous le nom de variante d’hémoglobine) – votre médecin peut utiliser les tests suivants pour diagnostiquer le diabète:
  • Test de glycémie aléatoire. Un échantillon de sang sera prélevé à un moment aléatoire. Quel que soit le moment où vous avez mangé pour la dernière fois, un taux de sucre dans le sang de 200 milligrammes par décilitre (mg / dL) – 11,1 millimoles par litre (mmol / L) – ou plus suggère un diabète.
    Test de glycémie à jeun. Un échantillon de sang sera prélevé après un jeûne d’une nuit. Une glycémie à jeun inférieure à 100 mg / dL (5,6 mmol / L) est normale. Une glycémie à jeun de 100 à 125 mg / dL (5,6 à 6,9 mmol / L) est considérée comme un prédiabète. Si elle est de 126 mg / dL (7 mmol / L) ou plus lors de deux tests séparés, vous êtes diabétique.
    Test de tolérance au glucose par voie orale. Pour ce test, vous jeûnez pendant la nuit et le taux de sucre dans le sang à jeun est mesuré. Ensuite, vous buvez un liquide sucré et la glycémie est testée périodiquement pendant les deux heures suivantes.

Un taux de sucre dans le sang inférieur à 140 mg / dL (7,8 mmol / L) est normal. Une lecture de plus de 200 mg / dL (11,1 mmol / L) après deux heures indique un diabète. Une lecture entre 140 et 199 mg / dL (7,8 mmol / L et 11,0 mmol / L) indique un prédiabète.

Si un diabète de type 1 est suspecté, votre urine sera testée pour rechercher la présence d’un sous-produit produit lorsque les muscles et les tissus adipeux sont utilisés pour l’énergie parce que le corps n’a pas assez d’insuline pour utiliser le glucose disponible (cétones). Votre médecin effectuera également probablement un test pour voir si vous avez les cellules destructrices du système immunitaire associées au diabète de type 1, appelées autoanticorps.

Tests de diabète gestationnel

Votre médecin évaluera probablement vos facteurs de risque de diabète gestationnel au début de votre grossesse:

Si vous présentez un risque élevé de diabète gestationnel – par exemple, si vous étiez obèse au début de votre grossesse; vous avez eu un diabète gestationnel lors d’une grossesse précédente; ou vous avez une mère, un père, un frère ou un enfant diabétique – votre médecin peut effectuer un test de dépistage du diabète lors de votre première visite prénatale.
Si vous présentez un risque moyen de diabète gestationnel, vous aurez probablement un test de dépistage du diabète gestationnel au cours de votre deuxième trimestre, généralement entre 24 et 28 semaines de grossesse.
Votre médecin peut utiliser les tests de dépistage suivants:

  • Test initial de provocation au glucose. Vous commencerez le test de provocation du glucose en buvant une solution sirupeuse de glucose. Une heure plus tard, vous ferez un test sanguin pour mesurer votre taux de sucre dans le sang. Un taux de sucre dans le sang inférieur à 140 mg / dL (7,8 mmol / L) est généralement considéré comme normal lors d’un test de provocation au glucose, bien que cela puisse varier dans des cliniques ou des laboratoires spécifiques.

Si votre taux de sucre dans le sang est plus élevé que la normale, cela signifie seulement que vous avez un risque plus élevé de diabète gestationnel. Votre médecin vous prescrira un test de suivi pour déterminer si vous souffrez de diabète gestationnel.

  • Test de suivi de la tolérance au glucose. Pour le test de suivi, il vous sera demandé de jeûner pendant la nuit, puis de mesurer votre glycémie à jeun. Ensuite, vous boirez une autre solution sucrée – celle-ci contenant une concentration plus élevée de glucose – et votre taux de sucre dans le sang sera vérifié toutes les heures pendant une période de trois heures.

Si au moins deux des lectures de glycémie sont supérieures aux valeurs normales établies pour chacune des trois heures du test, vous serez diagnostiqué avec un diabète gestationnel.

Traitement

Selon le type de diabète que vous avez, la surveillance de la glycémie, l’insuline et les médicaments oraux peuvent jouer un rôle dans votre traitement. Manger sainement, maintenir un poids santé et participer à une activité régulière sont également des facteurs importants dans la gestion du diabète.

