Accueil Actualités & Innovation La pollution de l’air extérieur peut augmenter le risque de décès de...

La pollution de l’air extérieur peut augmenter le risque de décès de 20%, selon une étude

125
0
Partager sur Pinterest
Différents facteurs environnementaux tels que la pollution de l’air peuvent être prédictifs des risques de certaines maladies cardiovasculaires. Marcos Osorio/Stocksy
  • Les facteurs environnementaux jouent un rôle dans la santé, les recherches ayant révélé que les personnes vivant dans certaines régions courent un risque plus élevé de problèmes de santé et de mortalité.
  • Selon une nouvelle étude, de multiples facteurs tels que la pollution de l’air et les méthodes de combustion du carburant peuvent avoir un impact sur le risque de mortalité cardiovasculaire et toutes causes confondues à des degrés divers.
  • Les auteurs soutiennent que pour améliorer notre environnement et réduire les risques pour la santé qui y sont associés, nous devons adopter plusieurs approches.

Les scientifiques de nombreux domaines d’étude cherchent à comprendre ce qui augmente le risque de décès. Un domaine d’intérêt particulier est celui des facteurs environnementaux qui contribuent à la mortalité d’origine cardiovasculaire.

Une récente étude Publié dans PLoS ONEont examiné le risque associé entre certaines expositions environnementales et la mortalité, y compris la mortalité cardiovasculaire.

Les chercheurs ont découvert que le risque de décès d’origine cardiovasculaire est lié à de nombreux facteurs, notamment l’air ambiant et la pollution de l’air domestique.

Plusieurs facteurs peuvent avoir un impact sur la santé. Par exemple, la génétique joue un rôle dans la tendance des gens à développer certains troubles ou maladies. Cependant, l’environnement des personnes peut également jouer un rôle dans les risques pour la santé.

Selon le Organisation mondiale de la santé, « jusqu’à 24% de tous les décès dans le monde étaient attribuables à l’environnement. » L’OMS note que plusieurs facteurs environnementaux peuvent contribuer à ces décès, notamment les suivants :

  • la pollution de l’air
  • eau et assainissement
  • exposition à des produits chimiques nocifs
  • les phénomènes météorologiques violents, y compris l’augmentation des vagues de chaleur

De la les dix principales causes de décès liés à l’environnement, la cardiopathie ischémique occupe la première place. Les chercheurs s’efforcent toujours de découvrir quels facteurs environnementaux présentent le plus de risques pour la santé cardiaque et comment les gens peuvent réduire leur risque.

Cette étude a impliqué une cohorte multiethnique de 50 045 participants en Iran.

Les chercheurs ont examiné l’association de risque entre des expositions environnementales spécifiques et la mortalité. Plus précisément, ils ont examiné à la fois la mortalité toutes causes confondues et la mortalité cardiovasculaire.

Leurs recherches ont porté sur les facteurs environnementaux suivants :

  • pollution de l’air ambiant par les particules fines
  • l’utilisation de combustible domestique et la ventilation (qui peuvent avoir un impact sur la pollution de l’air domestique)
  • proximité de la circulation
  • distance jusqu’à l’intervention coronarienne percutanée (ICP) (quelle distance devraient-ils parcourir s’ils avaient des problèmes cardiaques ?)
  • environnement socio-économique
  • densité de population
  • utilisation locale des terres et exposition à la lumière nocturne

Les chercheurs ont pris en compte les facteurs de risque individuels et les ont ajustés dans l’analyse. Les principaux résultats qui se sont démarqués étaient les suivants :

  • Ceux qui se trouvaient dans des zones à forte pollution atmosphérique étaient 17% plus susceptibles de connaître une mortalité cardiovasculaire et 20% plus susceptibles de connaître une mortalité toutes causes confondues.
  • Ceux qui utilisaient des combustibles issus de la biomasse tels que le bois ou la bouse sans cheminée étaient 36 % plus susceptibles de connaître un décès d’origine cardiovasculaire et 23 % plus susceptibles de connaître une mortalité toutes causes confondues.
  • Ceux qui utilisaient du kérosène sans cheminée étaient 19 % plus susceptibles de connaître une mortalité cardiovasculaire et 9 % plus susceptibles de connaître une mortalité toutes causes confondues.

La distance pour venir en aide aux problèmes cardiovasculaires était également importante. À mesure que la durée d’une ICP augmentait, le risque de mortalité toutes causes confondues et cardiovasculaire augmentait également.

« Les expositions à la pollution de l’air ont contribué à un fardeau important de maladies cardiovasculaires, similaire à la fumée de tabac… L’étude démontre que les facteurs de risque environnementaux sont présents et évaluables dans les milieux ruraux à faibles ressources. »
— Dr Hadley Michael, auteur de l’étude

L’étude a fourni des données détaillées en raison du nombre de participants inclus et du nombre de facteurs de risque examinés par les chercheurs.

Cependant, il avait quelques limites. Premièrement, les chercheurs n’ont noté que le village ou le quartier de chaque participant plutôt que les adresses individuelles pour des raisons de confidentialité, ce qui aurait pu avoir un impact sur la collecte de données pour certains facteurs.

Ils ont également recueilli les données sur l’année où les participants se sont inscrits à l’étude. En raison de cette méthode de collecte, les chercheurs n’ont pas pu tenir compte des expositions antérieures, des changements au fil du temps ou des expositions aiguës.

Des inexactitudes dans la collecte de données concernant le statut socio-économique, ainsi que l’utilisation de carburant et les niveaux de ventilation des participants pour examiner indirectement l’exposition à la pollution de l’air peuvent avoir affecté les résultats.

L’étude souligne l’importance d’examiner et de traiter les facteurs de risque environnementaux liés à la santé cardiovasculaire. Il est probable que la réduction des risques et l’amélioration de ces facteurs environnementaux impliqueront le travail de plusieurs personnes et groupes.

Dr Aaron J. Cohenscientifique principal consultant du Health Effects Institute, a déclaré Nouvelles médicales aujourd’hui que la surveillance continue et élargie de la pollution atmosphérique était actuellement le besoin le plus critique.

« De nouvelles réductions des niveaux de pollution et de leur charge de morbidité associée nécessiteront une approche globale et coordonnée de la gestion de la qualité de l’air qui implique de multiples acteurs au sein du gouvernement, y compris les agences de la santé, de l’énergie et de l’environnement, ainsi que la société civile, y compris la santé environnementale et publique. ONG [non-governmental organizations] et la presse.
— Dr Aaron J. Cohen

Cohen est actuellement impliqué dans des collaborations avec des scientifiques de la faculté de médecine de l’Université de Téhéran, l’une des institutions impliquées dans cet article.

Le Dr Hadley a précisé MNT sur l’avenir des soins de santé à la lumière de ces découvertes.

« De plus en plus, les médecins devront répondre à des questions sur les risques environnementaux et proposer des suggestions et des interventions pour protéger leurs patients. Cela nécessitera des recherches supplémentaires pour identifier les interventions les plus efficaces pour des facteurs de risque spécifiques et des populations de patients », a-t-il déclaré.

« Des essais sont nécessaires pour tester l’efficacité des interventions visant à protéger les patients des facteurs de risque environnementaux. Par exemple, une filtration de l’air ou des masques faciaux pour réduire le risque d’exposition à la pollution de l’air », a-t-il ajouté.

Article précédentLes particules de pollution de l’air sont-elles capables d’endommager le cerveau ?
Article suivantUne nouvelle étude examine les symptômes, la durée