Accueil maladies et médicaments Hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) | Médecine Johns Hopkins

Hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) | Médecine Johns Hopkins

251
0

L’hyperplasie bénigne de la prostate, une hypertrophie non cancéreuse de la prostate, est la tumeur bénigne la plus courante chez l’homme.

Comme c’est le cas pour le cancer de la prostate, l’HBP survient plus souvent en Occident que dans les pays de l’Est, comme le Japon et la Chine, et elle peut être plus fréquente chez les Noirs. Il n’y a pas si longtemps, une étude a découvert un lien génétique possible pour l’HBP chez les hommes de moins de 65 ans qui ont une prostate très élargie : leurs parents masculins étaient quatre fois plus susceptibles que les autres hommes d’avoir besoin d’une intervention chirurgicale pour l’HBP à un moment donné de leur vie, et leur frères avaient six fois plus de risques.

L’HBP produit des symptômes en obstruant le flux d’urine dans l’urètre. Les symptômes liés à l’HBP sont présents chez environ un homme sur quatre à 55 ans et chez la moitié des hommes de 75 ans. Cependant, le traitement n’est nécessaire que si les symptômes deviennent gênants. À 80 ans, environ 20 à 30 % des hommes présentent des symptômes d’HBP suffisamment graves pour nécessiter un traitement. La chirurgie était la seule option jusqu’à l’approbation récente des procédures mini-invasives qui ouvrent l’urètre prostatique et des médicaments qui peuvent soulager les symptômes soit en rétrécissant la prostate, soit en relâchant le tissu musculaire de la prostate qui resserre l’urètre.

Signes et symptômes

Les symptômes de l’HBP peuvent être divisés en ceux causés directement par une obstruction urétrale et ceux dus à des modifications secondaires de la vessie.

Les symptômes obstructifs typiques sont :

  • Difficulté à commencer à uriner malgré les poussées et les efforts
  • Un faible jet d’urine; plusieurs interruptions du flux
  • Bave à la fin de la miction

Les modifications de la vessie provoquent :

  • Une forte envie soudaine d’uriner (urgence)
  • Urination fréquente
  • La sensation que la vessie n’est pas vide après la fin de la miction
  • Réveils fréquents la nuit pour uriner (nycturie)

À mesure que la vessie devient plus sensible à la rétention d’urine, un homme peut devenir incontinent (incapable de contrôler la vessie, causant l’énurésie nocturne ou l’incapacité de répondre assez rapidement à l’urgence urinaire).

Des brûlures ou des douleurs pendant la miction peuvent survenir si une tumeur, une infection ou une pierre de la vessie est présente. La présence de sang dans les urines (hématurie) peut annoncer l’HBP, mais la plupart des hommes atteints d’HBP n’ont pas d’hématurie.

Dépistage et diagnostic

L’index des symptômes de l’American Urological Association (AUA) fournit une évaluation objective des symptômes de l’HBP qui aide à déterminer le traitement. Cependant, cet indice ne peut pas être utilisé pour le diagnostic, car d’autres maladies peuvent provoquer des symptômes similaires à ceux de l’HBP.

Des antécédents médicaux donneront des indices sur des affections pouvant imiter l’HBP, telles qu’un rétrécissement de l’urètre, un cancer de la vessie ou des calculs, ou un fonctionnement anormal de la vessie/du plancher pelvien (problèmes de rétention ou d’évacuation de l’urine) en raison d’un trouble neurologique (vessie neurogène) ou du plancher pelvien. spasmes musculaires. Les rétrécissements peuvent résulter de lésions urétrales causées par un traumatisme antérieur, une instrumentation (par exemple, l’insertion d’un cathéter) ou une infection telle que la gonorrhée. Le cancer de la vessie est suspecté s’il y a des antécédents de sang dans les urines.

La douleur dans la zone du pénis ou de la vessie peut indiquer des calculs vésicaux, des infections ou une irritation ou une compression du nerf pudendal. Une vessie neurogène est suggérée lorsqu’un homme souffre de diabète ou d’une maladie neurologique telle que la sclérose en plaques ou la maladie de Parkinson, ou une détérioration récente de la fonction sexuelle. Un historique médical complet doit inclure des questions sur toute aggravation des symptômes urinaires lors de la prise de médicaments contre le rhume ou les sinus, ainsi que sur les antécédents d’infections des voies urinaires ou de prostatite (inflammation de la prostate, pouvant provoquer des douleurs dans le bas du dos et la zone située entre le scrotum et le rectum, et frissons, fièvre et malaise général). Le médecin demandera également si des médicaments en vente libre ou sur ordonnance sont pris, car certains peuvent aggraver les symptômes de miction chez les hommes atteints d’HBP.