Traitements pour tous les types de diabète

Une partie importante de la gestion du diabète – ainsi que de votre état de santé général – consiste à maintenir un poids santé grâce à une alimentation saine et à un programme d’exercice:

  • Alimentation saine. Contrairement à la perception populaire, il n’y a pas de régime spécifique pour le diabète. Vous devrez centrer votre alimentation sur plus de fruits, légumes, protéines maigres et grains entiers – des aliments riches en nutriments et en fibres et faibles en gras et en calories – et réduire les graisses saturées, les glucides raffinés et les sucreries. En fait, c’est le meilleur régime alimentaire pour toute la famille. Les aliments sucrés sont acceptables de temps en temps, à condition qu’ils soient comptés dans votre plan de repas.

Pourtant, comprendre quoi manger et en quelle quantité peut être un défi. Une diététiste professionnelle peut vous aider à créer un plan de repas qui correspond à vos objectifs de santé, à vos préférences alimentaires et à votre mode de vie. Cela comprendra probablement le comptage des glucides, en particulier si vous souffrez de diabète de type 1 ou si vous utilisez de l’insuline dans le cadre de votre traitement.

  • Activité physique. Tout le monde a besoin d’exercices aérobiques réguliers et les personnes atteintes de diabète ne font pas exception. L’exercice abaisse votre taux de sucre dans le sang en déplaçant le sucre dans vos cellules, où il est utilisé pour l’énergie. L’exercice augmente également votre sensibilité à l’insuline, ce qui signifie que votre corps a besoin de moins d’insuline pour transporter le sucre vers vos cellules.

Demandez à votre médecin de faire de l’exercice. Ensuite, choisissez les activités que vous aimez, comme la marche, la natation ou le vélo. Le plus important est d’intégrer l’activité physique à votre routine quotidienne.

Visez au moins 30 minutes ou plus d’exercice aérobie la plupart des jours de la semaine, ou au moins 150 minutes d’activité physique modérée par semaine. Les périodes d’activité peuvent être aussi brèves que 10 minutes, trois fois par jour. Si vous n’avez pas été actif depuis un certain temps, commencez lentement et augmentez progressivement. C’est aussi une bonne idée d’éviter de rester assis trop longtemps – essayez de vous lever et de bouger si vous êtes assis depuis plus de 30 minutes.

Traitements du diabète de type 1 et de type 2

Le traitement du diabète de type 1 implique des injections d’insuline ou l’utilisation d’une pompe à insuline, des contrôles fréquents de la glycémie et le comptage des glucides. Le traitement du diabète de type 2 implique principalement des changements de mode de vie, la surveillance de votre glycémie, ainsi que des médicaments contre le diabète, de l’insuline ou les deux.

Surveiller votre glycémie. En fonction de votre plan de traitement, vous pouvez vérifier et enregistrer votre glycémie jusqu’à quatre fois par jour ou plus souvent si vous prenez de l’insuline. Une surveillance attentive est le seul moyen de vous assurer que votre taux de sucre dans le sang reste dans votre fourchette cible. Les personnes atteintes de diabète de type 2 qui ne prennent pas d’insuline vérifient généralement leur glycémie beaucoup moins fréquemment.

Les personnes qui reçoivent une insulinothérapie peuvent également choisir de surveiller leur taux de sucre dans le sang avec un moniteur de glucose en continu. Bien que cette technologie n’ait pas encore complètement remplacé le lecteur de glycémie, elle peut réduire considérablement le nombre de piqûres nécessaires pour vérifier la glycémie et fournir des informations importantes sur les tendances de la glycémie.

Même avec une gestion prudente, la glycémie peut parfois changer de manière imprévisible. Avec l’aide de votre équipe de traitement du diabète, vous apprendrez comment votre taux de sucre dans le sang change en réponse à la nourriture, à l’activité physique, aux médicaments, à la maladie, à l’alcool, au stress – et pour les femmes, aux fluctuations des taux d’hormones.

En plus de la surveillance quotidienne de la glycémie, votre médecin vous recommandera probablement des tests réguliers d’A1C pour mesurer votre taux de sucre dans le sang moyen au cours des deux à trois derniers mois.

Par rapport aux tests de glycémie quotidiens répétés, les tests d’A1C indiquent mieux le fonctionnement général de votre plan de traitement du diabète. Un niveau élevé d’A1C peut signaler la nécessité de modifier votre médication par voie orale, votre régime d’insuline ou votre plan de repas.

