Accueil Bien être & réhabilitation Guide de physiothérapie pour le syndrome des loge

Guide de physiothérapie pour le syndrome des loge

101
0
Le syndrome des loges peut être une condition médicale grave. Cela se produit lorsqu’il y a une augmentation de la pression dans l’un des compartiments du corps. Un compartiment est une zone avec un espace limité en raison des os, du fascia (une fine enveloppe de tissu) et d’autres structures. Lorsque cette pression augmente, les nerfs et les vaisseaux sanguins traversant la zone sont comprimés. Cela se traduit par une douleur profonde dans une partie du corps (généralement la jambe ou le bras).

Le syndrome des loges est classé comme aigu ou chronique.

Le syndrome du compartiment aigu est une urgence médicale. Avec un cas aigu, la vitesse d’apparition conduit à une pression très élevée dans la zone touchée. Les cas aigus résultent généralement d’une blessure traumatique. Ils sont considérés comme une urgence et doivent être traités immédiatement pour éviter une éventuelle perte d’un membre ou des dommages aux organes.

Le syndrome chronique des loges est fréquent chez les jeunes athlètes. La condition se développe lentement au fil du temps. Il peut être associé à des erreurs d’entraînement ou à un espace limité dans le compartiment lui-même.

Les physiothérapeutes peuvent aider à identifier les facteurs pouvant conduire au syndrome chronique des loges et aider les personnes à gérer leur état avec succès. Ils aident également les gens à retrouver leurs mouvements, leur force et leur fonction normaux après toute intervention chirurgicale nécessaire.

Les physiothérapeutes sont des experts du mouvement qui améliorent la qualité de vie grâce à des soins pratiques, à l’éducation des patients et aux mouvements prescrits. Vous pouvez contacter directement un physiothérapeute pour une évaluation.

Qu’est-ce que le syndrome des loges ?

Les zones de notre corps, notamment au niveau des bras, des jambes et de l’abdomen (région du ventre), sont divisées en compartiments. Les compartiments contiennent des muscles, des nerfs et des vaisseaux sanguins. Chaque compartiment est séparé par un fascia, un tissu épais en forme de feuille qui n’est pas très élastique. Le corps peut gérer les changements normaux de pression dans ces compartiments. Par exemple, nos tissus peuvent gonfler légèrement après un entraînement intensif ou une blessure légère.

Mais la pression s’accumule lorsque trop de gonflement se produit dans un compartiment et que le fascia ne se dilate pas pour permettre l’augmentation du volume. Cette pression peut être supérieure à ce que notre corps peut supporter. Le résultat est des douleurs et des lésions musculaires. De plus, l’approvisionnement en sang à l’intérieur et dans le compartiment est restreint. Si la condition ne disparaît pas, le tissu est blessé. La pression doit être relâchée pour éviter des dommages permanents.

Il existe deux catégories de syndrome des loges – aigu ou chronique  en fonction de la cause et des symptômes. Les signes et symptômes communs aux deux incluent les « cinq P »:

  • La douleur
  • Pâleur (teint pâle).
  • Paresthésie (engourdissement).
  • Absence de pouls (pouls faible).
  • Paralysie (faiblesse).

Syndrome aigu des loges

Le syndrome du compartiment aigu est une urgence médicale. Il peut se développer dès quelques heures après une blessure grave. Sans traitement, des lésions tissulaires peuvent survenir et ne peuvent pas être réparées. Le SCA se développe le plus souvent dans la partie inférieure de la jambe et l’avant-bras.

Le SCA est généralement causé par une blessure grave, telle que :

  • Un coup direct ou un coup porté au membre (choc athlétique, accident du travail ou chute grave).
  • Blessures par écrasement (accident de voiture, accident de chantier).
  • Pansements très restrictifs.

Syndrome de loge chronique

Le syndrome chronique des loges est souvent appelé syndrome des loges « d’effort ». Les exercices qui impliquent des mouvements répétés, tels que marcher, courir, faire du vélo, nager, jouer au tennis ou sauter, provoquent généralement un SCC. Trop d’exercice, sans temps de récupération, entraîne un surmenage des tissus de la jambe. Le développement du CCS peut être influencé par :

  • Mauvais contrôle du corps pendant le mouvement.
  • Mauvaises chaussures.
  • Entraînement sur des surfaces dures ou inégales.
  • Trop d’entraînement.

