Accueil santé mentale Effets du stress sur le corps : ce qu’il faut savoir

Effets du stress sur le corps : ce qu’il faut savoir

205
0
Partager sur Pinterest
Le stress peut affecter le système nerveux central, le système immunitaire et le système digestif.

Le stress peut affecter les principaux systèmes du corps. Ci-dessous, nous examinons ses effets sur différents systèmes et les symptômes identifiables qu’il peut produire :

Système nerveux central

Le système nerveux central comprend le cerveau et la moelle épinière. Les effets du stress sur le système nerveux central peuvent inclure :

Maux de tête

Le stress peut déclencher des céphalées de tension et des migraines chez certaines personnes. À propos de 70% des personnes souffrant de migraines déclarent que le stress est le déclencheur.

La dépression

De nombreux experts suggèrent que le stress peut provoquer une dépression. Certains chercheurs ont proposé le terme dépression induite par le stress pour désigner la dépression qui survient lorsque les gens ont des antécédents de stress avant leur diagnostic. Le stress continu lié au travail peut contribuer à la dépression.

Insomnie

L’hypothalamus est l’un des structures clés impliqué dans le cycle veille-sommeil. Lors d’expériences stressantes, le corps active l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien et le système nerveux sympathique. Ces systèmes libèrent des hormones qui stimulent l’attention et l’éveil, causant des problèmes de sommeil.

Les personnes stressées peuvent développer de l’insomnie ou avoir des problèmes de sommeil qui s’aggravent.

Système immunitaire

Le stress peut entraîner une diminution de la fonction immunitaire, mais les chercheurs ne savent pas exactement mécanisme responsable. Dans les moments de stress aigu, le corps se prépare à la possibilité d’une blessure ou d’une infection en activant le système immunitaire, qui le protège des dangers extérieurs.

Si le stress devient persistant, la libération à long terme de facteurs immunitaires, tels que les cytokines pro-inflammatoires, peut provoquer une inflammation chronique. L’inflammation chronique est un facteur de risque pour des maladies telles que l’athérosclérose.

Système digestif

Le stress affecte la interactions entre le cerveau et l’intestin. Certains des changements peuvent affecter :

  • mouvements des muscles lisses
  • sensations intestinales profondes
  • sécrétion d’acide gastrique
  • perméabilité (conduisant potentiellement au syndrome de l’intestin qui fuit, une condition gastro-intestinale proposée)
  • reproduction cellulaire et circulation sanguine dans l’intestin
  • le microbiote intestinal

Ces changements entraînent ou exacerbent plusieurs problèmes digestifs, notamment le syndrome du côlon irritable, les brûlures d’estomac, les ulcères et les maladies inflammatoires de l’intestin.

Les gens peuvent également ressentir des changements d’appétit lorsqu’ils se sentent stressés.

Système reproducteur

Le stress peut affecter à la fois l’homme et la femme systèmes reproducteurspouvant entraîner des problèmes de libido, des orgasmes et maintenir une érection.

Le stress peut également affecter la production de sperme et la maturation des spermatozoïdes. Chez les femmes, le stress pendant la grossesse ou la période post-partum peut avoir un impact significatif sur la santé. Les personnes qui essaient de concevoir peuvent avoir des difficultés si l’un ou les deux partenaires vivent un événement stressant de la vie.

Certaines personnes peuvent ressentir des changements dans le cycle menstruel en raison du stress. Les règles peuvent s’arrêter ou devenir irrégulières, et les symptômes prémenstruels peuvent s’aggraver.

Système musculo-squelettique

Des chercheurs ont identifié un lien entre le stress lié au travail et le développement de la douleur chronique. Le travail monotone et le manque de soutien social sont des facteurs de risque possibles pour les problèmes musculo-squelettiques, tels que douleur dans le bas du dos.

En cours études étudient la possibilité d’un lien entre le stress non lié au travail et les douleurs musculo-squelettiques.