Votre objectif d’A1C cible peut varier en fonction de votre âge et de divers autres facteurs, tels que d’autres problèmes de santé que vous pourriez avoir. Cependant, pour la plupart des personnes atteintes de diabète, l’American Diabetes Association recommande un A1C inférieur à 7%. Demandez à votre médecin quelle est votre cible A1C.

Insuline. Les personnes atteintes de diabète de type 1 ont besoin d’une insulinothérapie pour survivre. De nombreuses personnes atteintes de diabète de type 2 ou de diabète gestationnel ont également besoin d’une insulinothérapie.

De nombreux types d’insuline sont disponibles, y compris l’insuline à action rapide (insuline ordinaire), l’insuline à action rapide, l’insuline à action prolongée et les options intermédiaires. En fonction de vos besoins, votre médecin peut vous prescrire un mélange de types d’insuline à utiliser tout au long de la journée et de la nuit.

L’insuline ne peut pas être prise par voie orale pour abaisser la glycémie car les enzymes gastriques interfèrent avec l’action de l’insuline. L’insuline est souvent injectée à l’aide d’une aiguille fine et d’une seringue ou d’un stylo à insuline – un dispositif qui ressemble à un gros stylo à encre.

Une pompe à insuline peut également être une option. La pompe est un appareil de la taille d’un petit téléphone portable porté à l’extérieur de votre corps. Un tube relie le réservoir d’insuline à un cathéter inséré sous la peau de votre abdomen.

Une pompe tubeless fonctionnant sans fil est également disponible. Vous programmez une pompe à insuline pour distribuer des quantités spécifiques d’insuline. Il peut être ajusté pour délivrer plus ou moins d’insuline en fonction des repas, du niveau d’activité et de la glycémie.

En septembre 2016, la Food and Drug Administration a approuvé le premier pancréas artificiel pour les personnes atteintes de diabète de type 1 âgées de 14 ans et plus. Un deuxième pancréas artificiel a été approuvé en décembre 2019. Depuis, des systèmes ont été approuvés pour les enfants de plus de 2 ans.

Un pancréas artificiel est également appelé administration d’insuline en boucle fermée. Le dispositif implanté relie un moniteur de glucose en continu, qui vérifie la glycémie toutes les cinq minutes, à une pompe à insuline. L’appareil délivre automatiquement la bonne quantité d’insuline lorsque le moniteur indique qu’elle est nécessaire.

Il y a plus de systèmes de pancréas artificiel (en boucle fermée) actuellement dans les essais cliniques.

Médicaments oraux ou autres. Parfois, d’autres médicaments oraux ou injectés sont également prescrits. Certains médicaments contre le diabète stimulent votre pancréas à produire et à libérer plus d’insuline. D’autres inhibent la production et la libération de glucose par votre foie, ce qui signifie que vous avez besoin de moins d’insuline pour transporter le sucre dans vos cellules.

D’autres encore bloquent l’action des enzymes gastriques ou intestinales qui décomposent les glucides ou rendent vos tissus plus sensibles à l’insuline. La metformine (Glumetza, Fortamet, autres) est généralement le premier médicament prescrit pour le diabète de type 2.

Une autre classe de médicaments appelée inhibiteurs du SGLT2 peut être utilisée. Ils agissent en empêchant les reins de réabsorber le sucre dans le sang. Au lieu de cela, le sucre est excrété dans l’urine.

Transplantation. Chez certaines personnes atteintes de diabète de type 1, une greffe du pancréas peut être une option. Les greffes d’îlots sont également étudiées. Avec une greffe de pancréas réussie, vous n’auriez plus besoin d’insulinothérapie.

Mais les greffes ne réussissent pas toujours – et ces procédures présentent de sérieux risques. Vous avez besoin de toute une vie de médicaments immunosuppresseurs pour éviter le rejet d’organe. Ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires graves, c’est pourquoi les greffes sont généralement réservées aux personnes dont le diabète ne peut être contrôlé ou à celles qui ont également besoin d’une greffe de rein.

