Accueil Santé feminine Statistiques sur les taux de survie par stade

Statistiques sur les taux de survie par stade

49
0

Le cancer du sein est un type courant de cancer. Elle affecte généralement les femmes mais peut également survenir chez les hommes. Dans le passé, c’était presque toujours mortel. Cependant, grâce aux progrès de la médecine, la plupart des personnes diagnostiquées précocement peuvent recevoir un traitement efficace et salvateur.

Le cancer du sein est le deuxième plus courant cause de décès liés au cancer chez les femmes aux États-Unis, après le cancer du poumon.

Cependant, selon la Société américaine du cancer (ACS), 90 % des personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer du sein vivront encore au moins 5 ans. Cela inclut tous les types de cancer du sein à n’importe quel stade du diagnostic.

Le taux de survie des personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer du sein à un stade précoce (ou cancer localisé) est de 99 %.

Plus de 3,1 millions de femmes aux États-Unis ont des antécédents de cancer du sein. Les progrès continus en matière de traitement contribuent à améliorer les taux de survie et la qualité de vie des personnes atteintes d’un cancer du sein.

Le cancer du sein peut se développer à tout âge, mais le risque augmente avec l’âge. Aux États-Unis, le âge moyen au moment du diagnostic est de 61 ans. Les hommes reçoivent généralement un diagnostic entre 60 et 70 ans.

Recevoir un diagnostic de cancer du sein peut être difficile. Certaines personnes peuvent Se sentir accablé et avoir un sentiment d’irréalité ou d’engourdissement, tout en sachant qu’ils devaient prendre des décisions.

Souvent, la première chose qu’une personne veut savoir lorsqu’elle ou un proche reçoit un diagnostic est quelles sont ses chances de survie.

Les autorités sanitaires publient des statistiques qui montrent combien de personnes se rétabliront complètement et combien de temps une personne peut espérer vivre.

Cependant, il convient de rappeler le points suivants compte tenu de ces statistiques :

  • Les chiffres montrent l’expérience moyenne de chacun avec un diagnostic, et non des cas individuels.
  • Les chiffres montrent souvent qu’un certain pourcentage de personnes vivra au moins 5 ans de plus, mais de nombreuses personnes vivent beaucoup plus longtemps.
  • Le traitement s’améliore rapidement, mais les estimations actuelles – basées sur les données recueillies de 2008 à 2014 – peuvent ne pas refléter la façon dont les améliorations récentes pourraient augmenter les taux de survie.
  • Les estimations ne font pas de distinction entre les types de cancer. Certains cancers se développent plus lentement, ce qui augmente les chances d’un traitement efficace. D’autres peuvent être difficiles à diagnostiquer jusqu’aux stades ultérieurs, lorsqu’ils sont plus difficiles à traiter.
  • Les estimations ne tiennent pas compte de facteurs individuels, tels que l’âge, l’état de santé général, le statut des récepteurs hormonaux ou l’accès et l’abordabilité des soins de santé.

Discuter de ces statistiques et de la situation d’une personne avec un médecin peut aider à clarifier ce que ces résultats signifient pour la personne.

Le taux de survie global moyen à 5 ans des personnes atteintes d’un cancer du sein invasif est de 90%, selon l’American Society of Clinical Oncology (ASCO). Le cancer du sein invasif est tout cancer qui s’est déjà propagé ou qui est susceptible de se propager.

L’ACS tombe en panne Taux de survie à 5 ans en étapes, comme suit :

Localisé: Il y a un 99% chance de vivre encore au moins 5 ans si la personne reçoit un diagnostic avant que le cancer ne se soit propagé. Selon l’ASCO, 62 % de toutes les personnes reçoivent un diagnostic à ce stade.

Régional: Si le cancer s’est propagé aux ganglions lymphatiques voisins ou à d’autres tissus, la personne a globalement 85 % de chances de vivre encore 5 ans ou plus.

Loin: Aussi connu sous le nom de cancer du sein métastatique, si le cancer s’est propagé à d’autres organes, tels que les poumons ou le foie, il existe une 27% chance globale de vivre encore au moins 5 ans. Environ 6% des personnes reçoivent un diagnostic à ce stade.

Les chiffres pour les États-Unis suggèrent qu’en 2019, 62 930 femmes et 2 670 hommes recevront un diagnostic de cancer du sein. Les statistiques prédisent également qu’il y aura 42 260 décès dus au cancer du sein, dont 41 760 seront des femmes et 500 seront des hommes.

Taux de survie à 5 ans pour les hommes

Moins que 1% des cancers du sein se développent chez les hommes.

Les mâles ont un 1 sur 833 risque de développer un cancer du sein. Les hommes blancs ont 100 fois moins de chance d’avoir un cancer du sein que les femmes blanches. Le risque est 70 fois plus faible chez les hommes noirs que chez les femmes noires.

Les premiers symptômes peuvent être plus difficiles à repérer chez les hommes, et seuls 47% recevoir un diagnostic à ce stade.

Par conséquent, les statistiques de survie à 5 ans des hommes sont légèrement inférieures à celles des femmes :

  • Cancer localisé : 100 %
  • Régional : 75 à 87 %
  • Éloigné : 25 %

Le taux de survie global des hommes est de 84 %.

En savoir plus sur le cancer du sein masculin.

En moyenne, 83% des personnes qui reçoivent un diagnostic de cancer du sein vivent 10 ans ou plus.

