Accueil Actualités & Innovation La thérapie combinée montre un taux de réussite élevé

La thérapie combinée montre un taux de réussite élevé

215
0
Partager sur Pinterest
Selon de nouvelles recherches, une approche combinée du traitement du cancer de la prostate pourrait être la meilleure voie à suivre. Crédit image : MirageC/Getty Images.
  • Le cancer de la prostate est un type de cancer qui peut entraîner la mort.
  • Le traitement exact du cancer de la prostate dépendra de la personne et de la gravité du cancer.
  • Les chercheurs travaillent toujours à améliorer les options de traitement du cancer de la prostate.
  • Une étude récente a révélé que l’utilisation combinée de trois thérapies différentes améliorait le taux de survie chez les hommes atteints d’un cancer de la prostate.

Le cancer touche des gens partout dans le monde. Les experts évaluent constamment comment différents traitements peuvent éliminer ou ralentir la propagation du cancer

Chaque type de cancer est différent, ce qui conduit au développement de diverses méthodes de traitement et de détection.

Une étude récente parue dans Le Lancet ont constaté qu’un traitement combiné spécifique pouvait améliorer le taux de survie des hommes atteints d’un cancer de la prostate.

Le cancer de la prostate est l’un des types de cancer les plus courants chez les hommes. Comme l’a noté le Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes (CDC), en 2018, il y a eu plus de 210 000 nouveaux cas de cancer de la prostate et près de 31 500 personnes atteintes d’un cancer de la prostate en sont mortes.

Comme l’a noté le Société américaine du cancer, quelques méthodes différentes peuvent aider à détecter le cancer de la prostate. L’une consiste à faire un test sanguin d’antigène spécifique de la prostate (APS).

Si le niveau de PSA est supérieur à un point de référence spécifique, cela peut indiquer un cancer de la prostate. Cependant, il existe d’autres raisons pour lesquelles le niveau de PSA est élevé, ce n’est donc pas un outil de diagnostic définitif.

Les médecins peuvent également faire un toucher rectal pour sentir la prostate et noter les masses anormales. Pour confirmer les résultats d’un PSA élevé ou d’un toucher rectal anormal, les médecins ordonneront une biopsie de la prostate. Si cela confirme la présence d’un cancer de la prostate, le traitement peut commencer.

Traitement pour le cancer de la prostate peut inclure une ou plusieurs options, telles que la chirurgie, la radiothérapie, la cryothérapie, l’hormonothérapie, l’immunothérapie et la chimiothérapie. Les chercheurs travaillent toujours à améliorer les options de traitement et le taux de survie des personnes atteintes d’un cancer de la prostate.

L’étude en Le Lancet était un essai contrôlé randomisé. Les chercheurs ont divisé les hommes atteints d’un cancer de la prostate en trois groupes de traitement distincts.

L’étude comprenait des participants qui avaient déjà dû se faire enlever la prostate et qui avaient un certain niveau de PSA après l’ablation de la prostate. Au total, 1 792 participants se sont inscrits à l’étude.

Les chercheurs ont cherché à découvrir si l’utilisation d’une méthode de traitement spécifique et combinée augmentait les taux de survie et diminuait la progression du cancer grave.

Ils ont utilisé l’étiquette « absence de progression ». Les trois groupes de traitement comprenaient les trois méthodes de traitement différentes :

  • le groupe 1 a reçu une forme de radiothérapie appelée radiothérapie du lit prostatique de sauvetage (PBRT), qui cible spécifiquement la région de la prostate après l’ablation de la prostate
  • le groupe 2 a reçu le même rayonnement que le groupe 1 (PBRT) et a également reçu à court terme thérapie de privation androgénique (ADT)qui agit pour supprimer certaines hormones afin de diminuer le carburant des cellules cancéreuses de la prostate
  • le groupe 3 a reçu les mêmes traitements que le groupe 2, en ajoutant un composant supplémentaire : ce groupe a reçu la PBRT, l’ADT et la radiothérapie des ganglions lymphatiques pelviens (PLNRT), un type de rayonnement qui cible explicitement les ganglions lymphatiques de la région pelvienne, où se trouve la prostate le cancer peut se propager.

