Accueil santé mentale Comprendre la sobriété émotionnelle?

Comprendre la sobriété émotionnelle?

117
0
Les experts nous guident à travers cette partie essentielle du rétablissement de la dépendance.

Lorsque nous parlons de sobriété, nous faisons souvent référence à la sobriété physique, le processus par lequel une personne cesse de consommer certaines substances addictives comme l’alcool ou les drogues. Mais une partie du processus tout aussi important est souvent négligée : la sobriété émotionnelle.

La sobriété émotionnelle est au cœur des programmes en 12 étapes et est étroitement liée à la sobriété physique: pour réussir avec l’un, vous devez réussir avec l’autre. Mais c’est aussi un processus complexe qui nécessite de l’aide et beaucoup de travail.

Pour mieux comprendre la sobriété émotionnelle et son processus, nous avons parlé au psychiatre Akhil Anand, MD, et à la conseillère en toxicomanie et toxicomanie Amy Fry, LISW.

Qu’est-ce que la sobriété émotionnelle ?

La sobriété émotionnelle, dit le Dr Anand, consiste en partie à être émotionnellement en assez bonne santé pour faire face aux émotions changeantes normales de la vie. « La sobriété émotionnelle consiste à vous libérer d’être contrôlé par votre état émotionnel – peu importe à quel point vous êtes heureux ou triste, vous êtes capable de faire face. Vous serez en mesure de faire face à la vie selon les conditions de la vie », dit-il. « Si une personne est aux prises avec une dépendance, elle utilisera à mauvais escient toute drogue nocive ou comportement d’habitude pour faire face à tout ce que la vie lui apporte. »

C’est un niveau de travail plus profond qui va au-delà de la simple élimination des substances de l’équation. « Lorsque nous examinons la sobriété émotionnelle, nous examinons l’identification émotionnelle, la régulation émotionnelle et la régulation des comportements liés aux émotions », explique Fry.

Et c’est ce comportement régulateur lié aux émotions qui est une étape si importante même après être devenu physiquement sobre. Le Dr Anand souligne qu’il existe un phénomène appelé « ivresse sèche », dans lequel une personne est physiquement sobre (ou « sèche »), mais elle n’en est pas encore venue à embrasser ses émotions sans substances.

« Cela peut se manifester en n’embrassant pas ce changement, en n’apportant pas d’améliorations à soi-même et même simplement en étant en colère », dit-il. Ces questions complexes rendent la recherche de stratégies pour embrasser la sobriété émotionnelle d’autant plus importante que quelqu’un traverse le processus de sobriété.

Comment pratiquer et atteindre la sobriété émotionnelle

Aborder la sobriété émotionnelle peut être incroyablement difficile parce que c’est un processus si complexe. « Cela va au-delà de la simple élimination des substances », explique Fry. « C’est se demander : ‘Comment puis-je vivre une vie plus heureuse ? Comment puis-je faire en sorte que cela se produise?

Être physiquement sobre

Le Dr Anand et Fry conviennent tous deux qu’être physiquement sobre est une partie essentielle de la sobriété émotionnelle. « Une personne doit être physiquement sobre, ne pas boire », explique le Dr Anand. « Et ils doivent accepter qu’ils ne peuvent pas revenir à ces substances pour pouvoir travailler sur eux-mêmes. »

« L’alcool est un agent anesthésiant pour ces émotions », ajoute Fry. « Si j’engourdis ces émotions, je ne peux pas les reconnaître, je ne peux pas nourrir et prendre soin de ces sentiments en moi comme je le dois. »

Elle ajoute que ce n’est pas parce qu’une substance est retirée de votre vie que le succès n’est pas assuré. « Ce n’est pas parce que vous avez éliminé une substance de votre vie que la vie va soudainement devenir merveilleuse. D’autres travaux doivent être effectués à l’interne pour que cela se produise. »

Reconnaître et accepter les émotions

Une grande partie de la sobriété émotionnelle, dit Fry, consiste à apprendre à reconnaître vos émotions. « Si je me sens en colère ou anxieux, comment puis-je gérer cela d’une manière saine? Comment puis-je me comporter de manière saine? Ces sentiments doivent être reconnus et ces questions doivent être posées. »

Si quelqu’un en convalescence se met en colère, son premier sens peut être de s’en prendre à lui. Mais Fry dit qu’il est important pour ceux qui font face à ce défi d’apprendre à ralentir pendant un moment, à faire une pause et à réfléchir à la façon de mieux réagir. « Vous vous demandez comment vous pouvez ralentir les choses et réagir de manière plus saine pour toutes les personnes impliquées. »

Elle poursuit : « Gérer ces sentiments et la façon dont vous réagissez pourrait signifier se pencher sur la pleine conscience ou la méditation. Peut-être que vous pouvez vous pencher sur des techniques de respiration qui vous donnent le temps de ralentir, de vous calmer et d’y répondre au lieu de réagir.

Le Dr Anand appuie l’idée en disant : « La pleine conscience est un excellent outil parce que c’est vivre dans le présent, accepter tout ce qui se passe dans le moment présent. »

Pour certaines personnes, apprendre à gérer vos émotions peut être très difficile. « Ils peuvent penser qu’ils savent tout, mais une fois qu’ils creusent plus profondément, ils se rendent compte que leur développement émotionnel s’est arrêté quelque part », explique le Dr Anand. « Certains squelettes émotionnels peuvent sortir et cela peut être une expérience difficile. Mais c’est aussi thérapeutique et peut aussi aider à provoquer le « changement psychique » dont on parle dans les programmes en 12 étapes.

Joignez-vous à une thérapie ou à un groupe de soutien

La thérapie est une autre composante importante de la sobriété émotionnelle, note le Dr Anand. « Qu’il s’agisse d’une thérapie individuelle ou d’une thérapie de groupe, il est très important d’avoir ce soutien dans le rétablissement. »

Le soutien ne doit pas nécessairement toujours prendre la forme d’un professionnel, ajoute-t-il. « Il peut s’agir d’un parrain ou de toute personne qui a vécu des expériences de dépendance similaires et qui peut offrir du soutien et des conseils. »

Fry ajoute qu’il est important pour ceux qui essaient d’atteindre la sobriété émotionnelle que ce soit OK si vous ne comptez pas sur des membres spécifiques de la famille. Il s’agit de s’assurer que vous avez des gens autour de vous qui vous apporteront le bon soutien.

« Parfois, un membre de la famille peut être bien intentionné, mais il ne fait pas ou ne dit pas nécessairement la bonne chose. Ils n’ont peut-être pas la bonne réponse », explique-t-elle. « Et si une personne est aux prises avec des déclencheurs, être entouré de certaines personnes avec lesquelles vous avez une relation compliquée pourrait être un risque. »

Et Fry fait écho au fait que la recherche de soutien auprès de ceux qui connaissent votre situation est essentielle au rétablissement. « Qu’il s’agisse d’un bon programme comme les AA, d’un thérapeute ou de quelqu’un d’autre de votre programme de soutien, ce sont des personnes que vous pouvez contacter pour demander de l’aide pour la sobriété émotionnelle. »

Article précédentTrouble de la réflexion excessive: est-ce une maladie mentale?
Article suivantLa vie après le divorce: comment vous pouvez recommencer