Accueil santé A à Z Comment soulager des allergies de printemps ?

Comment soulager des allergies de printemps ?

171
0
Et oui, vos allergies peuvent en fait s’aggraver.

Nez qui coule, yeux qui piquent, éternuements … c’est le  printemps! Dans de nombreuses régions du monde, la saison des allergies commence en février et peut durer jusqu’au début de l’été.

L’allergologue Frank J. Eidelman, MD, MBA, FAAAAI, explique ce qui peut rendre les allergies de printemps si brutales et comment vous pouvez gérer les éternuements, la respiration sifflante, le reniflement et plus encore.

Pourquoi vos allergies sont si graves au printemps

La rhinite allergique (rhume des foins) et les allergies nasales peuvent affecter considérablement votre qualité de vie. En fait, l’American College of Allergy, Asthma and Immunology rapporte que les allergies sont la sixième cause de maladie chronique aux États-Unis.

« Ils peuvent vraiment vous rendre malheureux. Vos yeux démangent et gonflent, votre nez est congestionné, vous éternuez beaucoup et vos poumons peuvent devenir irrités », explique le Dr Eidelman. « Et plus loin dans le spectre, la gravité peut devenir invalidante. Vous ne pouvez pas sortir du lit, vous ne pouvez pas dormir, vous ne pouvez pas vous concentrer sur votre travail – cela peut être intense. »

Le Dr Eidelman explique pourquoi les allergies printanières en particulier peuvent être si débilitantes.

  • Tout est en fleurs : « Lorsque nous parlons d’allergies printanières, nous parlons de pollen d’arbre », explique le Dr Eidelman. Les arbres fleurissent bien sûr au printemps, ce qui signifie que les personnes allergiques au pollen des arbres sont particulièrement misérables à cette période de l’année.
  • Votre géographie est importante : Les climats tempérés connaissent trois saisons polliniques de base: le printemps (pollen d’arbre), l’été (pollen de graminées) et l’automne (pollen de mauvaises herbes et moisissures). Dans les régions subtropicales, la saison du pollen de graminées peut être beaucoup plus longue – et sans le temps hivernal ou le gel pour empêcher les arbres et les plantes de produire du pollen, les saisons des allergies ne se terminent pas.
  • Blâmer le changement climatique, aussi: Si vous avez l’impression que vos allergies printanières se sont aggravées, vous ne l’imaginez pas. « Avec le changement climatique, la pollinisation printanière s’est aggravée au cours des 10 à 20 dernières années », note le Dr Eidelman. « Au fur et à mesure que les saisons se réchauffent, nous voyons plus de pollen, des saisons de pollinisation plus longues et plus intenses. Cela semble être une tendance mondiale. »

Peut-on prévenir les allergies printanières?

Si vous avez des allergies légères, vous pouvez avoir tendance à sourire et à le supporter. Mais si vos allergies sont plus intenses, elles peuvent vraiment interférer avec votre vie.

Le Dr Eidelman recommande de commencer un vaporisateur nasal topique de stéroïdes une ou deux semaines avant le début de la saison des allergies. Ces sprays peuvent prévenir l’inflammation dans votre nez et bloquer certains de vos pires symptômes avant qu’ils ne commencent.

Pour obtenir le plus d’avantages, cependant, commencez à les utiliser avant même le début de la saison des allergies afin qu’ils soient efficaces au moment où le pollen commence à voler. Et utilisez-les quotidiennement jusqu’à la fin de la saison.

Comment gérer les allergies printanières

Le Dr Eidelman dit que bon nombre des meilleurs médicaments nasaux sont maintenant disponibles en vente libre. Ils appartiennent à quelques catégories différentes.

1. Antihistaminiques

La première catégorie de médicaments est celle des antihistaminiques, qui se répartissent en deux groupes de base :

  • Antihistaminiques de première génération : Ces médicaments plus anciens, comme Benadryl® (diphenhydramine), provoquent de la somnolence et ralentissent les temps de réaction, ce qui peut avoir un impact sur votre travail quotidien et votre capacité à utiliser des machines (comme votre voiture). « Vous pourriez penser que le médicament ne vous affecte pas », prévient le Dr Eidelman, « mais vous ne fonctionnez probablement pas aussi bien que vous le pensez. »
  • Antihistaminiques de deuxième génération : Les médicaments plus récents comme Claritin® (loratadine), Allegra® (fexofénadine) et Zyrtec® (cétirizine) sont moins sédatifs ou non sédatifs. « Ce sont les médicaments préférés pour les symptômes de base comme les démangeaisons, les éternuements ou l’écoulement nasal », conseille le Dr Eidelman.

