Accueil maladies et médicaments Types de sclérose en plaques (SEP) : symptômes, traitement et causes

Types de sclérose en plaques (SEP) : symptômes, traitement et causes

131
0

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux central. Il perturbe le flux d’informations dans le cerveau et entre le cerveau et le corps.

Chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP), le système immunitaire attaque le système nerveux central (SNC). Comme cela continue à se produire, les symptômes s’aggravent.

Cet article examine les différents types de SEP qui peuvent affecter les personnes et comment leurs symptômes diffèrent les uns des autres.

Partager sur Pinterest
Il existe différents types de SEP, et les symptômes apparaissent et progressent différemment pour chacun.

Il existe quatre principaux types, ou évolutions de la maladie, de la SEP.

En déterminant le type spécifique de SEP d’une personne, les médecins et les chercheurs peuvent concentrer leurs traitements et leurs études pour produire de meilleurs résultats.

Les symptômes apparaîtront et progresseront différemment pour chaque type, et certains types impliquent de longues périodes de rémission, où les symptômes disparaissent pendant un certain temps.

Le traitement et les perspectives peuvent différer selon le type.

Syndrome cliniquement isolé (SCI)

Ceci est considéré comme le premier des types de MS. Pour être diagnostiqué avec un SCI, les symptômes neurologiques causés par l’inflammation ou la perte de myéline doivent durer 24 heures. Le CIS peut conduire à d’autres types de SEP, mais certaines personnes atteintes de CIS ne progressent jamais.

SEP récurrente-rémittente (SEP-RR)

Il s’agit de la forme la plus courante de SEP et elle représente environ 80 à 85 pour cent des diagnostics initiaux de SEP. La RRMS implique des épisodes clairs d’activité inflammatoire et des attaques bien définies de symptômes neurologiques nouveaux ou récurrents. Une personne atteinte de SEP-RR connaîtra généralement une récupération complète ou partielle entre les épisodes.

Avec RRMS, la maladie ne progresse pas entre les poussées.

SEP primaire progressive (PPMS)

Ce type de SEP est moins fréquent, représentant environ 10 à 15 pour cent de tous les cas. Avec la PPMS, la fonction neurologique est altérée et s’aggrave à mesure que la maladie progresse. Les personnes atteintes de PPMS connaissent des plateaux occasionnels dans la progression de la maladie. Il peut y avoir des améliorations temporaires et mineures des symptômes au cours de la progression, mais il n’y a pas de rechutes.

Dans le passé, les médecins utilisaient une autre catégorie, la SP progressive et récurrente (PRMS), pour décrire une forme de SP qui progresse depuis le début, avec des poussées claires et aiguës. Cependant, cela relève désormais du PPMS, car il suit un schéma similaire.

SEP secondaire progressive (SPMS)

La SPMS est normalement considérée comme la prochaine étape de la maladie pour les personnes déjà atteintes de SEP-RR. Autour de 50 pourcent des personnes atteintes de RRMS développent un SPMS dans les 10 ans, et près de 90 % le font après 25 ans.

La SPMS est similaire à la RRMS, mais elle peut impliquer ou non des rechutes occasionnelles, des rémissions mineures et des plateaux.

Les symptômes varient d’une personne à l’autre. Même si les gens ont le même type de SEP, les symptômes peuvent se présenter différemment.

Cependant, certains symptômes sont couramment associés à tous les types de SP.

Ceux-ci inclus:

  • engourdissements et picotements
  • fatigue
  • la faiblesse
  • problèmes de vue
  • étourdissements ou problèmes de coordination

Alors que les personnes atteintes de différents types de SEP peuvent présenter des symptômes similaires, les personnes atteintes d’un type particulier de la maladie sont susceptibles de présenter des symptômes spécifiques.

Par exemple, les personnes atteintes de SEP-RR éprouvent souvent des picotements ou des engourdissements, des épisodes de perte de vision dans l’un ou l’autre œil, une urgence urinaire, une vision double, de la fatigue, de la faiblesse et des problèmes d’équilibre.

En revanche, le PPMS cause généralement moins de dommages au cerveau mais a plus d’effet sur la moelle épinière. Les personnes atteintes de ce type de maladie peuvent avoir des difficultés à marcher, des jambes raides et des problèmes d’équilibre.

Contrairement à la SEP-RR, ces symptômes s’aggravent progressivement et il n’y a pas de périodes de rechute entre eux. Le SPMS présente des périodes de rechute moins distinctes. Une personne atteinte de SPMS peut présenter des symptômes tels que des problèmes intestinaux et vésicaux, des problèmes de faiblesse et de coordination, des jambes raides et serrées, de la dépression, de la fatigue et des problèmes de réflexion.

Diagnostiquer la SEP

Une personne atteinte de SCI peut avoir des symptômes similaires à ceux d’une personne atteinte de SEP, mais elle n’aura ressenti les symptômes qu’une seule fois.

Pour recevoir un diagnostic de SEP, une personne doit présenter des signes de dommages dans au moins deux zones distinctes de son système nerveux central, telles que le cerveau, la moelle épinière et les nerfs optiques. Les problèmes doivent être survenus à au moins un mois d’intervalle. D’autres conditions peuvent avoir des symptômes similaires, de sorte qu’un médecin devra exclure tous les autres diagnostics possibles.

Le traitement le plus courant est la médication.

De nouveaux médicaments, connus sous le nom de thérapies modificatrices de la maladie (DMT), s’avèrent efficaces pour ralentir la progression de la maladie et maintenir la condition stable.

Un médecin peut suggérer d’utiliser un DMT dans les premiers stades de la SEP, car ils peuvent aider à empêcher l’aggravation des symptômes.

La National Muliple Sclerosis Society énumère un certain nombre de DMT que la FDA a approuvé pour modifier le cours de la SEP.

