Accueil Actualités & Innovation Un antibiotique réutilisé peut aider à traiter le COVID-19

Un antibiotique réutilisé peut aider à traiter le COVID-19

102
0
Partager sur Pinterest
Un antibiotique réutilisé semble prometteur comme traitement COVID-19 chez la souris. Christopher Pike/Bloomberg via Getty Images
  • Il n’existe toujours pas de remède contre le coronavirus, qui est à ce jour responsable de plus de 6 millions décès dans le monde.
  • Des chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille, en France, affirment qu’un antibiotique existant semble prometteur réutilisé comme traitement potentiel du virus SARS-CoV-2 dans un modèle murin.
  • Le médicament existant s’appelle le clofoctol. Les scientifiques prévoient de le tester pour le COVID-19 chez l’homme dans un essai clinique de phase 3.

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les chercheurs ont mis l’accent sur la création du vaccin COVID-19, ainsi que sur les médicaments potentiels pour traiter la maladie.

Les efforts de recherche actuels pour trouver un agent thérapeutique contre le coronavirus comprennent les médicaments antiviraux molnupiravir et remdesivirainsi qu’un médicament antipaludéen appelé atovaquone.

Cependant, il n’existe toujours pas de remède contre le coronavirus.

Maintenant, des chercheurs de l’Institut Pasteur de Lille, en France, affirment que le médicament antibactérien clofoctol est prometteur comme traitement potentiel pour le Virus SRAS-CoV-2 qui cause le COVID-19 via un modèle de souris.

L’étude vient d’être publiée dans la revue Pathogènes PLOS.

Clofoctol est un antibiotique utilisé pour le traitement des infections bactériennes infections des voies respiratoires. Il est aussi parfois utilisé pour prévenir les infections après gorge, nez et oreille chirurgies.

Ce n’est pas la première fois que des chercheurs identifient le clofoctol comme un médicament réutilisé pour le traitement d’autres affections. En mai 2021, une étude a montré que l’antibiotique était un traitement possible pour cancer de la prostate et neurogliome.

Et en mai 2019, des chercheurs ont identifié le clofoctol comme un suppresseur de cellules souches de gliomequi sont la principale cause de tumeurs malignes du système nerveux central.

L’idée de la réutilisation des médicaments n’est certainement pas nouveau. Cependant, l’avènement de la pandémie de COVID-19 a placé un concentration accrue en considérant les médicaments déjà développés et approuvés comme un remède possible, plutôt que d’attendre les années qu’il faut pour développer un tout nouveau médicament.

Selon Dr Jean Dubuissonresponsable du Centre d’Infection et d’Immunité de Lille à l’Institut Pasteur, et co-auteur principal de cette étude, dans le contexte de la pandémie de COVID-19, l’objectif de cette étude était d’identifier rapidement un composé médicamenteux qui pourrait potentiellement être testé dans un essai clinique.

« La réutilisation des médicaments peut accélérer le temps d’utilisation chez l’homme puisqu’un tel médicament a déjà été testé pour sa toxicité et sa tolérabilité chez l’homme », a-t-il expliqué à MNT. « Le développement de novo d’un nouveau médicament prend beaucoup plus de temps car il nécessite une optimisation chimique, avec de nombreuses validations précliniques, et cela peut prendre 10 à 15 ans pour un tel développement. »

Les chercheurs ont identifié le clofoctol à partir d’une base de données de près de 2 000 médicaments approuvés pour trouver ceux qui ont montré une activité antivirale contre le SRAS-CoV-2.

« Après le premier criblage, parmi les 1 942 composés testés, nous avons identifié [21] molécules ayant une activité antivirale potentielle contre le SRAS-CoV-2 », a expliqué le Dr Dubuisson. « Cependant, seul un nombre limité de ces molécules, y compris le clofoctol, ont été confirmées dans des expériences supplémentaires. »

« Le clofoctol a finalement été choisi en raison de ses propriétés pharmacologiques », a-t-il ajouté. « En effet, ce composé s’accumule dans les poumons humains à une concentration bien supérieure aux concentrations montrant une activité antivirale en culture cellulaire. »

Grâce à l’étude, Dubuisson et son équipe ont testé l’efficacité du clofoctol à la fois in vitro dans des cultures cellulaires et dans souris transgéniques infecté par le SRAS-CoV-2.

À la fin de l’étude, les chercheurs ont découvert que les souris traitées avec du clofoctol avaient une charge virale SARS-CoV-2 plus faible dans leurs poumons. De plus, les souris avaient une inflammation pulmonaire réduite.

Dubuisson a déclaré que la prochaine étape de cette recherche consiste à tester le clofoctol chez l’homme via un essai clinique de phase 3.

Dr Jimmy Johannespneumologue et spécialiste de la médecine des soins intensifs au MemorialCare Long Beach Medical Center à Long Beach, en Californie, aimerait également voir des essais cliniques humains émerger de ce qu’il a dit MNT était une recherche prometteuse.

« C’est l’une de ces choses où il est bon de voir que les gens recherchent de nouveaux traitements antiviraux », a-t-il ajouté. « Nous devons juste garder toute excitation à chaque fois qu’elle n’est pas encore testée chez l’homme. »

Le Dr Johannes a également estimé que c’était une bonne idée d’envisager de réutiliser d’anciens médicaments pour de nouvelles indications, telles que le COVID-19. « Lorsque nous avons un médicament plus ancien, cela signifie généralement que nous avons fait des études ou que nous avons une certaine expérience de leur utilisation », a-t-il expliqué.

«Par conséquent, il existe des données de sécurité à utiliser. Il y a un peu plus de confiance – lorsque nous constatons que c’est positif et que cela pourrait fonctionner – que c’est aussi probablement plus sûr que quelque chose que nous n’avons pas testé auparavant.

Article précédentAugmentation post-COVID-19 des troubles de l’alimentation abordée avec de nouvelles directives
Article suivantDes médecins réussissent à transplanter du foie humain traité dans une machine