Accueil maladies et médicaments Sclérose en plaques : tests et diagnostic

Sclérose en plaques : tests et diagnostic

153
0

Il n’existe actuellement aucun test permettant spécifiquement de diagnostiquer la sclérose en plaques (SEP). Cependant, une gamme d’évaluations peut aider les médecins à identifier et à surveiller l’état et à exclure d’autres causes de symptômes.

Les médecins utilisent plusieurs stratégies pour vérifier si les symptômes d’une personne répondent aux critères d’un diagnostic de SP. Avant de poser un diagnostic, un médecin doit exclure la possibilité d’autres conditions. Pour ce faire, ils peuvent utiliser des IRM, des tests sanguins et une analyse du liquide céphalo-rachidien.

Lorsqu’une personne est atteinte de SP, son système immunitaire attaque la myéline, qui recouvre et protège les cellules nerveuses. Lorsque la myéline est endommagée, un tissu cicatriciel – ou sclérose – se développe. Cela interrompt alors la capacité du nerf à envoyer et à recevoir des messages.

Pour certaines personnes, le traitement de la SEP peut aider à gérer la condition et ralentir la progression de symptômes. Pour cette raison, il est conseillé de demander un diagnostic le plus tôt possible.

Dans cet article, nous examinons les différentes stratégies qu’un médecin peut utiliser pour diagnostiquer la SEP.

Pour plus d’informations sur la SEP, visitez notre hub dédié.

Lors du diagnostic de SEP, un médecin considèrerai facteurs appelés diffusion dans l’espace (DIS) et diffusion dans le temps (DIT).

Le DIS se concentre sur les parties du corps touchées par la SEP et le DIT trace la progression de la maladie dans le temps.

Pour DIS, les médecins examineront une IRM pour au moins deux lésions différentes caractéristiques de la SEP, ou une lésion et une attaque clinique affectant une partie différente du système nerveux central.

Pour le DIT, ils rechercheront des preuves de l’un des éléments suivants :

  • deux crises cliniques ou plus séparées par le temps
  • la présence à un moment donné d’une lésion rehaussée par l’IRM et d’une lésion non rehaussée spécifique à la SEP
  • une lésion IRM spécifique à la SEP au départ et une nouvelle lésion lors d’une IRM de suivi
  • résultats spécifiques du liquide céphalo-rachidien (LCR)

Les lésions de rehaussement spécifiques à la SEP sont des lésions actives présentant une inflammation sévère et une rupture de la barrière hémato-encéphalique. En revanche, les lésions non rehaussées dans la SEP sont chroniques et n’augmentent pas en intensité.

Actuellement, aucun test unique ne peut identifier la SP, et la condition peut être difficile à diagnostiquer. Un médecin commencera par :

  • examiner les symptômes d’une personne
  • procéder à un examen physique
  • poser des questions sur leurs antécédents médicaux personnels et familiaux

Ils peuvent faire des tests pour aider à évaluer :

  • les fonctions du langage et la parole
  • mouvement, coordination et équilibre
  • vision, odorat, goût, toucher et ouïe
  • bien-être émotionnel et psychologique

Les tests diagnostiques suivants peut également aider à confirmer le diagnostic en identifiant les lésions et en excluant les autres causes possibles des symptômes.

IRM

La SEP peut provoquer le développement de tissus cicatriciels ou de plaques sur les nerfs endommagés. Une IRM permet au médecin de rechercher ce tissu cicatriciel.

Si une personne présente ces taches ou lésions inhabituelles, elle n’aura pas nécessairement la SP. Ceux-ci peuvent parfois indiquer d’autres conditions, telles que la migraine ou l’hypertension artérielle.

Lorsqu’une personne est atteinte de SEP, la myéline s’enflamme, entraînant des lésions microscopiques. Cette blessure est visible sur une IRM.

Un médecin doit examiner attentivement une IRM pour diagnostiquer la SEP avec précision.

Potentiels évoqués

Un test de potentiel évoqué est un test électrique des voies nerveuses. Cela peut aider un médecin à déterminer quelles voies nerveuses ont été endommagées par la SEP.

Le médecin placera des fils sur le cuir chevelu d’une personne et examinera la réponse du cerveau à des expériences spécifiques, telles que :

  • regarder un écran vidéo
  • entendre un son particulier
  • ressentir certaines sensations

Bien que le test soit très sensible, il est inoffensif et généralement indolore.

La myéline endommagée ralentit la conduction électrique le long des voies nerveuses.

Ponction lombaire

Une ponction lombaire permet à un médecin d’obtenir du LCR pour analyse. Cela peut aider à éliminer d’autres causes de symptômes.

Pour extraire le LCR, le médecin insère une aiguille entre les os de la colonne vertébrale inférieure. Ils prélèvent du liquide à l’aide d’une seringue, puis testent les anticorps et les protéines qui peuvent signaler une réponse immunitaire atypique, telles que les bandes oligoclonales.

Les médecins n’utilisent plus la ponction lombaire comme test de première intention. Un médecin expérimenté décidera si une ponction lombaire est nécessaire en fonction des antécédents médicaux et des résultats d’un examen physique.