L’examen physique peut commencer par le médecin observant la miction jusqu’à la fin pour détecter toute irrégularité urinaire. Le médecin examinera manuellement le bas-ventre pour rechercher une masse, ce qui peut indiquer une vessie hypertrophiée en raison de la rétention d’urine. De plus, un examen rectal numérique (DRE), qui permet au médecin d’évaluer la taille, la forme et la consistance de la prostate, est essentiel pour un diagnostic correct. Au cours de cet examen important, un doigt ganté est inséré dans le rectum, ce qui n’est que légèrement inconfortable. La détection de zones dures ou fermes dans la prostate fait suspecter un cancer de la prostate. Si les antécédents suggèrent une possible maladie neurologique, l’examen physique peut inclure un examen des anomalies neurologiques qui indiquent que les symptômes urinaires résultent d’une vessie neurogène.

Une analyse d’urine, qui est effectuée pour tous les patients présentant des symptômes d’HBP, peut être le seul test de laboratoire si les symptômes sont légers et qu’aucune autre anomalie n’est suspectée à partir des antécédents médicaux et de l’examen physique. Une culture d’urine est ajoutée si une infection urinaire est suspectée. Avec des symptômes d’HBP chroniques plus graves, la créatinine sanguine de l’azote uréique sanguin (BUN) et l’hémoglobine sont mesurées pour exclure les lésions rénales et l’anémie. Il est recommandé de mesurer les niveaux d’antigène spécifique de la prostate (PSA) dans le sang pour dépister le cancer de la prostate, ainsi que d’effectuer le toucher rectal. Le test PSA ne peut pas déterminer à lui seul si les symptômes sont dus à l’HBP ou au cancer de la prostate, car les deux conditions peuvent élever les niveaux de PSA.

Traitement

Quand le traitement de l’HBP est-il nécessaire ?

L’évolution de l’HBP chez un individu n’est pas prévisible. Les symptômes, ainsi que les mesures objectives de l’obstruction urétrale, peuvent rester stables pendant de nombreuses années et peuvent même s’améliorer avec le temps pour jusqu’à un tiers des hommes, selon certaines études. Dans une étude de la Mayo Clinic, les symptômes urinaires ne se sont pas aggravés sur une période de 3,5 ans chez 73 % des hommes atteints d’HBP légère. Une diminution progressive de la taille et de la force du jet urinaire et la sensation de vidange incomplète de la vessie sont les symptômes les plus corrélés avec le besoin éventuel de traitement. Bien que la nycturie soit l’un des symptômes les plus gênants de l’HBP, elle ne prédit pas la nécessité d’une intervention future.

Si l’aggravation de l’obstruction urétrale n’est pas traitée, les complications possibles sont une vessie épaissie et irritable avec une capacité réduite pour l’urine; urine résiduelle infectée ou calculs vésicaux ; et une sauvegarde de la pression qui endommage les reins.

Les décisions concernant le traitement sont basées sur la gravité des symptômes (évaluée par l’indice des symptômes de l’AUA), l’étendue des lésions des voies urinaires et l’état de santé général de l’homme. En général, aucun traitement n’est indiqué chez ceux qui n’ont que peu de symptômes et qui ne sont pas gênés par ceux-ci. Une intervention, généralement chirurgicale, est nécessaire dans les situations suivantes :

  • Vidange inadéquate de la vessie entraînant des dommages aux reins
  • Incapacité totale d’uriner après une rétention aiguë d’urine
  • Incontinence due à un remplissage excessif ou à une sensibilité accrue de la vessie
  • Calculs vésicaux
  • Urine résiduelle infectée
  • Hématurie sévère récurrente
  • Symptômes qui troublent suffisamment le patient pour diminuer sa qualité de vie

Les décisions de traitement sont plus difficiles pour les hommes présentant des symptômes modérés. Ils doivent peser les complications potentielles du traitement par rapport à l’étendue de leurs symptômes. Chaque individu doit déterminer si les symptômes interfèrent suffisamment avec sa vie pour mériter un traitement. Lors du choix d’un traitement, le patient et le médecin doivent équilibrer l’efficacité des différentes formes de thérapie par rapport à leurs effets secondaires et à leurs coûts.