2. Vaporisateurs nasaux

Si vous souffrez de congestion nasale, d’écoulement postnasal et de pression sinusale, les antihistaminiques ne sont pas particulièrement efficaces, explique le Dr Eidelman. Mais vous pouvez ajouter un stéroïde nasal topique comme Flonase® (fluticasone), Rhinocort® (budésonide), Nasonex® (mométasone) ou Nasacort® (triamcinolone).

Ces vaporisateurs nasaux ne sont pas sédatifs et n’ont pas d’effets secondaires, mais vous devez les utiliser tous les jours pour qu’ils fonctionnent.

« Ils sont l’étalon-or pour les allergies nasales modérées à graves », explique le Dr Eidelman. « Ils fonctionnent bien, mais la chose à garder à l’esprit est qu’ils n’ont pas d’effet immédiat. »

3. Décongestionnants

Une autre option pour traiter la congestion nasale, l’écoulement postnasal et la pression sinusale consiste à ajouter un Sudafed® (pseudoéphédrine) à votre antihistaminique quotidien. La pseudoéphédrine est un décongestionnant, ce qui signifie qu’elle peut aider à la congestion.

Mais les décongestionnants ne sont pas recommandés si vous souffrez d’hypertension ou de problèmes cardiaques. Et il y a d’autres risques à connaître.

La pseudoéphédrine, qui se trouve également dans les médicaments combinés comme Allegra-D®, Claritin-D® et Zyrtec-D®, peut causer des effets secondaires graves, comme:

  • Hypertension artérielle.
  • Palpitations cardiaques.
  • Une hypertrophie de la prostate.

« Dans l’ensemble, je ne le recommande pas aux personnes ayant des problèmes cardiaques, et je ne recommanderais pas aux personnes de plus de 40 ans de le prendre régulièrement », explique le Dr Eidelman. Si c’est vous, tenez-vous plutôt à un stéroïde nasal topique.

4. Injections contre les allergies du printemps

Si les médicaments en vente libre et les vaporisateurs nasaux ne semblent pas fonctionner, vous voudrez peut-être envisager des injections contre les allergies, également connues sous le nom d’immunothérapie. « L’immunothérapie contre les allergies est le seul traitement qui a le potentiel de guérir la rhinite allergique », explique le Dr Eidelman.

Ils peuvent réduire votre sensibilité au pollen et à d’autres choses auxquelles vous êtes allergique. Si vous êtes allergique au pollen d’arbre, par exemple, vous obtiendrez un vaccin contre les allergies à base de protéines de pollen d’arbre.

« Dans un laboratoire, ils extraient la protéine du pollen d’arbre et en fabriquent un extrait », explique le Dr Eidelamn. « Cet extrait est ensuite utilisé pour désensibiliser ou rendre le patient moins sensible au pollen des arbres. »

Méfiez-vous des remèdes « naturels » contre les allergies du printemps

Les pots Neti et les flacons de rinçage nasal peuvent apporter un soulagement si vous recherchez des moyens sans médicaments de traiter vos allergies. La plupart de ces méthodes impliquent simplement de rincer votre cavité nasale avec de l’eau salée, et elles sont assez sûres lorsqu’elles sont utilisées correctement. Assurez-vous simplement d’utiliser de l’eau distillée avec eux pour éviter l’infection, et n’utilisez pas d’eau froide à moins que vous n’aimiez le gel du cerveau.

Si vous avez des allergies au pollen d’arbre ou aux plantes, cependant, évitez tout remède à base de plantes présumé. « Je ne recommande rien d’herbacé », dit le Dr Eidelman. Ils peuvent en fait aggraver les choses.

Par exemple, les personnes allergiques à l’herbe à poux ont parfois de graves réactions allergiques à l’échinacée, un stimulant immunitaire courant. Ce produit à base de plantes provient de la fleur de cône pourpre – un proche parent de l’herbe à poux.

Avec cet exemple à l’esprit, le Dr Eidelman offre un dernier avertissement sur les remèdes à base de plantes: « Gardez à l’esprit que ce n’est pas parce que quelque chose est naturel que vous n’allez pas y être allergique. »

Article précédentLa Physiothérapie en cas de lombalgie
Article suivantLe shampooing sec nettoie-t-il les cheveux?