Accueil santé mentale Qu’est-ce que le trouble obsessionnel-compulsif ?

Qu’est-ce que le trouble obsessionnel-compulsif ?

518
0
Photo de Alex Green provenant de Pexels

Le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) est un trouble dans lequel les personnes ont des pensées, des idées ou des sensations récurrentes et non désirées (obsessions), ce qui les poussent à faire quelque chose de façon répétitive (compulsions).

Comprendre les TOC


Ces comportements répétitifs, comme se laver les mains, vérifier des objets ou nettoyer, peuvent perturber considérablement les activités quotidiennes et les interactions sociales d’une personne.
De nombreuses personnes sans TOC ont des pensées pénibles ou des comportements répétitifs. Cependant, ces pensées et ces comportements ne perturbent généralement pas la vie quotidienne.
Chez les personnes atteintes de TOC, les pensées sont persistantes et les comportements sont rigides.
Le fait de ne pas exécuter ces comportements provoque généralement une grande détresse, de ce fait nombreuses personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif savent ou soupçonnent que leurs obsessions ne sont pas réalistes or d’autres peuvent penser qu’elles pourraient être vraies (ce que l’on appelle l’intuition limitée).
Même si elles savent que leurs obsessions ne sont pas réalistes, les personnes atteintes d’un TOC ont du mal à se détacher de leurs pensées obsessionnelles ou à arrêter leurs actions compulsives.
Pour un diagnostic de TOC requiert la présence d’obsessions et/ou de compulsions qui prennent beaucoup de temps (plus d’une heure par jour), provoquent une détresse importante et altèrent le fonctionnement professionnel ou social.

La population la plus touchée


Ainsi le TOC touche 2 à 3 % des personnes aux États-Unis chez les adultes, les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes à en souffrir.
Le TOC commence souvent dans l’enfance, l’adolescence ou au début de l’âge adulte, l’âge moyen d’apparition des symptômes est de 19 ans.

Obsessions


Les obsessions sont des pensées, des impulsions ou des images récurrentes et persistantes qui provoquent des émotions pénibles comme l’anxiété ou le dégoût.
De nombreuses personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif reconnaissent que ces pensées, impulsions ou images sont le produit de leur esprit et sont excessives ou déraisonnables. Cependant, la détresse causée par ces pensées intrusives ne peut être résolue par la logique ou le raisonnement. La plupart des personnes atteintes d’un trouble obsessionnel-compulsif tentent de soulager la détresse causée par les obsessions en recourant à des compulsions, en ignorant ou en supprimant les obsessions, ou en se distrayant avec d’autres activités.

Obsessions typiques

  • Peur d’être contaminé par des personnes ou par l’environnement.
  • Pensées ou images sexuelles dérangeantes
  • Peur de débiter des obscénités ou des insultes
  • Préoccupation extrême pour l’ordre, la symétrie ou la précision
  • Pensées intrusives récurrentes de sons, d’images, de mots ou de chiffres
  • Peur de perdre ou de jeter quelque chose d’important

Compulsions


Les compulsions sont des comportements ou des actes mentaux répétitifs qu’une personne se sent poussée à accomplir en réponse à une obsession.
Les comportements empêchent ou réduisent généralement la détresse de la personne liée à l’obsession. Les compulsions peuvent être des réponses excessives directement liées à l’obsession (par exemple, se laver les mains de manière excessive par peur de la contamination) ou des actions sans aucun rapport avec l’obsession.
Dans les cas les plus graves, une répétition constante de rituels peut occuper la journée, rendant impossible une routine normale.