Cependant, moins de statistiques ou de détails sont disponibles pour cette période.

Divers facteurs influent sur la durée de vie d’une personne atteinte d’un cancer du sein.

Au cours de la procédure de diagnostic, un médecin recueillera des informations sur l’étendue de la propagation du cancer et sur le type de cellules cancéreuses présentes.

Ces les facteurs affectera la façon dont le cancer agira et comment il réagira aux différents types de traitement.

Organiser

Les facteurs qui peuvent aider à déterminer le stade comprennent :

  • la taille de la tumeur
  • s’il s’est propagé aux tissus ou aux ganglions lymphatiques voisins
  • si le cancer est présent dans d’autres parties du corps

Il existe différentes façons d’attribuer un stade au cancer, mais elles décrivent toutes la partie du corps qu’il a affectée.

En général, moins il s’est propagé, plus il est facile de le traiter. Le stade du cancer du sein au moment du diagnostic est l’un des facteurs les plus importants pour prédire les taux de survie.

Le cancer du sein métastatique désigne un cancer du sein qui s’est propagé à d’autres parties du corps. En savoir plus ici.

Taper

Il y a divers types du cancer du sein et différentes manières de les décrire.

Une distinction que les médecins font est de savoir si un cancer est in situ ou invasif. Ils peuvent également décrire un cancer selon l’endroit où il commence.

Sur place

C’est un cancer qui ne s’est pas propagé. Il est également connu sous le nom de cancer de stade 0.

Il peut ou non se propager à l’avenir. Un médecin recommandera souvent un traitement, car il ne sait pas quels cas se propageront. Carcinome canalaire in situ est un exemple courant de ce type.

Envahissant

C’est un cancer qui a commencé à se propager à d’autres régions du sein. Le carcinome canalaire invasif est la forme la plus courante de cancer du sein. Il commence dans les conduits de lait et se déplace dans les tissus environnants.

D’autres types courants comprennent le carcinome lobulaire, qui peut également être in situ ou invasif. Ces types affectent les glandes qui produisent le lait.

Cancer du sein inflammatoire

Il s’agit d’un type moins courant, représentant 1–5 % de cas. Il ne s’agit généralement pas d’une grosseur. Cela rend le diagnostic plus difficile. Autour de 1 sur 3 cas, le diagnostic se produira dans les stades ultérieurs, ce qui rend difficile un traitement efficace.

Notes

Les médecins notent les cellules cancéreuses sur une échelle de 1 à 3. La note reflète la différence entre les cellules cancéreuses d’un individu et ses cellules saines. Il indique également à quelle vitesse les cellules cancéreuses semblent se développer.

Les cellules de grade 1 se développent généralement plus lentement et sont moins susceptibles de se propager, et il y a de meilleures chances de traitement efficace.

Protéines et hormones

Certaines protéines et hormones dans le corps peuvent affecter les perspectives d’une personne. Connaître une personne HER2 le statut et le statut des récepteurs hormonaux peuvent aider un médecin à recommander le bon traitement.

HER2

Autour de 1 sur 4 cas de cancer du sein, un gène appelé HER2 fait trop de HER2 protéine. Cela peut augmenter le risque de propagation, de croissance ou de récidive du cancer.

Des médicaments sont disponibles pour traiter le cancer du sein qui présente cette caractéristique.

Le médecin discutera de la personne HER2 statut et ce que cela signifie, et ils élaboreront un plan de traitement qui en tiendra compte.

Statut des récepteurs hormonaux

Dans certains types de cancer du sein, les caractéristiques liées aux hormones peuvent affecter les chances de croissance et de propagation. Connaître le statut des récepteurs hormonaux d’une personne peut affecter ses options de traitement et ses perspectives.

Récepteur hormonal positif: Ces cancers répondront à une thérapie qui affecte le fonctionnement des mécanismes hormonaux.

Cancers triple positifs: Médicaments ciblant les œstrogènes, la progestérone ou HER2 peut aider.

Cancers triples négatifs et sans récepteurs hormonaux n’ont pas d’hormones ou HER2 implication, de sorte qu’ils ne répondront pas aux traitements qui ciblent les hormones ou HER2.

Pour l’instant, cela peut rendre ces types Plus difficile traiter. Cependant, les chercheurs recherchent des thérapies avec une réponse efficace.

Les perspectives pour de nombreux types de cancer du sein sont bonnes, surtout si une personne reçoit un diagnostic à un stade précoce.

Une façon de détecter les changements mammaires qui peuvent nécessiter un traitement consiste à assister à un dépistage régulier.

La Collège américain des médecins inciter les femmes à parler de dépistage à leur médecin dès l’âge de 40 ans. Les femmes à risque moyen devraient passer une mammographie tous les 2 ans à partir de 50-74 ans.

D’autres autorités, comme la ACS, faire différentes recommandations. La situation sera différente pour chaque personne. Le médecin peut aider la personne à élaborer un plan qui lui convient.

Plus tôt une personne reçoit un diagnostic, meilleures sont ses chances de suivre un traitement efficace. Un traitement efficace signifie généralement une perspective plus longue.

Article précédentGrippe, COVID-19 et pneumonie : un nouveau rapport compare les décès
Article suivantUne étude établit un lien entre la mauvaise qualité de l’air et les troubles du rythme cardiaque