Chirurgie bariatrique. Bien qu’il ne soit pas spécifiquement considéré comme un traitement du diabète de type 2, les personnes atteintes de diabète de type 2 qui sont obèses et ont un indice de masse corporelle supérieur à 35 peuvent bénéficier de ce type de chirurgie. Les personnes qui ont subi un pontage gastrique ont constaté une amélioration significative de leur taux de sucre dans le sang. Cependant, les risques et les avantages à long terme de cette procédure pour le diabète de type 2 ne sont pas encore connus.

Traitement du diabète gestationnel

Le contrôle de votre glycémie est essentiel pour garder votre bébé en bonne santé et éviter les complications pendant l’accouchement. En plus de maintenir une alimentation saine et de faire de l’exercice, votre plan de traitement peut inclure la surveillance de votre glycémie et, dans certains cas, l’utilisation d’insuline ou de médicaments oraux.

Votre médecin surveillera également votre taux de sucre dans le sang pendant le travail. Si votre glycémie augmente, votre bébé peut libérer des taux élevés d’insuline, ce qui peut entraîner une hypoglycémie juste après la naissance.

Traitement du prédiabète

Si vous avez un prédiabète, des choix de mode de vie sains peuvent vous aider à ramener votre glycémie à la normale ou du moins à l’empêcher de s’élever vers les niveaux observés dans le diabète de type 2. Maintenir un poids santé grâce à l’exercice et à une alimentation saine peut aider. Faire de l’exercice au moins 150 minutes par semaine et perdre environ 7% de votre poids corporel peut prévenir ou retarder le diabète de type 2.

Parfois, des médicaments – tels que la metformine (Glucophage, Glumetza, autres) – sont également une option si vous êtes à haut risque de diabète, y compris lorsque votre prédiabète s’aggrave ou si vous avez une maladie cardiovasculaire, une stéatose hépatique ou un syndrome des ovaires polykystiques.

Dans d’autres cas, des médicaments pour contrôler le cholestérol – statines, en particulier – et des médicaments contre l’hypertension artérielle sont nécessaires. Votre médecin pourrait vous prescrire un traitement par aspirine à faible dose pour aider à prévenir les maladies cardiovasculaires si vous êtes à haut risque. Cependant, des choix de vie sains restent essentiels.

Signes de trouble dans tout type de diabète

Étant donné que de nombreux facteurs peuvent affecter votre glycémie, des problèmes peuvent parfois survenir nécessitant des soins immédiats, tels que:

Taux élevé de sucre dans le sang (hyperglycémie). Votre taux de sucre dans le sang peut augmenter pour de nombreuses raisons, notamment manger trop, être malade ou ne pas prendre suffisamment de médicaments hypoglycémiants. Vérifiez votre taux de sucre dans le sang selon les directives de votre médecin et surveillez les signes et symptômes d’hyperglycémie – mictions fréquentes, soif accrue, bouche sèche, vision trouble, fatigue et nausées. Si vous souffrez d’hyperglycémie, vous devrez ajuster votre plan de repas, vos médicaments ou les deux.
Augmentation des cétones dans votre urine (acidocétose diabétique). Si vos cellules manquent d’énergie, votre corps peut commencer à décomposer les graisses. Cela produit des acides toxiques appelés cétones. Surveillez la perte d’appétit, la faiblesse, les vomissements, la fièvre, les douleurs à l’estomac et une haleine douce et fruitée.

Vous pouvez vérifier votre urine pour un excès de cétones avec un kit de test de cétones en vente libre. Si vous avez un excès de corps cétoniques dans vos urines, consultez immédiatement votre médecin ou recherchez des soins d’urgence. Cette condition est plus fréquente chez les personnes atteintes de diabète de type 1.

Syndrome hyperglycémique hyperosmolaire non cétotique. Les signes et symptômes de cette affection potentiellement mortelle comprennent une glycémie supérieure à 600 mg / dL (33,3 mmol / L), une bouche sèche, une soif extrême, de la fièvre, de la somnolence, de la confusion, une perte de vision et des hallucinations. Le syndrome hyperosmolaire est causé par une glycémie extrêmement élevée qui rend le sang épais et sirupeux.

Il est observé chez les personnes atteintes de diabète de type 2, et il est souvent précédé d’une maladie. Appelez votre médecin ou recherchez des soins médicaux immédiats si vous présentez des signes ou des symptômes de cette affection.