Options de traitement pour l’HBP

Actuellement, les principales options pour traiter l’HBP sont :

  • Attente vigilante
  • Médicament
  • Chirurgie (lifting urétral prostatique, résection transurétrale de la prostate, photovaporisation de la prostate, prostatectomie ouverte)

Si les médicaments sont inefficaces chez un homme qui est incapable de supporter les rigueurs de la chirurgie, l’obstruction urétrale et l’incontinence peuvent être gérées par un cathétérisme intermittent ou une sonde de Foley à demeure (qui a un ballon gonflé à l’extrémité pour le maintenir en place dans la vessie) . Le cathéter peut rester indéfiniment (il est généralement changé tous les mois).

Attente vigilante

Étant donné que l’évolution et les complications de l’HBP sont imprévisibles, une stratégie d’attente vigilante – aucun traitement immédiat n’est tenté – est préférable pour les personnes présentant des symptômes minimes qui ne sont pas particulièrement gênants. Les visites chez le médecin sont nécessaires environ une fois par an pour examiner l’évolution des symptômes, effectuer un examen et faire quelques tests de laboratoire simples. Pendant l’attente vigilante, l’homme doit éviter les tranquillisants et les remèdes contre le rhume et les sinus en vente libre qui contiennent des décongestionnants. Ces médicaments peuvent aggraver les symptômes obstructifs. Éviter les liquides la nuit peut réduire la nycturie.

Médicament

Des données sont encore en cours de collecte sur les avantages et les éventuels effets indésirables d’un traitement médical à long terme. Actuellement, deux types de médicaments – les inhibiteurs de la 5-alpha-réductase et les alpha-bloquants – sont utilisés pour traiter l’HBP. Des recherches préliminaires suggèrent que ces médicaments améliorent les symptômes chez 30% à 60% des hommes, mais il n’est pas encore possible de prédire qui répondra au traitement médical ou quel médicament sera le meilleur pour un patient donné.

Inhibiteurs de la 5-alpha-réductase

Le finastéride (Proscar) bloque la conversion de la testostérone en dihydrotestostérone, la principale hormone sexuelle masculine présente dans les cellules de la prostate. Chez certains hommes, le finastéride peut soulager les symptômes de l’HBP, augmenter le débit urinaire et rétrécir la prostate, bien qu’il doive être utilisé indéfiniment pour prévenir la récurrence des symptômes, et cela peut prendre jusqu’à six mois pour obtenir un maximum d’avantages.

Dans une étude sur son innocuité et son efficacité, les deux tiers des hommes prenant du finastéride ont connu :

  • Diminution d’au moins 20 % de la taille de la prostate (environ la moitié seulement a atteint ce niveau de réduction au bout d’un an)
  • Amélioration du débit urinaire pour environ un tiers des patients
  • Un certain soulagement des symptômes pour les deux tiers des patients

Une étude publiée l’année dernière suggère que le finastéride pourrait être mieux adapté aux hommes ayant des glandes prostatiques relativement grandes. Une analyse de six études a révélé que le finastéride n’améliorait les symptômes de l’HBP que chez les hommes dont le volume initial de la prostate était supérieur à 40 centimètres cubes – le finastéride ne réduisait pas les symptômes chez les hommes dont les glandes étaient plus petites. Étant donné que le finastéride rétrécit la prostate, les hommes ayant des glandes plus petites sont probablement moins susceptibles de réagir au médicament car les symptômes urinaires résultent de causes autres qu’une obstruction physique (par exemple, une constriction des muscles lisses). Une étude récente a montré que sur une période d’observation de quatre ans, le traitement par le finastéride réduisait de 50 % le risque de développer une rétention urinaire ou de nécessiter un traitement chirurgical.