Essais cliniques ont montré que les DMT peuvent :

  • diminuer le nombre de rechutes
  • ralentir l’apparition du handicap
  • limiter l’activité des nouvelles maladies

Le traitement avec un DMT est à long terme. Il est important de comprendre la nécessité de s’engager dans un traitement régulier et continu, afin qu’il soit efficace.

Les DMT, comme tous les médicaments, peuvent avoir des effets Effets secondaires. Le médecin parlera à la personne des options disponibles et des risques encourus. Ils aideront l’individu à choisir la meilleure option.

Les risques courants des DMT incluent :

  • problèmes de foie
  • un risque accru d’infection
  • problèmes possibles pendant la grossesse

Les gens devraient également parler à un médecin avant de chercher à tomber enceinte ou dès qu’ils découvrent qu’ils sont enceintes, car le médicament peut affecter l’enfant à naître.

Les risques varient selon les médicaments. Il est important de parler à un médecin avant d’utiliser l’un de ces médicaments et de surveiller tout changement indésirable lors de leur utilisation. Si une personne souhaite arrêter de prendre un DMT, elle doit en parler à son médecin avant de le faire.

Les schémas thérapeutiques varient considérablement d’une personne à l’autre. Pour certains DMT, le médecin administrera le médicament à l’aide d’une aiguille sous forme d’injection ou de perfusion, mais les gens peuvent en prendre d’autres par voie orale sous forme de comprimé. Les doses peuvent être quotidiennes, hebdomadaires ou mensuelles.

Le médicament dépendra également du type de SEP d’une personne.

Voici des exemples de ce type de médicaments :

  • alemtuzumab (Campath)
  • fingolimod (Gilenya)
  • natalizumab (Tysabri)
  • mitoxantrone (pas de nom de marque aux États-Unis)
  • ocrélizumab (Ocrevus)

Dans le passé, peu d’options étaient disponibles pour les personnes atteintes de SEP, mais maintenant la gamme de médicaments s’élargit. Si une personne a pris un DMT plus ancien, tel que la mitoxantrone, un médecin peut recommander de passer à un médicament plus récent, car les plus récents peuvent présenter moins de risques.

Gérer les rechutes et autres symptômes

Les DMT sont importants pour ralentir la progression de la SEP, mais des rechutes peuvent toujours se produire.

Un médecin peut prescrire des corticostéroïdes injectables ou oraux pour aider à gérer les rechutes lorsqu’elles surviennent.

D’autres traitements peuvent aider à traiter des symptômes spécifiques tels que les problèmes de vessie, les changements d’humeur, la fatigue, les démangeaisons et la douleur.

Autres options

Certains chercheurs ont suggéré que un manque de vitamine D peut être un facteur possible dans la progression de la SEP.

Les médecins peuvent recommander aux personnes atteintes de PPMS de faire de l’exercice, de s’assurer qu’elles ont une alimentation saine et de suivre une thérapie physique.

La recherche indique que certaines formes progressives de SEP peuvent répondre à des niveaux élevés de biotine, une vitamine B.

Les personnes atteintes de SEP peuvent trouver que ces traitements alternatifs peuvent atténuer les symptômes et améliorer la qualité de vie.

Quand consulter un médecin

Toute personne présentant l’un des symptômes de la SEP doit consulter un médecin.

Un diagnostic précoce de la SEP peut conduire à une gestion plus efficace des symptômes. Attraper la maladie tôt peut même ralentir le cours de la maladie.

Les causes de la SEP restent inconnues, mais certains facteurs environnementaux et génétiques semblent déclencher la maladie.

Les facteurs de risque qui augmentent le risque de développer la SEP comprennent :

  • Âge : Les symptômes des formes récurrentes de SP apparaissent normalement chez les personnes entre 20 et 50 ans. Les formes progressives ont tendance à apparaître environ 10 ans plus tard que les formes récurrentes.
  • Sexe : Dans les formes récurrentes, les femmes sont 2 à 3 fois plus susceptibles d’être touchées que les hommes. Cependant, les formes progressives surviennent également chez les hommes et les femmes.
  • Antécédents familiaux : Une personne dont un parent proche est atteint de SP est plus à risque de la développer.
  • Localisation : la SEP est plus fréquente chez les personnes qui vivent dans un climat tempéré.
  • Infections : Un certain nombre de virus ont été identifiés comme causes possibles de la SP.
  • Antécédents personnels de troubles auto-immuns : Les personnes atteintes de maladie thyroïdienne, de diabète de type 1 et de maladie intestinale inflammatoire courent un risque plus élevé de développer la SEP.
Partager sur Pinterest
Le type de SEP influencera les perspectives, mais les options de traitement actuelles peuvent probablement améliorer la qualité de vie d’une personne.

Il est difficile de prédire comment chaque type de SEP affectera directement une personne ou quel type a les meilleures perspectives.

La RRMS a tendance à avoir de meilleures perspectives car il peut y avoir des années entre les poussées et la maladie ne progresse pas entre les épisodes.

Cependant, les personnes atteintes de SEP-RR développent généralement un SPMS, qui est progressif et répond moins bien aux médicaments, par rapport aux autres types.

En raison de la façon dont les PPMS se développent, ils ont tendance à être plus débilitants. Les symptômes progresseront même pendant une rechute, qui peut ou non se produire.

Il peut être utile d’entrer en contact avec d’autres personnes atteintes d’un type similaire de SP. MS Healthline est une application gratuite qui fournit une assistance par le biais de conversations individuelles et de discussions de groupe en direct avec les personnes qui l’obtiennent. Téléchargez l’application pour iPhone ou Androïd.

Article précédentJeûne intermittent : réalités vs mythes
Article suivantSignes, que faire, causes et traitement