L’étude a révélé que l’absence de progression après 5 ans était la plus élevée pour ceux du groupe 3. Dans le groupe 1, près de 71 % du groupe étaient exempts de progression. Dans le groupe 3, le pourcentage était de 87,4 %.

Ces résultats indiquent que l’ajout d’une thérapie de privation androgénique à court terme et d’une radiothérapie des ganglions lymphatiques pelviens pour sauver la radiothérapie du lit de la prostate peut aider à améliorer les taux de survie chez les personnes atteintes d’un cancer de la prostate.

Auteur de l’étude Dr Alan Pollack noté les faits saillants suivants pour Nouvelles médicales aujourd’hui:

« Il s’agit de la première étude randomisée à démontrer le bénéfice supplémentaire de l’ajout d’un traitement des ganglions lymphatiques pelviens à la thérapie de privation d’androgènes et au traitement standard du lit de la prostate. Il s’agit d’une étude à trois bras conçue pour tester l’intensification du traitement à partir de la RT standard au lit de la prostate (PBRT), de la PBRT plus thérapie de privation androgénique à court terme (STADT) et de la PBRT plus STADT plus traitement des ganglions lymphatiques pelviens (PLNRT). Le critère d’évaluation principal était l’absence de progression à 5 ans [and the study] a montré que dans l’ensemble, il y avait des gains supplémentaires avec l’ajout d’ADT, puis d’autres gains avec PLNRT.

Les auteurs de l’étude notent que l’utilisation de cette méthode de traitement combiné n’est pas sans risques. Ils soulignent que cela pourrait augmenter le risque de certains problèmes de moelle osseuse. Ils notent également qu’un temps de suivi plus long serait nécessaire pour confirmer la pleine efficacité du traitement.

Dr Kelvin Moïsedirecteur de la Comprehensive Prostate Cancer Clinic du Vanderbilt University Medical Center, qui n’a pas participé à cette étude, a convenu que davantage de recherches de suivi étaient nécessaires, mais a déclaré que les résultats jusqu’à présent sont prometteurs.

Il a expliqué pour MNT ce « [t]son étude renforce l’importance du contrôle des ganglions lymphatiques pelviens soit au moment de la chirurgie, soit dans le cadre d’une récidive post-prostatectomie.

Il a ajouté que «[i]Il reste à voir si le bénéfice de la progression se traduit par une réduction des métastases ou des décès par cancer de la prostate, mais ces résultats sont prometteurs et peuvent changer le paradigme du traitement des récidives biochimiques.

Les auteurs de l’étude notent en outre que, à mesure que l’imagerie de la prostate s’améliore, cela aura un impact sur la manière dont cette méthode de traitement est appliquée. Mais la recherche fournit des résultats globalement encourageants selon lesquels les taux de survie peuvent s’améliorer pour les personnes atteintes d’un cancer de la prostate avec le bon type de traitement.

Dr Hayley Whitakerun spécialiste du cancer à l’University College of London, qui n’a pas participé à cette étude, s’est montré enthousiasmé par ses résultats :

« Il existe plusieurs façons de traiter les patients atteints d’un cancer de la prostate, mais l’ordre dans lequel différents traitements sont utilisés ou la combinaison de différents traitements offre un potentiel énorme pour prolonger [the] la vie des hommes de plusieurs années.

D’après elle, « [t]Il s’agit d’une recherche révolutionnaire qui a le potentiel d’avoir un impact réel sur les hommes traités pour un cancer de la prostate en réalisant des avancées significatives dans la combinaison de la chirurgie, de la radiothérapie et des traitements hormonaux.

Article précédentMastectomie : types, utilisations et procédure
Article suivantQuelle est l’efficacité de la chimiothérapie orale pour le cancer du sein ?