L’utilisation du finastéride s’accompagne de certains effets secondaires. L’impuissance survient chez 3 à 4 % des hommes qui prennent le médicament, et les patients subissent une réduction de 15 % de leurs scores de fonction sexuelle, quels que soient leur âge et la taille de leur prostate. Le finastéride peut également diminuer le volume de l’éjaculat. Un autre effet indésirable est la gynécomastie (hypertrophie mammaire). Une étude menée en Angleterre a révélé une gynécomastie chez 0,4 % des patients prenant le médicament. Environ 80% de ceux qui arrêtent de le prendre ont une rémission partielle ou complète de leur hypertrophie mammaire. Parce qu’il n’est pas clair que le médicament cause la gynécomastie ou qu’il augmente le risque de cancer du sein, les hommes prenant du finastéride sont étroitement surveillés jusqu’à ce que ces problèmes soient résolus. Les hommes exposés au finastéride ou au dutastéride sont également à risque de développer un syndrome post-finastéride, qui se caractérise par une constellation de symptômes, dont certains sont sexuels (diminution de la libido, dysfonction éjaculatoire, dysfonction érectile), physiques (gynécomastie, faiblesse musculaire) et psychologique (dépression, anxiété, pensées suicidaires). Ces symptômes peuvent persister à long terme malgré l’arrêt du finastéride.

Le finastéride peut réduire les niveaux de PSA d’environ 50 %, mais on ne pense pas qu’il limite l’utilité du PSA en tant que test de dépistage du cancer de la prostate. La chute des taux de PSA et tout effet indésirable sur la fonction sexuelle disparaissent lorsque l’utilisation du finastéride est arrêtée.

Pour obtenir les avantages du finastéride pour l’HBP sans compromettre la détection du cancer précoce de la prostate, les hommes doivent subir un test PSA avant de commencer le traitement par le finastéride. Les valeurs de PSA suivantes peuvent ensuite être comparées à cette valeur de référence. Si un homme est déjà sous finastéride et qu’aucun taux de PSA de base n’a été obtenu, les résultats d’un test de PSA actuel doivent être multipliés par deux pour estimer le véritable taux de PSA. Une baisse du PSA de moins de 50% après un an de traitement au finastéride suggère soit que le médicament n’est pas pris, soit qu’un cancer de la prostate pourrait être présent. Toute augmentation des niveaux de PSA lors de la prise de finastéride augmente également la possibilité d’un cancer de la prostate.

Bloqueurs alpha-adrénergiques

Ces médicaments, utilisés à l’origine pour traiter l’hypertension artérielle, réduisent la tension des muscles lisses des parois des vaisseaux sanguins et détendent les tissus musculaires lisses de la prostate. En conséquence, l’utilisation quotidienne d’un médicament alpha-adrénergique peut augmenter le débit urinaire et soulager les symptômes de fréquence urinaire et de nycturie. Certains médicaments alpha-l-adrénergiques – par exemple, la doxazosine (Cardura), la prazosine (Minipress), la térazosine (Hytrin) et la tamsulosine (bloqueur sélectif des récepteurs alpha 1-A – Flomax) – ont été utilisés à cette fin. Une étude récente a révélé que 10 milligrammes (mg) de térazosine par jour produisaient une réduction de 30 % des symptômes de l’HBP chez environ les deux tiers des hommes prenant le médicament. Des doses quotidiennes plus faibles de térazosine (2 et 5 mg) n’ont pas produit autant d’avantages que la dose de 10 mg. Les auteurs du rapport recommandent aux médecins d’augmenter progressivement la dose à 10 mg à moins que des effets secondaires gênants ne surviennent. Les effets secondaires possibles des alpha-bloquants sont l’hypotension orthostatique (vertiges en position debout, dus à une chute de la pression artérielle), la fatigue et les maux de tête. Dans cette étude, l’hypotension orthostatique était l’effet secondaire le plus fréquent, et les auteurs ont noté que la prise de la dose quotidienne le soir peut atténuer le problème. Un autre effet secondaire troublant des alpha-bloquants est le développement d’un dysfonctionnement éjaculatoire (jusqu’à 16 % des patients en souffriront). Dans une étude portant sur plus de 2 000 patients atteints d’HBP, un maximum de 10 mg de térazosine a réduit les scores moyens de l’indice des symptômes AUA de 20 à 12,4 sur un an, par rapport à une baisse de 20 à 16,3 chez les patients prenant un placebo.

