Accueil maladies et médicaments Hernie discale : Diagnostic et Traitement

Hernie discale : Diagnostic et Traitement

267
0
hernie discale lombaire
lower back pain

Aperçu

Une hernie discale fait référence à un problème avec l’un des coussins en caoutchouc (disques) qui se trouvent entre les os (vertèbres) qui s’empilent pour former votre colonne vertébrale.

Un disque rachidien a un centre (noyau) doux et gélatineux enfermé dans un extérieur plus dur et caoutchouteux (anneau). Parfois appelée disque glissé ou disque rompu, une hernie discale survient lorsque une partie du noyau pousse à travers une déchirure de l’anneau.

Une hernie discale, qui peut survenir dans n’importe quelle partie de la colonne vertébrale, peut irriter un nerf voisin. Selon l’endroit où se trouve la hernie discale, elle peut entraîner une douleur, un engourdissement ou une faiblesse dans un bras ou une jambe.

De nombreuses personnes ne présentent aucun symptôme d’une hernie discale. La chirurgie n’est généralement pas nécessaire pour soulager le problème.

Symptômes

La plupart des hernies discales se produisent dans le bas du dos, bien qu’elles puissent également se produire dans le cou. Les signes et symptômes dépendent de l’emplacement du disque et du fait que le disque appuie sur un nerf. Ils affectent généralement un côté du corps.

  • Douleur au bras ou à la jambe. Si votre hernie discale est dans le bas du dos, vous ressentirez généralement le plus de douleur dans vos fesses, vos cuisses et vos mollets. Vous pourriez également ressentir une douleur dans une partie du pied. Si votre hernie discale est dans votre cou, vous ressentirez généralement le plus de douleur à l’épaule et au bras. Cette douleur peut se propager dans votre bras ou votre jambe lorsque vous toussez, éternuez ou vous déplacez dans certaines positions. La douleur est souvent décrite comme vive ou brûlante.
  • Engourdissement ou fourmillement. Les personnes qui ont une hernie discale ont souvent un engourdissement irradiant ou des picotements dans la partie du corps desservie par les nerfs affectés.
  • Faiblesse. Les muscles desservis par les nerfs affectés ont tendance à s’affaiblir. Cela peut vous faire trébucher ou affecter votre capacité à soulever ou tenir des objets.

Vous pouvez avoir une hernie discale sans symptômes. Vous ne savez peut-être pas que vous l’avez à moins qu’il n’apparaisse sur une image de la colonne vertébrale.

Les causes

La hernie discale est le plus souvent le résultat d’une usure progressive liée au vieillissement appelée dégénérescence discale. En vieillissant, vos disques deviennent moins flexibles et plus enclins à se déchirer ou à se rompre avec même une légère tension ou torsion.

La plupart des gens ne peuvent pas identifier la cause de leur hernie discale. Parfois, utiliser les muscles du dos au lieu des muscles des jambes et des cuisses pour soulever des objets lourds peut entraîner une hernie discale, tout comme la torsion et la rotation pendant le levage. Rarement, un événement traumatisant tel qu’une chute ou un coup dans le dos en est la cause.

Facteurs de risque

Les facteurs qui peuvent augmenter votre risque de hernie discale comprennent:

  • Poids. Un poids corporel excessif provoque un stress supplémentaire sur les disques du bas du dos.
  • Occupation. Les personnes ayant des emplois physiquement exigeants courent un plus grand risque de problèmes de dos. Le levage, la traction, la poussée, la flexion latérale et la torsion répétées peuvent également augmenter le risque de hernie discale.
  • La génétique. Certaines personnes héritent d’une prédisposition à développer une hernie discale.
  • Fumeur. On pense que fumer réduit l’apport d’oxygène au disque, ce qui le fait se décomposer plus rapidement.

Complications

Juste au-dessus de votre taille, votre moelle épinière se termine. Ce qui continue à travers le canal rachidien est un groupe de longues racines nerveuses qui ressemblent à une queue de cheval (queue de cheval).

Rarement, une hernie discale peut comprimer tout le canal rachidien, y compris tous les nerfs de la queue de cheval. Rarement, une intervention chirurgicale d’urgence peut être nécessaire pour éviter une faiblesse permanente ou une paralysie.

Cherchez des soins médicaux d’urgence si vous avez:

  • Aggravation des symptômes. La douleur, l’engourdissement ou la faiblesse peuvent augmenter au point de gêner vos activités quotidiennes.
  • Dysfonctionnement de la vessie ou de l’intestin. Le syndrome de la queue de cheval peut provoquer une incontinence ou des difficultés à uriner même avec une vessie pleine.
  • Anesthésie en selle. Cette perte progressive de sensation affecte les zones qui toucheraient une selle – l’intérieur des cuisses, l’arrière des jambes et la zone autour du rectum.

