Accueil santé mentale Comment parler aux enfants d’événements traumatisants

Comment parler aux enfants d’événements traumatisants

98
0
Soyez honnête, solidaire et écoutez ce qu’ils ont à dire.

Il n’y a pas moyen d’y échapper: les horreurs vivent dans de nombreux titres d’aujourd’hui. En tant qu’adultes, il peut être difficile de faire face au fil d’actualité quotidien. Mais expliquer ces événements aux enfants apporte un tout autre défi.

Parce que les enfants savent quand quelque chose se passe. Ils sont exposés à des nouvelles anxiogènes, que ce soit à la maison ou à l’école, de leurs premières années à l’adolescence.

Alors, Comment parler aux enfants d’événements traumatisants que pouvez-vous faire pour les aider  à comprendre et à traiter les nouvelles troublantes? Adopter une approche active et discuter des événements difficiles de manière adaptée à son âge peut aider votre enfant à se sentir plus en sécurité et en sécurité, explique la psychologue pédiatrique Kate Eshleman, PsyD.

Voici comment avoir cette conversation ouverte et honnête sur les nouvelles troublantes qu’ils pourraient entendre et voir.

Soyez conscient et faites un plan

Avant de parler à votre enfant de ce qui s’est passé, assurez-vous que vous êtes tous les deux prêts pour la conversation. « Il est important de donner à votre enfant l’occasion de parler de tragédies, mais ne le forcez pas à en parler avant d’être prêt », explique le Dr Eshleman.

Prenez note du comportement de votre enfant à l’avance pour évaluer s’il pourrait avoir de la difficulté à faire face aux mauvaises nouvelles. Les signes comprennent:

  • Problèmes de sommeil, y compris les cauchemars.
  • Se sentir mal.
  • Changements de comportement, tels que devenir irritable, collant, renfermé, triste ou craintif.

Réfléchissez à ce que vous voulez dire avant d’entamer la discussion. C’est bien de pratiquer dans votre tête, à votre reflet dans un miroir ou avec un autre adulte. La planification avancée peut faciliter la discussion.

Trouvez un moment de calme pour le chat. Peut-être que c’est après le dîner ou pendant que vous préparez le déjeuner du lendemain. Assurez-vous simplement que c’est un moment et un endroit où votre enfant peut être au centre de votre attention.

Conseils pour une conversation ouverte

Une fois que vous et votre enfant êtes prêts à parler, il est important de rester clair et honnête. Les enfants sont intuitifs et comprennent plus que ce que vous pourriez penser qu’ils font.

« Ils peuvent sentir quand les adultes parlent en chuchotant ou sont silencieux à propos de quelque chose », note le Dr Eshleman. « Ils sont également doués pour ressentir la peur ou l’anxiété chez les adultes, ce qui peut aussi les faire ressentir cela. »

Essayez ces conseils pour une conversation productive.

Posez des questions ouvertes

Une bonne façon de commencer est de demander à votre enfant ce qu’il a déjà entendu parler de la nouvelle. La plupart des enfants, quel que soit leur âge, auront une certaine connaissance de la situation grâce à des conversations avec des amis ou à des conversations entre adultes.

Le problème ? Ils pourraient ne pas comprendre pleinement ce qu’ils ont entendu. Cela peut amener les enfants à partager quelque chose qui pourrait ne pas être vrai ou à répéter de la désinformation, ce qui peut entraîner plus de confusion.

Donnez-leur aussi l’occasion de partager ce qu’ils ressentent. De cette façon, vous pouvez les rassurer s’ils expriment des sentiments de peur ou d’inquiétude.

« Faites savoir à votre enfant que ses sentiments, ses réactions et ses questions concernant une tragédie sont importants », encourage le Dr Eshleman. « Écoutez vraiment et ne rejetez pas ce qu’ils disent comme étant enfantin. »

Expliquez les nouvelles en termes simples

Parlez lentement et soigneusement et utilisez des mots qui ne provoqueront pas de panique ou de confusion. Expliquez ce qui s’est passé d’une manière appropriée à l’âge et au niveau de compréhension de votre enfant. Ne les surchargez pas avec trop d’informations.

