Accueil Actualités & Innovation Un essai clinique montre que le dupilumab (Dupixent) aide à lutter contre...

Un essai clinique montre que le dupilumab (Dupixent) aide à lutter contre l’asthme non contrôlé

308
0

 

De nouvelles découvertes de l’essai LIBERTY ASTHMA QUEST montrent que l’adjonction dupilumab (Dupixent) a montré un bénéfice symptomatique pour les patients présentant à la fois une apparition précoce et tardive non contrôlée asthme.

Dans les données d’essais publiées dans le Chest Journal, l’interleukine 4 et 13 (IL-4 ; IL-13) ciblant l’anticorps monoclonal a montré une réduction associée des exacerbations sévères et une amélioration de la fonction pulmonaire chez les patients de 40 ans et moins (apparition précoce asthme), et plus de 40 ans (apparition tardive asthme). L’évaluation du sous-groupe du LIBERTY ASTHME L’étude QUEST, qui a observé dupilumab 200 mg ou 300 mg en traitement d’appoint pris toutes les 2 semaines par rapport au placebo, a déterminé à la fois des patients plus jeunes et plus âgés avec asthme peut bénéficier du produit biologique.

Les chercheurs, dirigés par le Dr Mario Castro du University Of Arizona College of Medicine, Tucson ont analysé les taux annualisés d’exacerbations graves chez les patients observés au cours de la période de traitement de 52 semaines dans l’étude de phase 3. L’équipe a utilisé des modèles de régression binomiale négative, ainsi que le changement par rapport à la ligne de base du volume expiratoire forcé pré-bronchodilatateur à 1 seconde (VEMS1) aux semaines 12 et 52, pour parvenir à comprendre comment dupilumab traite les taux d’exacerbation et la fonction pulmonaire chez les asthme les patients.

L’initiale LIBERT ASTHME Les résultats de QUEST ont indiqué des patients avec des biomarqueurs de type 2 élevés au départ selon les éosinophiles sanguins ≥ 150 cellules/mcL ou l’oxyde nitrique exhalé fractionné (FeNO) ≥ 25 ppb. Les chercheurs ont mené cette analyse pour évaluer l’influence de l’âge au début de l’asthme sur l’évolution de la maladie, les comorbidités associées et la réponse au traitement.

Individus avec apparition tardive asthme ont rapporté un VEMS prébronchodilatateur moyen inférieur1 (1,52 L) que les patients souffrant d’asthme précoce (1,88 L), ainsi qu’un taux moindre d’état atopique persistant (71,1 % vs 86,6 %). Les groupes de patients ont signalé des exacerbations annuelles sévères moyennes de base similaires par patient (2,12 vs 2,08), des taux médians d’éosinophiles sanguins (270 cellules/mcL vs 250 cellules/mcL) et de FeNO (26 ppb vs 24 ppb).

Avec 200 mg dupilumab versus placebo, les patients ont signalé une réduction de 38,1 % des exacerbations sévères (P = .0009) au début asthme, et une réduction de 63,7% des exacerbations sévères (P <.0001) en cas d’apparition tardive asthme

/span>.

Avec 300 mg dupilumab versus placebo, les patients ont signalé une réduction de 37,3 % des exacerbations sévères (P = .0007) au début asthme, et une réduction de 68,5% des exacerbations sévères (P <.0001) en cas d’apparition tardive asthme.

A la semaine 12, dupilumab 200 mg et 300 mg, respectivement, améliorent significativement le VEMS1 par 0,13 L (P <.0001) et 0,11 L (P = 0,0005) dans le groupe de patients à début précoce et de 0,14 L (P = 0,003) et 0,17 L (P = 0,0003) dans le groupe de patients à apparition tardive, par rapport au placebo.

Les chercheurs ont observé des améliorations maintenues du VEMS pré-bronchodilatateur1 à 52 semaines (P <.05). L’événement indésirable le plus fréquent était la réaction au site d’injection, survenant chez 1 % et 5 % des groupes de patients traités.

L’équipe de recherche a conclu dupilumab réduction des exacerbations sévères et amélioration de la fonction pulmonaire chez les patients présentant une apparition précoce et tardive non contrôlée, modérée à sévère asthme. Le médicament a été généralement bien toléré et a été associé à un taux numériquement plus élevé de réductions des exacerbations sévères chez les patients à début tardif.

Le sous-groupe LIBERTY ASTHME Les découvertes de QUEST arrivent la même année qu’une autre évaluation qui a montré que les patients avec et sans rhinite allergique comorbide, une condition d’accompagnement courante pour les patients atteints d’asthme inflammatoire de type 2, ont également signalé des réductions de l’asthme sévère. asthme exacerbations et amélioration de la fonction pulmonaire.

Le Dr Monica Kraft de la chaire du département de médecine du Collège de médecine de l’Université d’Arizona à Tucson, co-auteur, a souligné les avantages croissants de la thérapie biologique complémentaire conçue pour cibler les voies clés de l’allergie asthme et a commenté Thaïlande Médical News lors d’une interview : « Je pense que c’est le moment idéal pour être dans le asthme domaine des soins, parce que vous avez des choix pour les patients que nous n’avions pas auparavant », a déclaré Kraft. « Nous avons encore du travail à faire. Vous savez, nous n’avons pas fini. Tout ce non-type 2 asthme est un grand besoin non satisfait.

La liberté Asthme QUEST est un essai de phase 3, multinational, multicentrique, randomisé, en double aveugle, contrôlé par placebo, en groupes parallèles (NCT02414854) chez des patients atteints de asthme qui reçoivent un traitement continu par corticostéroïdes inhalés (CSI) plus un ou deux autres asthme contrôleur de médicaments.

Référence :DUPILUMAB RÉDUIT LE TAUX D’EXACERBATION D’ASTHME GRAVE ET AMÉLIORE LA FONCTION POUMONNELLE QUEL QUE SOIT L’ÂGE AU DÉBUT DE L’ASTHME : L’ÉTUDE LIBERTY ASTHMA QUEST Mario Castro, MD, Nicola Hanania, Santiago Quirce, Lawrence Sher, Jorge Maspero, Megan Rice, Michel Djandji, Mark Ballard , Paul Rowe, Yamo Deniz, Ariel Teper, Chest Journal
DOI : https://doi.org/10.1016/j.chest.2019.08.870

Article précédentLa FDA américaine approuve le Reblozyl (Luspatercept-aamt) pour une maladie sanguine rare : la bêta-thalassémie
Article suivantLa canagliflozine (Invokana) approuvée pour le traitement de la maladie rénale diabétique