Système cardiovasculaire

Lors d’un stress aigu, le système cardiovasculaire prépare le corps à la réaction de combat ou de fuite. Ces les préparatifs impliquent une augmentation des éléments suivants :

  • rythme cardiaque
  • force de contraction du coeur
  • libération d’épinéphrine, de noradrénaline et de cortisol
  • circulation sanguine vers les principaux groupes musculaires

Lorsqu’une personne subit un stress à long terme, ces réponses persistent et peuvent également entraîner une inflammation. Le stress chronique peut entraîner une hypertension artérielle, une crise cardiaque et un accident vasculaire cérébral.

Avant d’atteindre la ménopause, les gens ont moins de risques cardiovasculaires car les œstrogènes aident à gérer le stress. Après la ménopause, lorsque le taux d’oestrogène baisse, les risques cardiovasculaires liés au stress augmentent.

Système endocrinien

Certains chercheurs ont suggéré que le stress peut réduire la sensibilité à l’insuline. Une augmentation des hormones épinéphrine et cortisol pendant le stress affecte la réponse du corps à l’insuline. Le cortisol peut également entraîner une augmentation de l’accumulation de graisse dans l’abdomen.

Ils ont également noté que les effets du stress pouvaient différer entre les personnes en bonne santé et celles souffrant d’insulino-résistance ou d’obésité. Les personnes obèses peuvent être plus sensibles aux effets du stress sur le métabolisme.

Système respiratoire

Certaines personnes peuvent éprouver des difficultés respiratoires lors d’une réaction stressante. Des difficultés respiratoires, comme un essoufflement et une respiration rapide, peuvent survenir avec le stress et les émotions fortes.

Des chercheurs suggérer que lors de réactions stressantes, les voies respiratoires entre les poumons et le nez peuvent se contracter et affecter la respiration.

Lorsqu’une personne est en bonne santé, ces effets ne sont généralement pas dangereux, mais ils peuvent affecter de manière significative les personnes souffrant de problèmes respiratoires, tels que l’asthme, l’emphysème et la bronchite chronique.

Résultats de recherche indiquer que les enfants asthmatiques vivant un événement stressant peuvent avoir un risque plus élevé de crises d’asthme.

Cependant, le stress ne cause pas directement les crises d’asthme. Experts suggérer que le stress augmente la fréquence, la durée et la gravité des symptômes en augmentant l’étendue de la réponse inflammatoire du corps aux irritants, allergènes et agents pathogènes.

De nombreuses stratégies existent pour aider les gens à gérer leur stress. Ces stratégies peuvent inclure des comportements qui améliorent la santé physique, comme l’exercice et une bonne nutrition. Certaines techniques se concentrent sur les comportements qui sont bénéfiques pour le fonctionnement émotionnel.

Récemment, pratiques de pleine conscience, qui ont leurs racines dans le bouddhisme, sont devenus très populaires. La pleine conscience exige qu’une personne concentre son attention sur le moment présent, soit consciente de ses pensées passagères et maintienne une position sans jugement.

Les programmes de réduction du stress basés sur la pleine conscience impliquent :

  • méditation sur la respiration
  • techniques de scan corporel
  • des exercices physiques doux inspirés du yoga

Les chercheurs ont étudié de manière approfondie les pratiques de pleine conscience et ont montré qu’elles peuvent être efficaces pour améliorer la gestion du stress.

En savoir plus sur la pleine conscience et la méditation ici.

Certaines personnes auront besoin d’un traitement pour certaines des complications physiques et émotionnelles du stress, telles que la dépression, l’insomnie et les brûlures d’estomac.

Lorsque le stress mène à la maladie, les gens doivent également gérer leur stress pour éviter que leurs problèmes de santé ne s’aggravent ou ne réapparaissent à l’avenir.

Article précédentUne alimentation riche en fruits et légumes peut réduire les symptômes
Article suivantAnxiété : Symptômes, types, causes, prévention et traitement