Un avantage des alpha-bloquants, par rapport au finastéride, est qu’ils agissent presque immédiatement. Ils ont également l’avantage supplémentaire de traiter l’hypertension lorsqu’elle est présente chez les patients atteints d’HBP. Cependant, la supériorité de la térazosine sur le finastéride peut dépendre davantage de la taille de la prostate. Lorsque les deux médicaments ont été comparés dans une étude publiée dans Le New England Journal of Medicine, la térazosine a semblé produire une plus grande amélioration des symptômes de l’HBP et du débit urinaire que le finastéride. Mais cette différence peut être due au plus grand nombre d’hommes dans l’étude avec de petites prostates, qui seraient plus susceptibles d’avoir des symptômes d’HBP dus à une constriction des muscles lisses plutôt qu’à une obstruction physique par un excès de tissu glandulaire. La doxazosine a été évaluée dans trois études cliniques portant sur 337 hommes atteints d’HBP. Les patients prenaient soit un placebo, soit 4 mg à 12 mg de doxazosine par jour. Le médicament actif a réduit les symptômes urinaires de 40 % de plus que le placebo et a augmenté le débit urinaire de pointe de 2,2 ml/s en moyenne (contre 0,9 ml/s pour les patients sous placebo).

Malgré la croyance antérieure selon laquelle la doxazosine n’était efficace que pour l’HBP légère ou modérée, les patients présentant des symptômes graves ont connu la plus grande amélioration. Les effets secondaires, notamment les étourdissements, la fatigue, l’hypotension (pression artérielle basse), les maux de tête et l’insomnie, ont conduit à l’abandon de l’étude par 10 % de ceux qui prenaient le médicament actif et 4 % de ceux qui prenaient le placebo. Chez les hommes traités pour l’hypertension, les doses de médicaments antihypertenseurs peuvent devoir être ajustées en raison des effets hypotenseurs d’un alpha-bloquant.

Inhibiteurs de la phosphodiestérase-5

Les inhibiteurs de la phosphodiestérase-5, tels que Cialis, sont couramment utilisés pour la dysfonction érectile, mais lorsqu’ils sont utilisés quotidiennement, ils peuvent également détendre le muscle lisse de la prostate et l’hyperactivité du muscle de la vessie. Des études examinant l’impact de l’utilisation quotidienne de Cialis par rapport au placebo ont démontré une réduction du score international des symptômes de la prostate de quatre à cinq points, et Cialis était supérieur au placebo pour réduire la fréquence urinaire, l’urgence et les épisodes d’incontinence urinaire. Cependant, les études examinant l’impact de Cialis sur le débit urinaire n’ont pas montré de changement significatif.

Opération

Le traitement chirurgical de la prostate implique le déplacement ou l’ablation de l’adénome obstructif de la prostate. Les traitements chirurgicaux ont toujours été réservés aux hommes qui ont échoué au traitement médical et à ceux qui ont développé une rétention urinaire secondaire à l’HBP, des infections récurrentes des voies urinaires, des calculs vésicaux ou des saignements de la prostate. Cependant, un grand nombre d’hommes respectent mal le traitement médical en raison d’effets secondaires. Un traitement chirurgical peut être envisagé pour ces hommes afin de prévenir la détérioration à long terme de la fonction vésicale.

Les options chirurgicales actuelles comprennent la résection transurétrale monopolaire et bipolaire de la prostate (TURP), la prostatectomie simple robotisée (rétropubienne, sus-pubienne et laparoscopique), l’incision transurétrale de la prostate, la vaporisation transurétrale bipolaire de la prostate (TUVP), la vaporisation photosélective de la prostate (PVP ), le lifting urétral prostatique (PUL), l’ablation thermique par micro-ondes transurétrales (TUMT), la thermothérapie à la vapeur d’eau, l’ablation transurétrale à l’aiguille (TUNA) de la prostate et l’énucléation par laser holmium (HoLEP) ou thulium (ThuLEP).

