Accueil COVID19 La variante SARS-CoV-2 BA.5 génère A concernant la sous-variante divergente BA5.3.1.1. ...

La variante SARS-CoV-2 BA.5 génère A concernant la sous-variante divergente BA5.3.1.1. Ce scientifique a maintenant été renommé en tant que sous-lignée BE.1

95
0

Il est déjà bien connu qu’au cours des derniers mois, ceux qui contrôlent les récits du COVID-19 ont déployé des efforts concertés pour bloquer l’accès du public aux données concernant les variantes émergentes du SRAS-Cov-2 ainsi que d’autres souches virales émergentes ou de retarder la diffusion de ces informations au public. Parmi les stratégies déployées figure la menace d’arrêt du financement des chercheurs et des propriétaires de plateformes publiques de partage impliquant des données de séquençage génomique non conformes.

Par conséquent, beaucoup ne sont pas au courant de l’émergence de nouvelles sous-variantes Delta troisième et quatrième dans certaines parties du Moyen-Orient et d’Afrique et ne sont pas non plus informés des sous-variantes BA.1 et BA.2 avec de nouvelles mutations qui ont émergé à Taiwan et à Hong Kong qui utilisez de nouveaux récepteurs de chimiokines pour entrer directement dans le système nerveux central et le cerveau ! De même, une toute nouvelle variante du SARS-CoV-2 est apparue dans certaines parties des États-Unis, notamment le Montana, le Nebraskas, Washington et le Michigan. Fait intéressant, quelques souches réassorties ont également émergé au Danemark et sur le continent africain, mais les chercheurs n’ont pas encore rendu publiques les données. (Notez que le même scénario s’est produit pour les variantes de vison au Danemark dont les données ont été rendues publiques des mois plus tard et également d’une manière qui n’a pas beaucoup attiré l’attention du public !)

Cependant, dans ce scénario, les personnes impliquées n’ont pas été en mesure de contrôler les données car trop de séquençages génomiques à travers le monde montrent la même chose concernant l’émergence de la sous-variante BA.5, c’est-à-dire la variante BA.5.3.1.1 que les scientifiques ont maintenant renommée Sous-lignée BE.1 en raison de sa divergence avec les variantes précédentes d’Omicron.

Déjà, la variante BA.2, dont autant de propriétés antigéniques et pathogènes différentes ont été préoccupantes car elle est plus évasive immunitaire, plus transmissible et elle-même, ainsi que des sous-variantes émergentes, ont également pu causer beaucoup plus de complications de santé malgré de nombreux individus en bonne santé au départ. présentant des symptômes asymptomatiques ou légers.

Les débuts ultérieurs des variantes BA.4 et BA.5 qui sont encore plus pathogènes, immunitaires évasives et transmissibles avec la capacité d’augmenter le risque de mortalité viennent tout juste de commencer à se propager et à l’échelle mondiale et leurs poussées sont attendues peu de temps après le BA.2.12 .1 vagues. (Sauf en Afrique du Sud où les ondes BA.4 et BA.5 touchent déjà les locaux.)

Cependant, ces variantes BA.4 et BA.5 engendrent elles-mêmes de nouvelles sous-variantes pour non seulement combattre les divers antiviraux et thérapeutiques monoclonaux utilisés en plus des anticorps générés par les vaccins actuels et l’immunité naturelle, mais aussi de manière à affecter davantage de voies cellulaires dans l’hôte humain.

Les mutations déterminantes pour la nouvelle sous-lignée BE.1 sont ORF3a:V48F et ORF3a:G49C.

D’autres mutations trouvées sur la sous-variante BA.5 comprenaient N:E136D, ORF1a:Q556K, ORF1b:M1156I, ORF1a:A1204T.

Jusqu’à présent, la sous-lignée BE.1 était originaire d’Afrique du Sud et se trouve maintenant au Royaume-Uni (la nouvelle plaque tournante pour toutes sortes de nouveaux virus et maladies !), en Australie, aux États-Unis, en Allemagne et au Danemark.
https://github.com/cov-lineages/pango-designation/issues/696

On pense que la nouvelle variante BE.1 a un avantage de croissance de 24 % ou plus !
https://cov-spectrum.org/explore/Australie/AllSamples/Past3M/variants?aaMutations=orf1a%3Aq556k%2CN%3AE136D%2CS%3AL452R%2CS%3AF486V%2CM%3AD3N%2CORF1b%3AM1156I&aaMutations1=orf3a%3A49c% 2Corf3a%3A48f%2Corf1a%3Aq556k%2CN%3AE136D%2CS%3AL452R%2CS%3AF486V%2CM%3AD3N%2CORF1b%3AM1156I&analysisMode=CompareToBaseline&

D’après des données préliminaires, les mutations de cette sous-lignée sont peut-être capables de causer plus de dommages au système immunitaire de l’hôte !

Ainsi, en plus d’être plus immunisé aux vaccins, aux thérapeutiques monoclonales actuelles et à l’immunité naturelle, il pourrait éventuellement causer plus de dommages au système immunitaire de l’hôte humain !

À ce jour, la majorité des séquençages qui montrent cette nouvelle sous-lignée proviennent de patients hospitalisés et présentant une maladie grave !
Ce sera amusant dans les semaines à venir car ce nouveau Sous-lignée BE.1 se propage à l’échelle mondiale et gagne en prédominance dans la circulation.

Article précédentUne nouvelle maladie virale appelée « grippe de la tomate » affectant les jeunes enfants dans de nombreux États de l’Inde !
Article suivantLes autorités sanitaires du Congo déclarent que 9 personnes sont mortes du monkeypox cette année alors que le Nigeria signale son premier décès par monkeypox pour 2022