L’utilisation de stéroïdes a également été liée au CCS.

Comment ça se sent ?

Syndrome aigu des loges. Les signes et symptômes les plus courants du SCA comprennent :

  • Douleur intense dans le membre concerné qui peut être disproportionnée par rapport à la réponse typique à la blessure.
  • Modifications de la sensation (picotements, brûlures, engourdissements).
  • Un sentiment que le membre est tendu ou plein (à cause du gonflement et de l’augmentation de la pression).
  • Un membre avec une couleur étrange.
  • Douleur intense avec étirement du muscle impliqué.
  • Douleur intense lorsque la zone touchée est touchée.
  • Douleur majeure ou incapacité à porter du poids sur le membre atteint.

Syndrome chronique des loges. Les symptômes du SCC peuvent être similaires à ceux du SCA, mais moins graves et non dus à une blessure traumatique aiguë. Ceux-ci peuvent inclure :

  • Douleur et/ou crampes dans le membre atteint qui s’aggravent généralement avec l’activité et diminuent avec le repos.
  • Léger gonflement.
  • Douleur à l’étirement.
  • Engourdissement ou picotement dans le membre.
  • Faiblesse dans le membre.

Comment est-il diagnostiqué?

Les physiothérapeutes travaillent en collaboration avec d’autres fournisseurs de soins de santé pour diagnostiquer et traiter le syndrome des loges. Votre physiothérapeute procédera à une évaluation approfondie pour déterminer tous les facteurs pouvant contribuer à votre état.

Syndrome aigu des loges. Le SCA doit être traité immédiatement. Si vous présentez des signes de SCA après une blessure grave, rendez-vous immédiatement aux urgences pour une évaluation par un médecin. Ils peuvent mesurer le niveau de pression dans le compartiment concerné. Si nécessaire, une intervention chirurgicale sera effectuée pour drainer l’enflure et soulager la pression dans le compartiment. Si vous subissez cette intervention, vous resterez à l’hôpital jusqu’à ce que la pression revienne à la normale et que votre plaie guérisse correctement. La physiothérapie est essentielle après la chirurgie pour restaurer le mouvement, la force et la fonction du membre affecté.

Syndrome chronique des loges. Les symptômes du SCC peuvent ressembler à ceux d’autres conditions. Votre médecin ou votre physiothérapeute vous évaluera pour exclure d’autres diagnostics possibles, tels que :

  • Tendinite.
  • Fractures de fatigue .
  • Attelles de tibia .
  • Autres conditions inflammatoires.

En fonction de votre examen, votre physiothérapeute peut vous orienter vers des tests d’imagerie (échographie, radiographie ou IRM).

Si le CCS est fortement suspecté, votre physiothérapeute vous orientera probablement vers un test appelé « mesure de la pression du compartiment ». Ce test mesure la pression dans le compartiment concerné avant, pendant et après l’exercice. Le but du test est de reproduire les symptômes qui surviennent lors d’activités réelles.

Si vous souffrez de SCC, votre médecin ou votre physiothérapeute élaborera un programme de traitement pour votre état. Pour les cas bénins de SCC, vous serez probablement référé directement à la physiothérapie. Dans les cas plus graves, vous serez probablement référé à un chirurgien.

Comment un physiothérapeute peut-il aider ?

Si vous recevez un diagnostic de syndrome des loges, votre physiothérapeute jouera un rôle important dans le traitement de la maladie, qu’elle nécessite ou non une intervention chirurgicale. Votre physiothérapeute travaillera avec vous pour concevoir un programme de traitement individualisé en fonction de votre état et de vos objectifs personnels. Votre kinésithérapeute peut recommander :

Exercices d’amplitude de mouvement.Les restrictions de mouvement de votre genou, de votre pied ou de votre cheville peuvent entraîner une tension accrue dans les muscles logés dans les compartiments de la partie inférieure de votre jambe. Des techniques d’étirement peuvent être utilisées pour aider à restaurer le mouvement de ces articulations afin de minimiser les tensions musculaires excessives.