Compulsions typiques

  • Lavage excessif ou ritualisé des mains, de la douche, du brossage des dents ou de la toilette.
  • Nettoyage répété d’objets domestiques
  • Ordonner ou ranger les objets d’une manière particulière.
  • Vérification répétée des serrures, des interrupteurs ou des appareils ménagers.
  • Recherche constante d’approbation ou de réconfort
  • Compter de façon répétée jusqu’à un certain nombre

Traitement


Les patients atteints de TOC qui reçoivent un traitement approprié voient généralement leur qualité de vie et leur fonctionnement s’améliorer. Le traitement peut améliorer la capacité d’une personne à fonctionner à l’école et au travail, à développer et à apprécier ses relations, et à poursuivre des activités de loisirs.

Thérapie cognitivo-comportementale


Un traitement efficace est un type de thérapie cognitivo-comportementale (TCC) connu sous le nom d’exposition et de prévention de la réponse. Au cours des séances de traitement, les patients sont exposés à des situations ou à des images redoutées, axées sur leurs obsessions, ce qui entraîne initialement une augmentation de l’anxiété. Les patients ont pour instruction d’éviter d’adopter leurs comportements compulsifs habituels (prévention de la réponse). En restant dans une situation redoutée sans que rien de terrible ne se produise, les patients apprennent que leurs pensées effrayantes ne sont que des pensées et non la réalité.
Ils apprennent qu’ils peuvent faire face à leurs obsessions sans recourir à des comportements rituels, et leur anxiété diminue avec le temps. En s’appuyant sur des lignes directrices fondées sur des données probantes, les thérapeutes et les patients collaborent généralement à l’élaboration d’un plan d’exposition qui passe progressivement de situations peu anxiogènes à des situations très anxiogènes. Les expositions sont réalisées à la fois lors des séances de traitement et à la maison. Certaines personnes souffrant de TOC (en particulier celles qui ont une vision limitée de leur maladie) peuvent ne pas accepter de participer à une TCC en raison de l’anxiété initiale qu’elle suscite .

Médicaments


Une classe de médicaments connus sous le nom d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS), généralement utilisés pour traiter la dépression, peut également être efficace dans le traitement du TOC. La dose d’ISRS utilisée pour traiter le TOC est généralement plus élevée que celle utilisée pour traiter la dépression. Les patients qui ne répondent pas à un ISRS répondent parfois à un autre. D’autres médicaments psychiatriques peuvent également être efficaces. Il faut généralement six à douze semaines pour constater les effets bénéfiques du traitement.
Les patients présentant des symptômes de TOC légers à modérés sont généralement traités par une TCC ou par des médicaments, en fonction de la préférence du patient, de ses capacités cognitives et de son degré de perspicacité, de la présence ou de l’absence de troubles psychiatriques associés et de la disponibilité du traitement. Il est recommandé que les patients présentant des symptômes graves de TOC reçoivent à la fois une TCC et des médicaments. .

Interventions auprès des aidants


Chez les personnes souffrant de TOC qui vivent avec leur famille ou des soignants, il est recommandé d’obtenir le soutien des soignants pour les aider à pratiquer l’exposition à domicile.

Soins personnels


Le maintien d’un mode de vie sain peut aider à faire face au TOC. De plus, l’utilisation de techniques de relaxation de base, comme la méditation, le yoga, la visualisation et les massages, peut contribuer à atténuer le stress et l’anxiété causés par le TOC.

Traitement neurochirurgical (p. ex. stimulation cérébrale profonde, capsulotomie antérieure) dans les cas réfractaires


La stimulation cérébrale profonde a gagné en popularité pour traiter les personnes souffrant de TOC sévères qui ne répondent pas aux autres traitements. Certaines études montrent que la capsulotomie antérieure, une procédure chirurgicale, peut également être efficace, mais elle est sous-utilisée en raison de préjugés historiques plutôt que par manque d’efficacité clinique.
SourceRevue des médecins par : Hector Colon-Rivera, M.D., CMRO Molly Howland, M.D. Décembre 2020
Article précédentTout ce que vous voulez savoir sur la dépression
Article suivantPourquoi la perte de cheveux peut survenir pendant ou après la grossesse et ce que vous pouvez faire?