Test sanguin

Les tests sanguins ne permettent pas de diagnostiquer la SEP, mais ils peuvent aider à exclure d’autres affections présentant des symptômes similaires, tel que:

  • maladie de Lyme
  • VIH
  • syphilis
  • conditions métaboliques qui causent des carences en vitamines
  • certaines affections inflammatoires et auto-immunes, telles que la sarcoïdose, la maladie de Sjögren et le lupus érythémateux disséminé, également connu sous le nom de lupus
  • certaines conditions génétiques, telles que la maladie de Fabry

Balayage des yeux

Bien qu’il ne fasse pas partie de la boîte à outils de diagnostic standard du médecin pour la SEP, un scanner oculaire connu sous le nom de tomographie par cohérence optique (OCT) peut aider à ramasser quelques premiers signes.

La technologie de numérisation OCT utilise des échos lumineux pour « voir » dans les tissus oculaires, de la même manière que les ultrasons utilisent des échos sonores.

L’OCT a permis aux experts d’obtenir des images directes des nerfs et des cellules de la rétine. Il peut également montrer si la démyélinisation est due à la SEP ou à la neuromyélite optique, une autre cause de problèmes de vision.

Quand contacter un médecin

Toute personne qui soupçonne qu’elle peut avoir des symptômes de SEP devrait consulter un médecin.

La premier signe est souvent la vision des changements, par exemple :

  • vision double
  • perte de vision dans un œil
  • distorsion entre le rouge et le vert

La faiblesse, l’engourdissement et les picotements peuvent également être des signes précoces.

Il est essentiel de consulter un médecin dès que possible, car un traitement précoce peut aider à ralentir la progression de la SEP.

La plupart des gens ressentent leurs premiers symptômes de SP entre l’âge de 20 et 40 ans. Les changements de vision sont souvent le premier signe.

Selon la Multiple Sclerosis Foundation, les premiers signes et symptômes comprendre:

  • engourdissement et picotements dans les pieds, les jambes, les mains, les bras ou le visage
  • problèmes de vision, tels qu’une vision floue ou double, une perte de vision ou de contraste des couleurs et une douleur lors du mouvement de l’œil
  • fatigue
  • difficulté à marcher
  • problèmes de vessie
  • difficultés sexuelles, par exemple, réduction de la libido ou dysfonction érectile
  • problèmes de mémoire ou d’élocution
  • dépression et changements émotionnels
  • spasmes musculaires et tremblements

Cependant, les symptômes varient d’une personne à l’autre et peuvent changer au cours de la maladie. Les symptômes peuvent également dépendre des nerfs qui développent des plaques et subissent des dommages.

Si l’un de ces symptômes se produit régulièrement, une personne devrait demander une évaluation avec un spécialiste de la SEP.

Ici, apprenez-en plus sur les premiers signes de la SEP.

Il n’existe actuellement aucun remède contre la SEP et aucun traitement unique. Une personne aura probablement besoin d’une approche à grande échelle pour gérer les symptômes et ralentir la progression de la maladie.

Stratégies comprendre:

  • les traitements modificateurs de la maladie, qui impliquent des médicaments qui peuvent ralentir la progression de la maladie et réduire la gravité des rechutes
  • médicaments stéroïdiens pour traiter les symptômes graves lors d’une rechute
  • traitement pour des symptômes spécifiques, tels que des relaxants musculaires pour réduire la raideur musculaire, connue sous le nom de spasticité
  • thérapie physique pour aider à préserver mobilité et apprendre à utiliser des aides, comme une canne de marche
  • des conseils pour aider à gérer l’impact sur le bien-être mental

Une personne travaillera généralement avec une équipe de soins de santé composée de différents spécialistes pour gérer son état.

Ici, trouvez plus de détails sur le traitement et la gestion de la SEP.

La SEP est une maladie évolutive qui affecte les individus différemment. Dans la plupart des cas, les symptômes vont et viennent. De nombreuses personnes connaissent des périodes de rechute, puis des périodes de rémission, lorsque les symptômes s’améliorent ou disparaissent.

Le traitement vise à :

  • réduire la fréquence et la gravité des attaques
  • gérer la douleur, l’inconfort et d’autres symptômes pendant une rechute
  • garder la personne mobile et active
  • préserver la qualité de vie de la personne

De nombreuses personnes continuent de mener une vie bien remplie et active avec la SP. Il ne met pas la vie en danger, mais des complications graves peut parfois survenir, comme les infections de la poitrine ou de la vessie. Dans certains cas, cela peut entraîner des problèmes de handicap et de mobilité.

Des recherches de 2017 suggèrent que l’espérance de vie d’une personne atteinte de SEP est d’environ 7 ans inférieur à celui des personnes sans condition. Cependant, l’écart se ferme.

Comment la SEP affecte-t-elle l’espérance de vie ?

Il n’y a pas de test spécifique pour diagnostiquer la SEP, mais les médecins tiendront compte de divers facteurs, tels que le nombre et les types d’attaques qu’une personne a subies, les lésions qui apparaissent sur une IRM et les résultats d’autres tests pour exclure d’autres conditions.

Si un médecin diagnostique la SEP, il peut recommander un traitement à long terme avec des traitements modificateurs de la maladie, ce qui peut aider à réduire la fréquence et la gravité des rechutes.

Article précédentÀ quoi ressemble une crise?
Article suivantÉpilepsie du lobe temporal : Symptômes, causes et plus