La prévention

Pour éviter une hernie discale, procédez comme suit:

  • Exercer. Le renforcement des muscles du tronc stabilise et soutient la colonne vertébrale.
  • Maintenez une bonne posture. Cela réduit la pression sur votre colonne vertébrale et vos disques. Gardez le dos droit et aligné, en particulier lorsque vous êtes assis pendant de longues périodes. Soulevez correctement les objets lourds en faisant en sorte que vos jambes – et non votre dos – fassent la plupart du travail.
  • Maintenez un poids santé. L’excès de poids met plus de pression sur la colonne vertébrale et les disques, ce qui les rend plus sensibles à l’hernie.
  • Arrêter de fumer. Évitez d’utiliser des produits du tabac.

Diagnostic

Lors de l’examen physique, votre médecin vérifiera la sensibilité de votre dos. On vous demandera peut-être de vous allonger à plat et de déplacer vos jambes dans différentes positions pour aider à déterminer la cause de votre douleur.

Votre médecin peut également effectuer un examen neurologique pour vérifier:

  • Réflexes
  • Force musculaire
  • Capacité de marche
  • Capacité à ressentir des touches légères, des piqûres d’épingle ou des vibrations

Dans la plupart des cas de hernie discale, un examen physique et des antécédents médicaux sont tout ce qui est nécessaire pour un diagnostic. Si votre médecin soupçonne une autre affection ou a besoin de voir quels nerfs sont touchés, il peut demander un ou plusieurs des tests suivants.

Tests d’imagerie

  • Les rayons X. Les radiographies simples ne détectent pas les hernies discales, mais elles peuvent exclure d’autres causes de maux de dos, telles qu’une infection, une tumeur, des problèmes d’alignement de la colonne vertébrale ou un os cassé.
  • CT scan. Un scanner CT prend une série de rayons X de différentes directions, puis les combine pour créer des images en coupe de votre colonne vertébrale et des structures qui l’entourent.
  • IRM. Les ondes radio et un champ magnétique puissant sont utilisés pour créer des images des structures internes de votre corps. Ce test peut être utilisé pour confirmer l’emplacement de la hernie discale et pour voir quels nerfs sont touchés.
  • Myélogramme. Un colorant est injecté dans le liquide céphalorachidien avant la prise de rayons X. Ce test peut montrer une pression sur votre moelle épinière ou vos nerfs en raison de plusieurs hernies discales ou d’autres conditions.

Tests nerveux

Les électromyogrammes et les études de conduction nerveuse mesurent la façon dont les impulsions électriques se déplacent le long du tissu nerveux. Cela peut aider à localiser les lésions nerveuses.

  • Étude de conduction nerveuse. Ce test mesure les impulsions nerveuses électriques et le fonctionnement de vos muscles et nerfs grâce à des électrodes placées sur votre peau. L’étude mesure les impulsions électriques dans vos signaux nerveux lorsqu’un petit courant traverse le nerf.
  • Électromyographie (EMG). Lors d’un EMG, votre médecin insère une électrode aiguille à travers votre peau dans divers muscles. Le test évalue l’activité électrique de vos muscles lorsqu’ils se contractent et lorsqu’ils sont au repos.

Traitement

Le traitement conservateur – principalement la modification des activités pour éviter les mouvements qui causent de la douleur et la prise d’analgésiques – soulage les symptômes de la plupart des gens en quelques jours ou semaines.

Médicaments

  • Médicaments contre la douleur en vente libre.Si votre douleur est légère à modérée, votre médecin peut vous recommander des analgésiques en vente libre, tels que l’acétaminophène (Tylenol, autres), l’ibuprofène (Advil, Motrin IB, autres) ou le naproxène sodique (Aleve).
  • Injections de cortisone. Si votre douleur ne s’améliore pas avec les médicaments oraux, votre médecin peut vous recommander un corticostéroïde qui peut être injecté dans la zone autour des nerfs spinaux. L’imagerie vertébrale peut aider à guider l’aiguille.
  • Relaxants musculaires. On pourrait vous les prescrire si vous avez des spasmes musculaires. La sédation et les étourdissements sont des effets secondaires courants.
  • Opioïdes. En raison des effets secondaires des opioïdes et du potentiel de dépendance, de nombreux médecins hésitent à les prescrire pour une hernie discale. Si d’autres médicaments ne soulagent pas votre douleur, votre médecin pourrait envisager l’utilisation à court terme d’opioïdes, comme la codéine ou une combinaison oxycodone-acétaminophène (Percocet, Roxicet). La sédation, la nausée, la confusion et la constipation sont des effets secondaires possibles de ces médicaments.