Renforcement musculaire. La faiblesse des hanches et du tronc peut influencer la façon dont le bas du corps bouge et peut provoquer des forces déséquilibrées dans les groupes musculaires de la jambe inférieure qui peuvent contribuer au syndrome des loges. Il est important de renforcer la force de base (dans les muscles de l’abdomen, du bas du dos et du bassin); une section médiane solide permet une plus grande stabilité à travers le corps lorsque les bras et les jambes effectuent différents mouvements. Pour les athlètes pratiquant des sports d’endurance, il est important d’avoir un tronc solide pour stabiliser les articulations de la hanche et du genou lors des mouvements répétitifs des jambes. Votre physiothérapeute sera en mesure de déterminer quels muscles sont faibles et de proposer des exercices spécifiques pour cibler ces zones.

Thérapie manuelle. De nombreux physiothérapeutes sont formés à la thérapie manuelle (pratique), utilisant leurs mains pour déplacer et manipuler les muscles et les articulations afin d’améliorer le mouvement et la force. Ces techniques peuvent cibler des zones difficiles à traiter par vous-même.

Modalités. Votre physiothérapeute peut utiliser des modalités (telles que l’échographie, l’ionophorèse, la chaleur humide, la thérapie par le froid) dans le cadre de votre programme de réadaptation. Ces outils peuvent aider à améliorer la mobilité et la flexibilité des tissus et à améliorer la récupération. Votre physiothérapeute discutera avec vous du but de chaque modalité.

Éducation. Votre traitement comprendra une formation sur la façon de reprendre vos activités précédentes en toute sécurité, en particulier si votre état nécessitait une fasciotomie. Votre kinésithérapeute peut recommander :

  • Porter des chaussures plus adaptées
  • Choisir des surfaces et des terrains plus appropriés pour l’exercice
  • Rythmer vos activités
  • Éviter complètement certaines activités
  • Maîtriser les stratégies de récupération et de maintien d’une bonne santé (p. ex., accorder à vos muscles et à vos articulations un temps de repos approprié)
  • Modifier votre lieu de travail pour réduire les risques de blessures

Comment un physiothérapeute peut-il aider avant et après la chirurgie ?

Si vous avez besoin d’une intervention chirurgicale (soit en raison d’une blessure ou d’une maladie chronique), la physiothérapie après la chirurgie sera essentielle pour une récupération réussie. Votre physiothérapeute travaillera en étroite collaboration avec votre chirurgien concernant la nature de votre procédure, les délais de guérison prévus et vos progrès pendant la rééducation. En tant qu’équipe de soins de santé, vos fournisseurs élaboreront un plan pour s’assurer que votre corps a suffisamment de temps pour guérir. Votre plan de traitement de physiothérapie comprendra des exercices et des méthodes au bon moment pour restaurer votre mouvement, votre mobilité, votre force et votre fonction.

De quel type de physiothérapeute ai-je besoin ?

Tous les physiothérapeutes sont préparés par l’éducation et l’expérience clinique pour traiter une variété de conditions ou de blessures. Vous voudrez peut-être envisager :

  • Un physiothérapeute expérimenté dans le traitement des personnes souffrant de blessures orthopédiques ou musculo-squelettiques.
  • Un physiothérapeute qui est un spécialiste certifié ou qui a terminé une résidence en physiothérapie orthopédique ou sportive, car il aura des connaissances, une expérience et des compétences avancées qui s’appliquent à une population sportive.

Conseils généraux lorsque vous recherchez un physiothérapeute (ou tout autre fournisseur de soins de santé) :

  • Appelez à l’avance et renseignez-vous sur l’expérience des physiothérapeutes dans l’aide aux personnes atteintes du syndrome des loges.
  • Obtenez des recommandations de votre famille, d’amis ou d’autres fournisseurs de soins de santé.
  • Soyez prêt  à décrire vos symptômes avec autant de détails que possible et à signaler les activités qui aggravent vos symptômes.
Article précédentTraitements recommandés pour la lombalgie
Article suivantTrouble des symptômes somatiques