Faible taux de sucre dans le sang (hypoglycémie). Si votre taux de sucre dans le sang descend en dessous de votre fourchette cible, il s’agit d’un faible taux de sucre dans le sang (hypoglycémie). Si vous prenez des médicaments qui abaissent votre glycémie, y compris de l’insuline, votre taux de sucre dans le sang peut chuter pour de nombreuses raisons, notamment sauter un repas et faire plus d’activité physique que d’habitude. Une hypoglycémie survient également si vous prenez trop d’insuline ou un excès d’un médicament hypoglycémiant qui favorise la sécrétion d’insuline par votre pancréas.

Vérifiez régulièrement votre taux de sucre dans le sang et surveillez les signes et symptômes d’hypoglycémie – transpiration, tremblements, faiblesse, faim, étourdissements, maux de tête, vision trouble, palpitations cardiaques, irritabilité, troubles de l’élocution, somnolence, confusion, évanouissements et convulsions. L’hypoglycémie est traitée avec des glucides rapidement absorbés, tels que des jus de fruits ou des comprimés de glucose.

Remèdes maison et mode de vie

Le diabète est une maladie grave. Suivre votre plan de traitement du diabète nécessite un engagement 24 heures sur 24. Une gestion prudente du diabète peut réduire le risque de complications graves, voire mortelles.

Engagez-vous à gérer votre diabète. Apprenez tout ce que vous pouvez sur le diabète. Établissez une relation avec un éducateur en diabète et demandez de l’aide à votre équipe de traitement du diabète lorsque vous en avez besoin.
Choisissez des aliments sains et maintenez un poids santé. Si vous êtes en surpoids, perdre seulement 5% de votre poids corporel peut faire une différence dans le contrôle de votre glycémie si vous avez un prédiabète ou un diabète de type 2. Une alimentation saine est une alimentation riche en fruits, légumes, protéines maigres, grains entiers et légumineuses, avec une quantité limitée de graisses saturées.
Intégrez l’activité physique à votre routine quotidienne. L’exercice régulier peut aider à prévenir le prédiabète et le diabète de type 2, et il peut aider les personnes déjà atteintes de diabète à maintenir un meilleur contrôle de la glycémie. Un minimum de 30 minutes d’exercice modéré – comme la marche rapide – la plupart des jours de la semaine est recommandé. Visez au moins 150 minutes d’activité aérobie modérée par semaine.

C’est aussi une bonne idée de passer moins de temps assis immobile. Essayez de vous lever et de bouger pendant quelques minutes au moins toutes les 30 minutes environ lorsque vous êtes réveillé.

Mode de vie pour le diabète de type 1 et de type 2

De plus, si vous souffrez de diabète de type 1 ou de type 2:

Identifiez-vous. Portez une étiquette ou un bracelet indiquant que vous êtes diabétique. Gardez un kit de glucagon à proximité en cas d’urgence d’hypoglycémie – et assurez-vous que vos amis et vos proches savent comment l’utiliser.
Planifiez un examen de la vue physique et régulier tous les ans. Vos bilans de diabète réguliers ne sont pas destinés à remplacer les examens physiques annuels ou les examens de la vue de routine. Au cours de l’examen physique, votre médecin recherchera toute complication liée au diabète et dépistera d’autres problèmes médicaux. Votre spécialiste des soins oculaires vérifiera les signes de lésions rétiniennes, de cataractes et de glaucome.
Gardez vos vaccinations à jour. Une glycémie élevée peut affaiblir votre système immunitaire. Faites-vous vacciner contre la grippe chaque année et votre médecin peut également vous recommander le vaccin contre la pneumonie. Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) recommandent également actuellement la vaccination contre l’hépatite B si vous n’avez pas déjà été vacciné contre l’hépatite B et que vous êtes un adulte de 19 à 59 ans atteint de diabète de type 1 ou de type 2.

Les directives les plus récentes des CDC recommandent la vaccination dès que possible après le diagnostic de diabète de type 1 ou de type 2. Si vous avez 60 ans ou plus, êtes diabétique et n’avez pas déjà reçu le vaccin, demandez à votre médecin s’il vous convient.

