Accueil maladies et médicaments Une approche intelligente des marathons et des exercices vigoureux

Une approche intelligente des marathons et des exercices vigoureux

254
0

Les marathons n’ont jamais été aussi populaires, avec plus de 550 000 coureurs franchissant les lignes d’arrivée aux États-Unis en 2014. Ainsi, lorsque les gros titres récents ont suggéré que ces courses d’endurance pourraient être liées à des lésions cardiaques, la nouvelle a secoué le monde de la course.

Coureuse de marathon passionnée, la cardiologue de Johns Hopkins, Erin Michos, MD, MHS, a suivi de près les recherches sur cette activité de fitness tendance et ses effets sur le cœur. Jusqu’à présent, dit-elle, il existe des preuves beaucoup plus convaincantes en faveur de l’exercice d’endurance que contre. Des effets favorables sur la pression artérielle, les lipides sanguins et l’indice de masse corporelle ont été rapportés avec l’entraînement d’endurance, et de grandes études montrent que les personnes ayant un niveau de forme physique plus élevé sont les moins susceptibles de mourir.

« Je pense qu’il est important de ne pas effrayer les gens », déclare Michos. « L’exercice est bon pour les gens en général, et nous ne voulons pas décourager les athlètes qui sont enclins à faire des sports d’endurance. Plus n’est pas nécessairement mieux, mais ce n’est pas nécessairement nocif non plus.

Voici un plan pour vous aider à participer en toute sécurité.

Choisissez les événements d’endurance pour les bonnes raisons

Il n’est pas nécessaire de tenter un marathon ou un triathlon si votre objectif principal est la santé cardiaque, dit Michos. L’American Heart Association recommande seulement 150 minutes d’exercice modéré ou 75 minutes d’activité vigoureuse chaque semaine. La bonne nouvelle pour les athlètes d’endurance qui apprécient l’activité supplémentaire : une vaste étude de population a révélé que les personnes pratiquant trois à cinq fois le minimum d’activité physique recommandé avaient les meilleurs taux de survie. Surtout, les chercheurs n’ont trouvé aucun mal pour ceux qui choisissent de faire 10 fois ou plus le montant minimum.

Faites un bilan de santé cardiaque avant de vous enfiler

Une mort subite pendant ou peu après un marathon est très rare, mais les chercheurs de Johns Hopkins ont découvert que la plupart de ces événements se produisaient chez des personnes souffrant d’une maladie cardiaque préexistante ou d’un problème cardiaque congénital. Bottom line: Avant d’augmenter votre kilométrage, obtenez l’autorisation de votre médecin, comme l’a fait Michos. Discutez de votre santé, des risques de maladies cardiaques et des objectifs d’entraînement. Votre médecin doit vous poser des questions sur tout symptôme tel qu’une douleur thoracique ou un essoufflement, poser des questions sur des antécédents familiaux de maladie cardiaque, mesurer votre tension artérielle et écouter votre cœur avec un stéthoscope. Il pourra effectuer les tests nécessaires pour déterminer comment procéder de la manière la plus sécuritaire possible pour vous.

Faites de l’exercice progressivement

Recherchez un programme d’entraînement qui vous aide à augmenter votre kilométrage au fil du temps et faites de votre premier événement un 5K. Augmenter votre kilométrage au fil du temps réduira votre risque de blessure et augmentera vos chances de suivre le programme.

Planifiez un temps de récupération

Dans une étude sur le ski de fond extrême (épreuves de 90 kilomètres), les finisseurs qui allaient plus vite et effectuaient un plus grand nombre de courses avaient un risque plus élevé d’arythmie (rythme cardiaque irrégulier) au cours de leur vie. Après un événement ou une séance d’entraînement intense, laissez à votre corps le temps de se reposer et de se reconstruire. Discutez avec votre médecin de ce qui vous convient.

Faites le plein d’exercices sains

Briser des centaines de calories avec un entraînement extrême n’est pas une licence pour se gaver de malbouffe. « Il est important de suivre un régime alimentaire sain pour le cœur », déclare Michos. « Assurez-vous que votre apport remplace les liquides et les calories que vous avez perdus pendant l’entraînement. »

Écoutez votre cœur

Certains signaux d’alarme courants pendant l’exercice comprennent des douleurs thoraciques, un essoufflement excessif ou une quantité inhabituelle de fatigue ou de difficulté à terminer un entraînement qui était auparavant faisable. Demandez à votre médecin quels symptômes vous devez surveiller pendant et après l’exercice, et apprenez quoi faire s’ils surviennent.

Article précédent3 types d’exercices qui améliorent la santé cardiaque
Article suivantMotivation à l’exercice que votre cœur adorera