Accueil santé mentale Qu’est-ce que l’anorexie mentale?

Qu’est-ce que l’anorexie mentale?

120
0
Homme souffrant d’anorexie. Crédit d’image : Africa Studio / Shutterstock

Qu’est-ce que l’anorexie mentale?

L’anorexie mentale (AN) est un trouble de l’alimentation caractérisé par la restriction de l’apport énergétique qui conduit à un poids corporel significativement faible.

On pense qu’il a le taux de mortalité le plus élevé de tous les troubles psychiatriques, l’âge moyen d’apparition est de 15 ans, avec environ 80 à 90% des personnes diagnostiquées étant des femmes.

Il est deux fois plus fréquent chez les adolescentes, et les personnes atteintes du trouble ont généralement une peur extrême de prendre du poids associée à une image corporelle déformée et une incapacité à comprendre la gravité de leur faible poids corporel.

Quelles sont les causes de l’anorexie?

La recherche a mis en évidence une gamme de facteurs environnementaux, psychologiques, intrapersonnels et biologiques censés influencer l’apparition de l’AN.

Anomalies dans les voies de récompense

La recherche suggère que des anomalies dans les systèmes de récompense alimentaire peuvent être associées à l’AN. Des études d’imagerie cérébrale fonctionnelle ont montré que les participants à l’AN récupérés avaient une attribution de saillance accrue aux stimuli alimentaires aversifs et gratifiants par rapport à ceux sans AN. En outre, des études d’imagerie cérébrale structurelle ont montré des altérations dans les régions du cerveau impliquées dans les voies de récompense chez les personnes atteintes d’AN.

Causes génétiques

Des études sur la famille et les jumeaux ont indiqué que la génétique peut jouer un rôle dans l’apparition de l’AN. L’analyse génétique et les études d’imagerie, en particulier, ont montré que l’anorexie est plus susceptible d’être développée dans les familles présentant des traits de personnalité compétitifs, obsessionnels et perfectionnistes.

Médias sociaux et pressions sociétales

On pense que l’utilisation des plateformes de médias sociaux et l’exposition à la télévision et aux magazines de mode sont liées à l’apparition de l’AN en raison de l’internalisation des types de corps minces. Les médias sociaux, en particulier, combinent les médias traditionnels avec le potentiel d’interaction entre pairs. Cette propagation des stéréotypes parmi les pairs peut augmenter le risque de développer des comportements alimentaires inadaptés. Par exemple, la recherche a révélé qu’un tiers de tout le contenu vidéo lié à l’anorexie pouvait être considéré comme « pro-anorexie », et par rapport à d’autres vidéos discutant des conséquences de l’AN, les vidéos « pro-anorexie » avaient des cotes d’écoute plus élevées.

D’autres recherches ont mis en évidence que l’utilisation inadaptée de sites tels que Facebook par lesquels les individus se comparent aux autres est liée à une augmentation de l’insatisfaction corporelle et des comportements alimentaires inadaptés.

La recherche a montré que l’anorexie peut être développée comme un mécanisme d’adaptation en réponse aux conflits familiaux, aux transitions et aux pressions académiques.

Signes et symptômes de l’anorexie

Il existe une gamme de signes et de symptômes de l’anorexie; il s’agit notamment des éléments suivants :

  • Comportement rituel envers l’alimentation
  • Sauter des repas, éviter les aliments considérés comme engraissants ou manger très peu
  • Troubles du sommeil
  • Croire que perdre une quantité importante de poids est positif
  • Le développement du lanugo (cheveux fins et duveteux)
  • Peau sèche et perte de cheveux
  • Manque de circulation dans les mains et les pieds
  • Diminution de la libido
  • Peur extrême de prendre du poids

En plus de cela, il existe une gamme de signes qui pourraient indiquer qu’un être cher souffre d’anorexie. Il s’agit notamment des éléments suivants :

  • Essayer de dissimuler leur poids en portant des vêtements amples ou amples
  • Éviter de manger autour des autres
  • Mentir sur leur poids, quand et combien ils ont mangé
  • Perte de poids significative
  • Manger lentement ou couper leur nourriture en plus petits morceaux pour essayer de cacher le peu qu’ils consomment.