Thérapie

Votre médecin pourrait vous suggérer une thérapie physique pour soulager votre douleur. Les physiothérapeutes peuvent vous montrer des positions et des exercices conçus pour minimiser la douleur d’une hernie discale.

Chirurgie

Peu de personnes atteintes d’une hernie discale ont éventuellement besoin d’une intervention chirurgicale. Votre médecin pourrait suggérer une intervention chirurgicale si les traitements conservateurs ne parviennent pas à améliorer vos symptômes après six semaines, en particulier si vous continuez à avoir:

  • Douleur mal contrôlée
  • Engourdissement ou faiblesse
  • Difficulté à se tenir debout ou à marcher
  • Perte de contrôle de la vessie ou des intestins

Dans presque tous les cas, les chirurgiens peuvent retirer uniquement la partie saillante du disque. Rarement, le disque entier doit être retiré. Dans ces cas, les vertèbres peuvent devoir être fusionnées avec une greffe osseuse.

Pour permettre le processus de fusion osseuse, qui prend des mois, du matériel métallique est placé dans la colonne vertébrale pour assurer la stabilité de la colonne vertébrale. Rarement, votre chirurgien pourrait suggérer l’implantation d’un disque artificiel.

Remèdes maison et mode de vie

En plus de prendre les analgésiques recommandés par votre médecin, essayez:

  • Application de chaleur ou de froid. Au départ, des compresses froides peuvent être utilisées pour soulager la douleur et l’inflammation. Après quelques jours, vous pouvez passer à une chaleur douce pour soulager et réconforter.
  • Éviter trop de repos au lit. Rester au lit peut entraîner des articulations raides et des muscles faibles – ce qui peut compliquer votre récupération. Au lieu de cela, reposez-vous dans une position confortable pendant 30 minutes, puis faites une courte promenade ou travaillez. Essayez d’éviter les activités qui aggravent votre douleur.
  • Reprendre l’activité lentement. Laissez votre douleur vous guider dans la reprise de vos activités. Assurez-vous que vos mouvements sont lents et contrôlés, en particulier en vous penchant vers l’avant et en vous soulevant.

Médecine douce

Certains traitements de médecine alternative et complémentaire peuvent aider à soulager les maux de dos chroniques. Les exemples comprennent:

  • Chiropratique. La manipulation vertébrale s’est avérée modérément efficace pour les lombalgies qui durent au moins un mois. Rarement, le traitement chiropratique du cou peut provoquer certains types d’accidents vasculaires cérébraux.
  • Acupuncture. Bien que les résultats soient généralement modestes, l’acupuncture semble soulager les douleurs chroniques au dos et au cou.
  • Massage. Cette thérapie pratique peut apporter un soulagement à court terme aux personnes souffrant de lombalgies chroniques.

Préparez votre rendez-vous

Vous commencerez probablement par consulter votre médecin de famille. Vous pourriez être référé à un médecin spécialisé en médecine physique et réadaptation, chirurgie orthopédique, neurologie ou neurochirurgie.

Ce que tu peux faire

Avant votre rendez-vous, soyez prêt à répondre aux questions suivantes:

  • Quand vos symptômes ont-ils commencé?
  • Avez-vous soulevé, poussé ou tiré quelque chose au moment où vous avez ressenti les premiers symptômes? Vous vous tordiez le dos?
  • La douleur vous a-t-elle empêché de participer à des activités?
  • Qu’est-ce qui, le cas échéant, semble améliorer vos symptômes?
  • Qu’est-ce qui, le cas échéant, semble aggraver vos symptômes?
  • Quels médicaments ou suppléments prenez-vous?

À quoi s’attendre de votre médecin

Votre médecin pourrait poser d’autres questions, notamment:

  • Votre douleur se propage-t-elle dans vos bras ou vos jambes?
  • Ressentez-vous une faiblesse ou un engourdissement dans vos bras ou vos jambes?
  • Avez-vous remarqué des changements dans vos habitudes intestinales ou vésicales?
  • La toux ou les éternuements aggravent-ils vos douleurs aux jambes?
  • La douleur interfère-t-elle avec le sommeil ou le travail?
  • Votre travail implique-t-il de soulever des objets lourds?
  • Fumez-vous ou utilisez-vous autrement des produits du tabac?
  • Comment votre poids a-t-il changé récemment?
Article précédentLes 14 meilleurs aliments pour la croissance des cheveux
Article suivantLa scoliose : Diagnostic et traitement