Soyez honnête avec vos réponses et vos informations. C’est correct de répondre par « Je ne sais pas ».

« Les enfants peuvent généralement sentir si vous n’êtes pas honnête », explique le Dr Eshleman. « Ce n’est pas réconfortant s’ils pensent que vous n’êtes pas franc avec eux et cela peut créer un sentiment de méfiance. »

Évitez les détails graphiques

Ne laissez pas les petits enfants regarder des images violentes. « Éteignez la télévision pendant qu’il y a encore une forte couverture médiatique d’un événement », explique le Dr Eshleman. « Les images répétitives et bouleversantes peuvent être dérangeantes, surtout pour les jeunes enfants. »

Avec les enfants plus âgés, essayez de réviser, d’écouter, de lire ou de regarder des informations ensemble afin de pouvoir vous arrêter et discuter des nouvelles au besoin.

Surveiller l’apport sur les médias sociaux

Les enfants plus âgés ont souvent accès aux nouvelles et aux images graphiques par le biais des médias sociaux et d’autres applications. Soyez conscient de ce qui existe et prenez des mesures à l’avance pour parler aux enfants de ce qu’ils pourraient entendre ou voir.

Définir une limite de temps pour le défilement peut également être une bonne idée.

Offrir confort et réconfort

Partagez et reconnaissez vos sentiments avec votre enfant. Ce faisant, vous enseignez à votre enfant que les émotions sont naturelles et nous aidez tous à traverser des moments difficiles. Vous normalisez une réponse émotionnelle à un événement émotionnel.

Rappelez-leur aussi qu’ils peuvent toujours venir à vous avec des questions ou pour parler. Personne ne peut prédire exactement comment les situations évoluent, mais il est important de garder un œil sur ce que votre enfant ressent au fil du temps.

« Gardez une relation ouverte et honnête avec votre enfant au sujet des événements », explique le Dr Eshleman.

De plus, rassurez votre enfant en lui disant que vous ferez tout ce que vous pouvez pour le garder en sécurité et le surveiller. Pour certains enfants, il peut être utile de savoir que des mesures spécifiques sont en place pour leur protection.

« Par exemple, faites-leur savoir que vous vous assurez toujours de verrouiller les fenêtres et les portes la nuit », explique le Dr Eshleman. « Ou souligner comment les visiteurs de l’école doivent être buzzés et doivent s’arrêter au bureau. »

Et par-dessus tout, faites savoir à votre enfant qu’il est aimé.

Demander l’aide d’un professionnel

Il est compréhensible que les enfants puissent réagir à des événements traumatisants avec confusion et anxiété. Les parents, les enseignants et les autres adultes peuvent aider en écoutant et en répondant honnêtement et de manière cohérente.

Mais si vous vous sentez coincé ou dépassé – ou si votre enfant montre des signes persistants de stress – vous voudrez peut-être envisager de parler à quelqu’un qui peut vous aider. « Le pédiatre de votre enfant ou un professionnel de la santé mentale agréé peut vous aider à élaborer un plan », explique le Dr Eshleman.

Ne vous oubliez pas

Les nouvelles difficiles et les tragédies peuvent être épuisantes pour tout le monde. N’oubliez pas de gérer votre propre stress en prenant soin de vous-même, y compris en prenant une pause des nouvelles, en vous engageant dans des activités physiques et en faisant quelque chose qui vous remontera le moral et celui de votre famille.

Être dans un bon espace émotionnel aidera également à guider la conversation avec votre enfant.

Article précédentLes bienfaits des bleuets pour la santé
Article suivantLa polyarthrite rhumatoïde et l’anémie sont-elles liées?