Accueil maladies et médicaments Traitement du cancer de la prostate : ce qu’il faut savoir sur la...

Traitement du cancer de la prostate : ce qu’il faut savoir sur la surveillance active

79
0

Cancer de la prostate : quand traiter et quand surveiller

Parce que certains cancers de la prostate se développent très lentement, votre médecin pourrait déterminer qu’il n’est pas susceptible de présenter une menace importante pour vous. Cela est particulièrement vrai si un cancer de la prostate est localisé, c’est-à-dire qu’il ne s’est pas propagé au-delà de la prostate.

Si tel est le cas, vous et votre médecin pouvez discuter de vous faire tester régulièrement au lieu de suivre immédiatement un traitement. Les médecins appellent cette approche la surveillance active. En ne se précipitant pas dans le traitement d’un cancer qui ne vous causera peut-être aucun mal, cette approche aide de nombreux hommes à éviter les effets secondaires liés au traitement.

La surveillance active, ou surveillance active, signifie que votre médecin vous surveillera de près, en surveillant pour voir comment le cancer progresse, le cas échéant. Cela concerne principalement les cancers que les médecins classent comme :

  • Croissance lente
  • Très faible risque de provoquer des symptômes

Traitement du cancer de la prostate : à quoi ressemble la surveillance active

Pour surveiller un cancer de la prostate à faible risque, une personne sous surveillance active pourrait subir :

  • Examen rectal : Tous les six mois
  • Test APS : Deux fois par an. Ce test sanguin, couramment utilisé pour dépister le cancer de la prostate, mesure la quantité d’antigène spécifique de la prostate (PSA) dans votre sang.
  • Biopsie : Une fois par an (jusqu’à ce que votre médecin détermine qu’une biopsie moins fréquente est justifiée)
  • IRM : Nécessaire dans certains cas pour montrer plus de détails sur un cancer si votre médecin a des questions ou des préoccupations concernant les résultats de votre test

Traitement du cancer de la prostate : quand regarder peut suffire

Votre médecin tiendra compte de nombreux facteurs avant de décider si cette approche vous convient. Ceci comprend:

  • Score de Gleason : Ce système de notation évalue l’agressivité d’un cancer de la prostate. Il donne également aux médecins des indices sur la probabilité qu’un cancer se propage. Les scores de Gleason inférieurs à 7 sont considérés comme à faible risque et pourraient être appropriés pour une surveillance active.
  • Résultats de la biopsie : Une biopsie de la prostate (prélèvement d’échantillons de tissus de la prostate) est aujourd’hui le seul moyen définitif de diagnostiquer le cancer de la prostate. Après une biopsie de la prostate, votre médecin comptera combien d’échantillons contiennent du cancer. Pour les biopsies montrant trois échantillons (ou carottes) cancéreux ou moins, votre médecin pourrait vous recommander de vous surveiller avant de commencer le traitement.
  • Résultats PSA : Un test PSA est la façon standard dont les médecins évaluent le risque de cancer de la prostate. Les médecins utilisent les résultats du test PSA ainsi que des informations sur la taille de votre prostate pour mesurer votre densité PSA. Si la densité de PSA est inférieure à 0,15, vous n’aurez peut-être pas besoin de traitement tout de suite.
  • Caractéristiques physiques : Une autre façon pour votre médecin d’évaluer le cancer de la prostate consiste à effectuer un examen rectal. S’il ne peut pas sentir un cancer (via un nodule dur, par exemple), c’est un autre signe qui pourrait indiquer une surveillance active comme approche thérapeutique possible.
Article précédentHyperplasie bénigne de la prostate (HBP) | Médecine Johns Hopkins
Article suivantProstatectomie : à quoi s’attendre pendant la chirurgie et la convalescence