Accueil Actualités & Innovation Pretomanid approuvé par la FDA des États-Unis pour la tuberculose nouvellement émergente...

Pretomanid approuvé par la FDA des États-Unis pour la tuberculose nouvellement émergente ultrarésistante aux médicaments

178
0

 

La FDA américaine a annoncé cette semaine l’approbation des comprimés de prétomanid dans le cadre d’un protocole de combinaison de 3 médicaments pour le schéma thérapeutique de la souche de tuberculose la plus mortelle qui se propage rapidement dans le monde avec des taux d’occurrence croissants.

Les comprimés de Pretomanid (PA-824) ont été approuvés pour être utilisés dans le cadre d’un protocole d’association de trois médicaments avec la bédaquiline et le linézolide chez les patients atteints de tuberculose pulmonaire multirésistante (XDR-TB) étendue.

Pretomanid est un médicament antibactérien de la classe des nitroimidazoles. Le prétomanide a été identifié pour la première fois dans une série de 100 dérivés de nitroimidazopyrane synthétisés et testés pour leur activité antituberculeuse. Il est important de noter que le prétomanide a une activité contre l’électricité statique M. tuberculose isolats qui survivent dans des conditions anaérobies, avec une activité bactéricide comparable à celle du médicament existant métronidazole. Le prétomanide n’était pas le composé le plus puissant de la série contre les cultures de M. tuberculose, mais il était le plus actif dans les études testées. Le prétomanide oral était actif contre la tuberculose dans des études à des doses tolérées en toute sécurité pendant jusqu’à 28 jours.

La tuberculose ou la tuberculose est causée par une bactérie Mycobacterium Tuberculosis qui attaque les poumons, la tuberculose peut également faire des ravages sur n’importe quelle partie du corps, y compris les reins, la colonne vertébrale et le cerveau. Tuberculose ultrarésistante (XDR-TB) est une forme de tuberculose causée par des bactéries résistantes à certains des médicaments antituberculeux les plus efficaces. Des souches de TB-UR sont apparues après la mauvaise gestion des personnes atteintes de TB multirésistante (MDR-TB).

Près d’une personne sur quatre dans le monde est infectée par la bactérie de la tuberculose. Ce n’est que lorsque les bactéries deviennent actives que les gens contractent la tuberculose. Les bactéries deviennent actives à la suite de tout ce qui peut réduire l’immunité de la personne, comme le VIH, le vieillissement ou certaines conditions médicales. La tuberculose peut généralement être traitée avec une série de quatre médicaments antituberculeux standard ou de première intention (c’est-à-dire l’isoniazide, la rifampicine et toute fluoroquinolone). Si ces médicaments sont mal utilisés ou mal gérés, une tuberculose multirésistante (MDR-TB) peut se développer. La TB-MR prend plus de temps à traiter avec des médicaments de deuxième intention (c’est-à-dire l’amikacine, la kanamycine ou la capréomycine), qui sont plus chers et ont plus d’effets secondaires. La TB-UR peut se développer lorsque ces médicaments de deuxième intention sont également mal utilisés ou mal gérés et deviennent inefficaces. L’OMS définit la TB-UR comme une TB-MR résistante à au moins une fluoroquinolone et à un médicament injectable de deuxième intention (amikacine, capréomycine ou kanamycine).

La TB-UR soulève des inquiétudes quant à une future épidémie de TB avec des options de traitement restreintes, et compromet les gains majeurs réalisés dans la lutte contre la TB et les progrès réalisés dans la réduction des décès dus à la TB chez les personnes vivant avec le VIH/SIDA. Il est donc vital que la lutte contre la tuberculose soit gérée correctement et que de nouveaux outils soient développés pour prévenir, traiter et diagnostiquer la maladie.

La tuberculose est désormais la principale cause de décès par infection dans le monde. Il y a plus de 28 millions de cas d’individus atteints de tuberculose active et parmi eux, environ 1,4 million sont porteurs de la souche XDR-TB. Selon les experts, 80% de ceux atteints de TB-UR meurent avant même qu’un diagnostic ne soit posé. Et parmi ceux qui reçoivent un traitement typique, le taux de guérison n’est que de 32 %, car la souche XDR est résistante aux quatre classes d’antibiotiques généralement utilisées pour lutter contre la maladie.

La véritable ampleur de la XDR-TB est inconnue car de nombreux pays n’ont pas l’équipement et la capacité nécessaires pour la diagnostiquer avec précision. Mais il se propage rapidement et augmente.

L’approbation de la FDA a découlé d’un essai révolutionnaire de 107 patients en Afrique du Sud qui avaient été diagnostiqués avec la XDR-TB. Six mois après le traitement, 89 % des patients ont été guéris, ce qui est bien plus élevé que les taux de réussite typiques pour le traitement de cette souche de tuberculose souvent mortelle, selon la FDA américaine.

Le nouveau régime est cependant difficile pour de nombreux patients en raison de ses effets secondaires. Des effets secondaires importants ont été ressentis par les patients de l’essai. Ils comprenaient des lésions nerveuses, de l’acné, de l’anémie, des nausées, des vomissements, des maux de tête, une augmentation des enzymes hépatiques, une indigestion, des éruptions cutanées, une augmentation des enzymes pancréatiques, une déficience visuelle, une hypoglycémie et une diarrhée. Mais la maladie est bien pire que les effets secondaires du traitement, car les personnes atteintes de TB-UR se détériorent généralement et meurent en quelques semaines.

La menace d’infections résistantes aux antimicrobiens est un défi majeur pour de nombreux organismes de santé publique en raison des options de traitement limitées. Les nouveaux traitements sont importants pour répondre aux besoins de santé nationaux et mondiaux des patients. L’approbation de pretomanid a été accordée à la Global Alliance for TB Drug Development (TB Alliance).

Article précédentInfection de l’oreille moyenne (otite moyenne)
Article suivantUne étude montre que le ticagrelor réduit les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux chez les diabétiques