Traitements Thermiques

Les procédures thermiques atténuent les symptômes en utilisant le transfert de chaleur par convection à partir d’un générateur de radiofréquence. L’ablation transurétrale à l’aiguille (TUNA) de la prostate utilise des ondes radio à faible énergie, délivrées par de minuscules aiguilles à l’extrémité d’un cathéter, pour chauffer le tissu prostatique. Une étude de six mois portant sur 12 hommes atteints d’HBP (âgés de 56 à 76 ans) a révélé que le traitement réduisait les scores de l’indice des symptômes AUA de 61 % et produisait des effets secondaires mineurs (y compris une douleur légère ou des difficultés à uriner pendant un à sept jours chez tous les hommes) . Une éjaculation rétrograde est survenue chez un patient. Un autre traitement thermique, la thérapie par micro-ondes transurétrale (TUMT), est une alternative peu invasive à la chirurgie pour les patients présentant une obstruction de l’évacuation de la vessie causée par l’HBP. Réalisée en ambulatoire sous anesthésie locale, la TUMT endommage le tissu prostatique par l’énergie micro-onde (chaleur) émise par un cathéter urétral.

Une nouvelle forme de thérapie thermique, appelée thérapie thermique à la vapeur d’eau ou Rezum, implique la conversion de l’énergie thermique en vapeur d’eau pour provoquer la mort cellulaire dans la prostate. Des études examinant la taille de la prostate à six mois après une thérapie thermique à la vapeur d’eau ont démontré une réduction de 29 % de la taille de la prostate par IRM.

Avec les thérapies thermales, plusieurs séances de traitement peuvent être nécessaires, et la plupart des hommes ont besoin de plus de traitement pour les symptômes de l’HBP dans les cinq ans suivant leur traitement thermal initial.

Incision transurétrale de la prostate (TUIP)

Cette procédure a été utilisée pour la première fois aux États-Unis au début des années 1970. Comme la résection transurétrale de la prostate (TURP), elle se fait avec un instrument qui est passé à travers l’urètre. Mais au lieu d’enlever l’excès de tissu, le chirurgien ne fait qu’une ou deux petites incisions dans la prostate avec un couteau électrique ou un laser, soulageant la pression sur l’urètre. Le TUIP ne peut être fait que pour les hommes dont la prostate est plus petite. Elle prend moins de temps que la TURP et peut être réalisée en ambulatoire sous anesthésie locale dans la plupart des cas. Une incidence plus faible de l’éjaculation rétrograde est l’un de ses avantages.

Lifting urétral prostatique (UroLift)

Contrairement aux autres thérapies qui éliminent ou réséquent le tissu prostatique, la procédure de lifting urétral prostatique consiste à placer des implants UroLift dans la prostate sous visualisation directe pour comprimer les lobes de la prostate et désobstruer l’urètre prostatique. Les implants sont placés à l’aide d’une aiguille qui traverse la prostate pour délivrer une petite languette métallique l’ancrant à la capsule de la prostate. Une fois la languette capsulaire placée, une suture reliée à la languette capsulaire est tendue et une deuxième languette en acier inoxydable est placée sur la suture pour la verrouiller en place. La suture est sectionnée.

Voir une vidéo de la procédure UroLift.

Prostatectomie transurétrale (TURP)

Cette procédure est considérée comme la « norme de référence » du traitement de l’HBP — celle à laquelle les autres mesures thérapeutiques sont comparées. Cela implique l’ablation du noyau de la prostate avec un résectoscope – un instrument passé à travers l’urètre dans la vessie. Un fil attaché au résectoscope enlève le tissu de la prostate et scelle les vaisseaux sanguins avec un courant électrique. Un cathéter reste en place pendant un à trois jours, et une hospitalisation d’un ou deux jours est généralement nécessaire. La TURP provoque peu ou pas de douleur et un rétablissement complet peut être attendu trois semaines après la chirurgie. Dans des cas soigneusement sélectionnés (patients ayant des problèmes médicaux et des prostates plus petites), la TURP peut être possible en ambulatoire.

L’amélioration après la chirurgie est la plus grande chez ceux qui présentent les pires symptômes. Une amélioration marquée se produit chez environ 93 % des hommes présentant des symptômes graves et chez environ 80 % de ceux présentant des symptômes modérés. La mortalité par TURP est très faible (0,1%). Cependant, l’impuissance suit la TURP chez environ 5 à 10 % des hommes, et l’incontinence survient chez 2 à 4 %.