L’une des principales caractéristiques psychologiques de l’anorexie est la surévaluation significative du poids et de la forme. Alors que les personnes souffrant d’anorexie ont tendance à restreindre leur apport alimentaire, elles peuvent également faire de l’exercice excessif pour brûler un grand nombre de calories. Par exemple, ils peuvent préférer se tenir debout plutôt que de s’asseoir et de participer à la danse, à l’athlétisme et au sport. Certains peuvent utiliser des diurétiques et des laxatifs pour réduire encore plus leur poids.

En règle générale, les personnes diagnostiquées avec l’anorexie peuvent participer à une « vérification corporelle » par laquelle elles mesurent, pèsent et se voient à plusieurs reprises dans le miroir. Ces comportements peuvent leur permettre d’être rassurés qu’ils sont encore minces.

Effets à long terme de l’anorexie

L’AN est associé à une gamme de complications médicales qui peuvent représenter environ plus de la moitié de tous les décès des personnes atteintes de la maladie.

Immunologique

Le système neuroendocrinien contrôle la fonction immunitaire. Ceux qui ont un AN ont été trouvés pour avoir des déséquilibres hormonaux importants entraînant des changements dans leur système immunitaire. La plupart des complications affectent les principaux systèmes d’organes, mais peuvent causer d’autres problèmes tels que l’hypothermie, l’hypotension et la bradycardie. Des complications peuvent survenir en raison de la malnutrition et de la perte de poids. Par exemple, la famine peut entraîner un catabolisme des graisses et des protéines qui provoque la perte de la fonction et du volume cellulaires. Cela peut affecter et conduire à l’atrophie des muscles, du foie, des intestins, du cœur et des reins.

Dermatologique

Au fur et à mesure que la malnutrition persiste, les personnes atteintes d’AN peuvent développer une peau sèche qui peut saigner et se fissurer, en particulier autour des orteils et des doigts. En outre, une acrocyanose peut survenir, le patient développant une intolérance au froid entraînant une décoloration bleuâtre des oreilles, des doigts et du nez. Cela peut se produire en raison de la dérivation du sang vers les organes centraux en réponse à l’hypothermie souvent observée chez les personnes atteintes d’AN.

Ostéoporose

L’ostéoporose est un problème de santé par lequel les os deviennent moins denses et plus susceptibles de se fracturer. La recherche a montré que les personnes souffrant d’anorexie sont plus susceptibles de développer la maladie en raison de déficits hormonaux et nutritionnels. En particulier, les femmes souffrant d’anorexie peuvent cesser de synthétiser les œstrogènes, ce qui peut entraîner une perte extrême de densité osseuse. En outre, les personnes atteintes du trouble produisent généralement plus de l’hormone du stress, le cortisol, qui a également été associée à la perte osseuse.

Chez les hommes, on pense que le manque de testostérone, la perte de poids et les déficits nutritionnels expliquent l’apparition de l’ostéoporose.

Gastro-intestinal

Si le poids corporel tombe de 15 à 20% en dessous du poids corporel idéal, une gastroparésie peut se produire, ce qui retarde la vidange de l’estomac. Cela peut se manifester par des symptômes de douleurs dans le haut de l’estomac et de ballonnements. Si les symptômes ne sont pas détectés en temps opportun, une dilatation importante de l’estomac peut entraîner une nécrose gastrique, la mort ou une perforation.

Anémie

Une étude examinant les complications hématologiques de l’anorexie chez les femmes a révélé qu’un peu moins d’un cinquième d’entre elles souffraient d’anémie. L’anémie non traitée peut causer des problèmes avec le système immunitaire en raison du manque de fer, ce qui signifie que les personnes souffrant d’anorexie et d’anémie peuvent être plus à risque de développer des infections et des maladies. D’autres risques incluent des complications affectant les poumons ou le cœur.