Faites attention à vos pieds. Lavez vos pieds tous les jours à l’eau tiède. Séchez-les doucement, surtout entre les orteils. Hydratez avec une lotion, mais pas entre les orteils. Vérifiez vos pieds tous les jours pour déceler des ampoules, des coupures, des plaies, des rougeurs ou des gonflements. Consultez votre médecin si vous avez une plaie ou un autre problème de pied qui ne guérit pas rapidement par lui-même.
Gardez votre tension artérielle et votre cholestérol sous contrôle. Manger des aliments sains et faire de l’exercice régulièrement peut contribuer grandement à contrôler l’hypertension artérielle et le cholestérol. Des médicaments peuvent également être nécessaires.
Prenez soin de vos dents. Le diabète peut vous exposer à des infections des gencives plus graves. Brossez-vous les dents et passez la soie dentaire au moins deux fois par jour. Et si vous souffrez de diabète de type 1 ou de type 2, prévoyez des examens dentaires réguliers. Consultez immédiatement votre dentiste si vos gencives saignent ou semblent rouges ou enflées.
Si vous fumez ou utilisez d’autres types de tabac, demandez à votre médecin de vous aider à arrêter. Le tabagisme augmente le risque de diverses complications du diabète. Les fumeurs diabétiques sont plus susceptibles de mourir d’une maladie cardiovasculaire que les non-fumeurs diabétiques, selon l’American Diabetes Association. Discutez avec votre médecin des moyens d’arrêter de fumer ou de cesser de consommer d’autres types de tabac.
Si vous buvez de l’alcool, faites-le de manière responsable. L’alcool peut entraîner une glycémie élevée ou basse, selon la quantité que vous buvez et si vous mangez en même temps. Si vous choisissez de boire, ne le faites qu’avec modération – un verre par jour pour les femmes et deux verres par jour pour les hommes – et toujours avec de la nourriture.

N’oubliez pas d’inclure les glucides de tout alcool que vous buvez dans votre nombre quotidien de glucides. Et vérifiez votre taux de sucre dans le sang avant de vous coucher.

Prenez le stress au sérieux. Les hormones que votre corps peut produire en réponse à un stress prolongé peuvent empêcher l’insuline de fonctionner correctement, ce qui augmentera votre glycémie et vous stressera encore plus. Fixez-vous des limites et hiérarchisez vos tâches. Apprenez les techniques de relaxation. Et dormez beaucoup.

Médecine douce

Il a été démontré que de nombreuses substances améliorent la sensibilité à l’insuline dans certaines études, tandis que d’autres études ne trouvent aucun avantage pour le contrôle de la glycémie ou pour abaisser les taux d’A1C. En raison des résultats contradictoires, aucune thérapie alternative n’est actuellement recommandée pour aider tout le monde à gérer la glycémie.

Si vous décidez d’essayer n’importe quel type de thérapie alternative, n’arrêtez pas de prendre les médicaments que votre médecin vous a prescrits. Assurez-vous de discuter de l’utilisation de l’une de ces thérapies avec votre médecin pour vous assurer qu’elles ne causeront pas de réactions indésirables ou n’interagiront pas avec votre traitement actuel.

De plus, il n’y a pas de traitement – alternatif ou conventionnel – qui puisse guérir le diabète, il est donc essentiel que les personnes qui suivent une insulinothérapie pour le diabète n’arrêtent pas d’utiliser l’insuline à moins d’y être invité par leur médecin.

Faire face et soutenir

Vivre avec le diabète peut être difficile et frustrant. Parfois, même lorsque vous avez tout fait correctement, votre taux de sucre dans le sang peut augmenter. Mais respectez votre plan de gestion du diabète, et vous verrez probablement une différence positive dans votre A1C lorsque vous consulterez votre médecin.

Parce qu’une bonne gestion du diabète peut prendre du temps et parfois être accablante, certaines personnes trouvent qu’il est utile de parler à quelqu’un. Votre médecin peut probablement vous recommander un professionnel de la santé mentale à qui parler, ou vous voudrez peut-être essayer un groupe de soutien.

Partager vos frustrations et vos triomphes avec des personnes qui comprennent ce que vous vivez peut être très utile. Et vous constaterez peut-être que d’autres ont d’excellents conseils à partager sur la gestion du diabète.

Votre médecin connaît peut-être un groupe de soutien local ou vous pouvez appeler l’American Diabetes Association au 800-DIABETES (800-342-2383) ou la Juvenile Diabetes Research Foundation au 800-533-CURE (800-533-2873).

