Accueil Actualités & Innovation Tous les participants à ce petit essai sont sortis sans cancer

Tous les participants à ce petit essai sont sortis sans cancer

73
0
Partager sur Pinterest
Dans un petit essai avec 12 participants, tous les volontaires sont sortis sans cancer du rectum. Crédit photo : Elena Popova/Getty Images.
  • Le cancer du rectum peut être grave et toucher chaque année des milliers de personnes aux États-Unis.
  • Les options de traitement du cancer du rectum varient en fonction du type et de la gravité.
  • Une étude récente a révélé que le traitement avec des inhibiteurs du point de contrôle immunitaire peut donner des résultats très positifs chez les personnes atteintes d’un sous-type spécifique de cancer du rectum.

Alors que le cancer continue de faire de nombreuses victimes, la recherche sur les options de traitement ne cesse de s’améliorer et de se développer. Un domaine de développement récent est le traitement du cancer du rectum.

Une étude récente publiée dans Le New England Journal of Medicine constaté que le traitement impliquant inhibiteurs de point de contrôle immunitaire peut être extrêmement efficace chez les personnes atteintes d’un type spécifique de cancer du rectum.

Il peut être suffisamment efficace pour que d’autres formes de traitement de suivi comme la chirurgie ne soient pas nécessaires chez les personnes atteintes de ce type de cancer.

Les cancers du côlon et du rectum, appelés collectivement cancer colorectal, touchent des milliers de personnes chaque année. La Institut national du cancer estime qu’en 2022, il y aura 151 030 nouveaux cas de cancer colorectal et 52 580 décès par cancer colorectal aux États-Unis

Les statistiques qui donnent à réfléchir indiquent que «[c]Le cancer du rectum est la deuxième cause de décès par cancer aux États-Unis.

En ce qui concerne le traitement du cancer du rectum, le Société américaine du cancer note que l’approche dépend principalement du stade de la tumeur. L’ablation chirurgicale est la principale approche lorsque le cancer du rectum ne s’est pas propagé à d’autres régions, avec éventuellement une radiothérapie et une chimiothérapie supplémentaires.

Directeur scientifique de l’American Cancer Society, Dr William Dahutl’a expliqué ainsi à MNT:

«Le cancer du rectum, traditionnellement, a été traité par une combinaison de chimiothérapie, de radiothérapie et de chirurgie. Alors c’est [a] traitement très intensif. La chimiothérapie est toxique — pas facile à prendre — et les effets secondaires de la radiothérapie et de la chirurgie ne sont pas anodins. […] Il y a des patients qui peuvent être [successfully treated]. […] Ce n’est pas une route facile, et souvent, il y a des effets secondaires à long terme de la thérapie seule.

Mais les chercheurs étudient d’autres options de traitement basées sur des sous-types particuliers de cancer rectal.

L’étude a impliqué des participants atteints d’un type très spécifique de cancer du rectum classé comme cancer du rectum localement avancé et déficient en réparation des mésappariements. Les auteurs de l’étude ont émis l’hypothèse que ce type de cancer pourrait être traité efficacement à l’aide d’un type de immunothérapie. Les immunothérapies aident le corps à identifier et à mieux combattre les cellules cancéreuses.

Les chercheurs ont spécifiquement utilisé un inhibiteur de point de contrôle immunitaire appelé inhibiteur de PD-1. L’utilisation d’un inhibiteur de PD-1 vise à empêcher les cellules cancéreuses d’échapper au système immunitaire. L’étude comprenait 12 participants adultes atteints d’un cancer du rectum de stade 2 ou 3 sans réparation des mésappariements. Les participants ont reçu l’inhibiteur de PD-1, le dostarlimab par voie intraveineuse toutes les 3 semaines pendant plus de 6 mois.

Les participants ont bien répondu à ce traitement. Tous n’avaient aucun signe de tumeur à la fin de l’essai, et aucun d’entre eux n’a dû subir de chirurgie ou de chimioradiothérapie supplémentaire depuis. Actuellement, tous les participants ont complété au moins 6 mois de suivi.

Professeur John Bridgewater, un chercheur clinicien de l’University College London Cancer Institute spécialisé en oncologie médicale gastro-intestinale, qui n’a pas participé à cet essai, s’est montré enthousiasmé par ses résultats. Il a dit MNT:

« Ces données rapportent l’utilisation très efficace de l’immunothérapie, en particulier d’un inhibiteur du point de contrôle appelé récepteur de mort programmé 1 (PD1) chez les patients atteints d’un cancer rectal déficient en réparation des mésappariements. […] Il s’agit d’une avancée significative dans la mesure où elle évite le recours à la chirurgie ou à la radiothérapie pour ces cancers, deux traitements conventionnels avec de nombreuses complications et effets secondaires.

Bien que l’étude offre de bonnes nouvelles, elle n’est pas sans limites. Par exemple, les chercheurs ont utilisé plusieurs méthodes pour confirmer l’absence de cancer.

Pourtant, comme aucun des participants n’a subi de chirurgie, les chercheurs n’ont pas utilisé cette méthode pour évaluer l’absence de cancer. Ils notent également que d’autres recherches peuvent chercher à déterminer pourquoi l’utilisation d’inhibiteurs de points de contrôle n’est pas aussi efficace dans les tumeurs colorectales métastatiques.

Les principaux inconvénients de l’étude étaient sa petite taille et sa durée de suivi limitée. Actuellement, tous les participants n’ont pas eu un suivi de 12 mois.

Les auteurs de l’étude préviennent que «[t]Ces résultats doivent être reproduits dans une cohorte prospective plus large qui équilibre les pratiques académiques et communautaires et assure la participation de patients issus d’un ensemble diversifié d’origines raciales et ethniques.

Le Dr Dahut a noté que cette étude ajoute aux preuves croissantes que la compréhension du type de cancer présent a un impact sur le traitement. Il a expliqué à MNT:

« Les patients devraient vraiment être habilités à comprendre la biologie de leur cancer. […] [W]Un travail a été fait pour informer les patients qu’ils avaient un sous-type particulier de cancer du rectum. Cela montre vraiment la puissance des biomarqueurs et de la médecine de précision. Si vous traitiez tous les patients atteints d’un cancer du rectum avec un inhibiteur de point de contrôle, vous ne verriez pas ce taux de réponse. Ainsi, où que se trouvent les patients, il est important qu’ils parlent à leur médecin et qu’ils en apprennent le plus possible sur leur cancer. Leurs thérapies peuvent être très différentes en fonction de ces résultats.

Article précédentLa boisson protéinée au lactosérum peut aider à gérer la glycémie dans le diabète de type 2
Article suivantLes adolescents trans font face à un risque accru de tentatives de suicide