Diagnostiquer l’anorexie

Les cliniciens examineront les symptômes présentés et se référeront à la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5) de l’American Psychiatric Association pour poser un diagnostic. Le DSM-5 décrit les symptômes de l’AN, qui sont classés par gravité, type et état.

A) Restriction de l’apport énergétique qui conduit à un poids corporel significativement faible par rapport à la santé physique, l’âge, le sexe et la trajectoire de développement.

B) L’individu présente une peur intense de devenir gros ou de prendre du poids. Des comportements persistants sont présents qui empêchent la prise de poids malgré un poids extrêmement faible.

C) L’individu a une distorsion dans la façon dont il voit sa forme ou son poids corporel ou une capacité réduite à reconnaître la gravité de son faible poids corporel.

Le DSM-5 définit un poids significativement faible comme un poids qui est inférieur à la normale minimale pour les adultes et minimalement attendu pour les adolescents et les enfants.

Une fois l’examen effectué, la gravité des symptômes sera également spécifiée, laquelle pour les adolescents et les enfants est basée sur l’indice de masse corporelle (IMC) percentile, et pour les adultes, sur leur IMC actuel. En plus de l’IMC, la gravité peut être augmentée en fonction des symptômes cliniques, du besoin de supervision et du niveau d’incapacité fonctionnelle.

Indice de masse corporelle en lbs et pi, en - Crédit d’illustration: Zerbor / Shutterstock

Indice de masse corporelle en lbs et pi, en – Crédit d’illustration: Zerbor / Shutterstock

Niveaux de gravité

  • Léger : IMC>- 17 kg/m2
  • Modéré : IMC 16-16,99 kg/m2
  • Sévère : IMC 15-15,99 kg/m2
  • Extrême : IMC < 15 kg/m2

Traitement de l’anorexie

Il est essentiel de commencer le traitement dès que possible, afin de réduire la probabilité de développer de graves complications de santé associées à la famine et à la composante mentale du trouble. Une combinaison de prise de poids supervisée et de thérapie est souvent proposée pour traiter les schémas de pensée inadaptés. Les traitements diffèrent entre les jeunes et les enfants, et ceux de plus de 18 ans.

Thérapie pour les enfants et les jeunes

La thérapie pour les moins de 18 ans comprend une thérapie centrée sur la famille, une psychothérapie axée sur l’adolescent ou une thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

  • Au cours de la thérapie familiale, le patient et les membres de la famille discuteront de la façon dont l’anorexie les affecte et exploreront les moyens par lesquels la famille peut soutenir et aider à prévenir les rechutes.
  • Grâce à une psychothérapie axée sur l’adolescent, un thérapeute aidera le patient à explorer les causes, les stratégies de prévention et les implications de la sous-alimentation.
  • La TCC aide les patients à faire de meilleurs choix alimentaires, à devenir plus conscients des conséquences sur la santé et des risques de la famine et, en fin de compte, à les aider à faire face à leurs sentiments. Le thérapeute peut également accompagner le patient dans la création d’un plan de traitement personnalisé.

Thérapie pour adultes

La thérapie pour les adultes atteints de AN comprend la prise en charge clinique de soutien spécialisée (SSCM), le traitement de l’anorexie mentale Maudsley pour adultes (MANTRA), la thérapie psychodynamique focale et la TCC.

  • Grâce au SSCM, un thérapeute aidera le patient à comprendre les causes de son AN et lui fournira des conseils nutritionnels en plus d’aider le patient à comprendre le lien entre ses habitudes alimentaires et l’AN.
  • MANTRA consiste à explorer et à mieux comprendre les causes de l’anorexie du patient. Il met particulièrement l’accent sur ce qui est important pour chaque individu et les aide à changer leur comportement lorsqu’ils se sentent psychologiquement prêts.
  • La thérapie psychodynamique focale est souvent proposée si le patient ne considère pas les autres options qui lui conviennent ou si les alternatives ont échoué. Il vise à clarifier l’association entre les habitudes alimentaires du patient, sa perception de soi, ses pensées et la façon dont il voit les autres autour de lui.
  • La TCC aide les patients à faire de meilleurs choix alimentaires, à devenir plus conscients des conséquences sur la santé et des risques de la famine et, en fin de compte, à les aider à faire face à leurs sentiments. Le thérapeute peut également accompagner le patient dans la création d’un plan de traitement personnalisé.