Préparez votre rendez-vous

Vous commencerez probablement par consulter votre médecin traitant si vous présentez des symptômes de diabète. Si votre enfant présente des symptômes de diabète, vous pourriez consulter son pédiatre. Si le taux de sucre dans le sang est extrêmement élevé, vous serez probablement envoyé aux urgences.

Si votre taux de sucre dans le sang n’est pas suffisamment élevé pour vous exposer, vous ou votre enfant, à un risque immédiat, vous pouvez être référé à un médecin spécialisé dans le diabète, entre autres troubles (endocrinologue). Peu de temps après le diagnostic, vous rencontrerez probablement un éducateur en diabète et une diététiste pour obtenir plus d’informations sur la gestion de votre diabète.

Voici quelques informations pour vous aider à vous préparer pour votre rendez-vous et à savoir à quoi vous attendre.

Ce que tu peux faire

Soyez conscient de toutes les restrictions préalables au rendez-vous. Lorsque vous prenez rendez-vous, demandez si vous devez faire quelque chose à l’avance. Cela comprendra probablement la restriction de votre alimentation, comme pour un test de glycémie à jeun.
Notez tous les symptômes que vous ressentez, y compris ceux qui peuvent sembler sans rapport.
Notez les informations personnelles clés, y compris les stress majeurs ou les changements de vie récents. Si vous surveillez vos valeurs de glycémie à la maison, apportez un enregistrement des résultats de glycémie, détaillant les dates et heures des tests.
Faites une liste de toutes les allergies que vous avez et de tous les médicaments, vitamines et suppléments que vous prenez.
Enregistrez vos antécédents médicaux familiaux. En particulier, notez tout membre de votre famille qui a eu le diabète, une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral.
Emmenez un membre de votre famille ou un ami, si possible. Une personne qui vous accompagne peut vous aider à vous souvenir des informations dont vous avez besoin.
Écrivez les questions à poser à votre médecin. Renseignez-vous sur les aspects de la gestion de votre diabète dont vous n’êtes pas sûr.
Soyez conscient si vous avez besoin de renouvellements d’ordonnance. Votre médecin peut renouveler vos ordonnances pendant que vous y êtes.
La préparation d’une liste de questions peut vous aider à tirer le meilleur parti de votre temps avec votre médecin. Pour le diabète, voici quelques questions à poser:

Les symptômes que je ressens sont-ils liés au diabète ou à autre chose?
Ai-je besoin de tests?
Que puis-je faire d’autre pour protéger ma santé?
Quelles sont les autres options pour gérer mon diabète?
J’ai d’autres problèmes de santé. Comment gérer au mieux ces conditions ensemble?
Dois-je suivre des restrictions?
Dois-je consulter un autre spécialiste, comme une diététiste ou un éducateur en diabète?
Existe-t-il une alternative générique au médicament que vous prescrivez?
Y a-t-il des brochures ou d’autres documents imprimés que je peux emporter avec moi? Quels sites Web recommandez-vous?
À quoi s’attendre de votre médecin

Votre médecin est susceptible de vous poser un certain nombre de questions, telles que:

Pouvez-vous décrire vos symptômes?
Avez-vous des symptômes tout le temps ou est-ce qu’ils vont et viennent?
Quelle est la gravité de vos symptômes?
Avez-vous des antécédents familiaux de prééclampsie ou de diabète?
Parlez-moi de votre alimentation.
Fais-tu de l’exercice? Quel type et combien?

Article précédentLa scoliose : Diagnostic et traitement
Article suivantVarices: symptômes, diagnostic et traitement

7 Commentaires

  1. Ce que vous devez savoir sur la perte de poids inexpliquée et le diabète - santemedicals.com

    […] Bien que la perte de poids d’une livre ou deux ne soit pas une raison de s’inquiéter, une perte de poids inexpliquée de 10 livres ou plus peut signifier que quelque chose ne va pas et que votre corps essaie de vous dire quelque chose. En fin de compte, cette perte de poids spectaculaire pourrait être un signe précoce de diabète. […]

  2. […] saignements peuvent également être le signe d’une maladie systémique comme le diabète qui n’est pas bien contrôlée ou qui n’a pas encore été diagnostiquée », explique le Dr […]