Prostatectomie

La prostatectomie est une opération très courante. Environ 200 000 de ces procédures sont effectuées chaque année aux États-Unis. Une prostatectomie pour une maladie bénigne (HBP) implique l’ablation de la seule partie interne de la prostate (prostatectomie simple). Cette opération diffère d’une prostatectomie radicale pour cancer, dans laquelle tout le tissu prostatique est retiré. La prostatectomie simple offre la meilleure et la plus rapide chance d’améliorer les symptômes de l’HBP, mais elle peut ne pas atténuer totalement l’inconfort. Par exemple, la chirurgie peut soulager l’obstruction, mais les symptômes peuvent persister en raison d’anomalies de la vessie.

La chirurgie entraîne le plus grand nombre de complications à long terme, notamment :

  • Impuissance
  • Incontinence
  • Éjaculation rétrograde (éjaculation du sperme dans la vessie plutôt que par le pénis)
  • La nécessité d’une deuxième opération (chez 10 % des patients après cinq ans) en raison d’une croissance continue de la prostate ou d’un rétrécissement de l’urètre résultant d’une intervention chirurgicale

Bien que l’éjaculation rétrograde ne comporte aucun risque, elle peut provoquer l’infertilité et l’anxiété. La fréquence de ces complications dépend du type de chirurgie.

La chirurgie est retardée jusqu’à ce que toute infection des voies urinaires soit traitée avec succès et que la fonction rénale soit stabilisée (si la rétention urinaire a entraîné des lésions rénales). Les hommes qui prennent de l’aspirine doivent arrêter sept à 10 jours avant la chirurgie, car l’aspirine interfère avec la capacité du sang à coaguler.

Des transfusions sont nécessaires chez environ 6 % des patients après TURP et 15 % des patients après prostatectomie ouverte.

Étant donné que le moment de la chirurgie de la prostate est électif, les hommes qui peuvent avoir besoin d’une transfusion – principalement ceux qui ont une très grosse prostate, qui sont plus susceptibles de subir une perte de sang importante – ont la possibilité de donner leur propre sang à l’avance, au cas où ils en auraient besoin. pendant ou après la chirurgie. Cette option est appelée transfusion sanguine autologue.

Prostatectomie ouverte

Une prostatectomie ouverte est l’opération de choix lorsque la prostate est très volumineuse – par exemple, > 80 grammes (puisque la chirurgie transurétrale ne peut pas être pratiquée en toute sécurité chez ces hommes). Cependant, il comporte un risque plus élevé de complications potentiellement mortelles chez les hommes atteints de maladies cardiovasculaires graves, car la chirurgie est plus étendue que la TURP ou la TUIP.

Dans le passé, les prostatectomies ouvertes pour l’HBP étaient réalisées soit par le périnée – la zone située entre le scrotum et le rectum (la procédure est appelée prostatectomie périnéale) – soit par une incision abdominale inférieure. La prostatectomie périnéale a été largement abandonnée comme traitement de l’HBP en raison du risque plus élevé de blessure aux organes environnants, mais elle est toujours utilisée pour le cancer de la prostate. Deux types de prostatectomie ouverte pour l’HBP – suprapubienne et rétropubienne – utilisent une incision s’étendant du dessous de l’ombilic (nombril) jusqu’au pubis. Une prostatectomie sus-pubienne consiste à ouvrir la vessie et à retirer les nodules prostatiques élargis à travers la vessie. Dans une prostatectomie rétropubienne, la vessie est poussée vers le haut et le tissu prostatique est retiré sans pénétrer dans la vessie. Dans les deux types d’opération, un cathéter est placé dans la vessie par l’urètre et un autre par une ouverture pratiquée dans la paroi abdominale inférieure. Les cathéters restent en place pendant trois à sept jours après la chirurgie. Les complications postopératoires immédiates les plus courantes sont les saignements excessifs et l’infection de la plaie (généralement superficielle). Les complications potentielles plus graves comprennent la crise cardiaque, la pneumonie et l’embolie pulmonaire (caillot sanguin dans les poumons). Les exercices de respiration, les mouvements des jambes au lit et la marche précoce visent à prévenir ces complications. La période de récupération et le séjour à l’hôpital sont plus longs que pour la chirurgie transurétrale de la prostate.

Article précédentQu’est-ce qu’un traitement individualisé du cancer de la prostate ?
Article suivantTraitement du cancer de la prostate : ce qu’il faut savoir sur la surveillance active