Options de traitement général

En plus de la thérapie, les personnes souffrant d’anorexie recevront généralement des conseils diététiques suggérant quels aliments et suppléments doivent être pris pour rester en bonne santé. Ceci est particulièrement important pour les jeunes qui traversent la puberté, car leur AN peut causer des carences qui peuvent les empêcher de se développer et de grandir correctement. Des médicaments tels que les antidépresseurs peuvent être prescrits en combinaison avec un traitement pour aider à traiter les troubles psychologiques comorbides, y compris la dépression, l’anxiété et les phobies sociales. Cependant, ceux-ci ne sont généralement pas donnés aux moins de 18 ans.

Soutien à l’anorexie

Si vous croyez que vous pourriez avoir l’anorexie, il est important de consulter votre médecin dès que possible, car les interventions précoces vous donnent les meilleures chances de guérison.

Si vous êtes un ami ou un membre de la famille inquiet, vous pouvez faire savoir à la personne que vous êtes inquiet pour elle et l’inciter à consulter son médecin. Il existe une gamme d’organismes de bienfaisance, de lignes d’assistance et de groupes de soutien disponibles pour les personnes souffrant d’anorexie et leurs amis et membres de la famille.

Sources

  • Filippo E. De., Marra M., Alfinito F., et al. (2016). Complications hématologiques dans l’anorexie mentale.
  • Bennett, Chloé. (26 août 2019). Qu’est-ce que l’anorexie mentale?. News-Médical. Extrait le 07 avril 2022 de https://www.news-medical.net/health/Anorexia-Nervosa.aspx.
  • Institut national de l’arthrite et des maladies musculo-squelettiques et cutanées (2018). Ce que les personnes atteintes d’anorexie mentale doivent savoir sur l’ostéoporose. www.bones.nih.gov/…/anorexia-nervosa
  • Moore C. A., et Bokor B. R. (2019). Anorexie mentale. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK459148/
  • NHS (2018). Anorexie mentale. https://www.nhs.uk/conditions/anorexia/
  • NHS (2018). Anémie ferriprive. https://www.nhs.uk/conditions/iron-deficiency-anaemia/
  • Misra M., Shulaman D., & Weiss A. (2013). Fiche. Anorexie. Le Journal of Clinical Endocrinology and metabolism. DOI: 10.1210/jcem.98.5.zeg35a
  • Sidani J. E., Shensa A., Hoffman B. (2017). L’association entre l’utilisation des médias sociaux et les préoccupations alimentaires chez les jeunes adultes américains. Journal de l’Académie de nutrition et de diététique. DOI: 10.1016/j.jand.2016.03.021
  • Morris J. et Twaddle S. (2007). Anorexie Nerosa. Le BMJ. DOI: 10.1136/bmj.39171.616840.BE
  • Gorwood P., Blanchet-Collet C., Chartel N., et al. (2016). Nouvelles perspectives sur l’anorexie mentale. Frontières en neurosciences. DOI: 10.3389/fnins.2016.00256
  • Mehler P S., & Brown C. (2015). Anorexie mentale – Complications médicales. Journal des troubles de l’alimentation. DoI: 10.1186/s40337-015-0040-8
  • Slotwinska S.M., & Slotwinski R. (2017). Troubles immunitaires dans l’anorexie. Central European Journal of Immunology. DOI: 10.5114/ceji.2017.70973
Article précédentQu’est-ce qu’un trouble de l’alimentation?
Article suivantQu’est-ce que l’anémie?