Accueil Actualités & Innovation Facteurs de risque non diagnostiqués chez la majorité des patients victimes d’AVC

Facteurs de risque non diagnostiqués chez la majorité des patients victimes d’AVC

132
0
  • Une étude européenne récente a révélé que la plupart des personnes ayant subi un AVC ischémique souffraient d’affections sous-jacentes non diagnostiquées auparavant.
  • L’hypercholestérolémie, l’hypertension et la fibrillation auriculaire étaient les principaux facteurs de risque d’AVC vasculaire.
  • Les patients plus jeunes, les personnes d’origine non caucasienne et les femmes de moins de 55 ans sous contraceptifs étaient plus susceptibles d’avoir des facteurs de risque d’AVC non diagnostiqués.
  • Les experts louent cette étude pour avoir montré que de nombreux facteurs de risque d’AVC sont évitables et traitables.

L’AVC, parfois appelé attaque cérébrale, est l’une des principales causes de lésions cérébrales, d’invalidité à long terme et de décès.

La Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) estime que plus de 795 000 Américains subissent un AVC chaque année.

Plus de 4 AVC sur 5 sont des AVC ischémiques. Ceux-ci se produisent lorsqu’un caillot sanguin ou une autre substance empêche le sang et l’oxygène d’atteindre une partie du cerveau.

Des chercheurs de la Centre Vaudois à Lausanne, en Suisse, ont découvert que 67,7 % des patients victimes d’AVC présentaient au moins un facteur de risque majeur. Cependant, les personnes n’ont jamais été diagnostiquées avec les conditions avant leur accident vasculaire cérébral.

Ils ont présenté leurs conclusions à la Congrès 2022 de l’Académie européenne de neurologie (EAN) à Vienne, Autriche.

Les chercheurs ont enquêté sur les dossiers médicaux de 4 354 patients victimes d’AVC du Acute Stroke Registry and Analysis of Lausanne (ASTRAL) de 2003 à 2018. Parmi ces patients, 1 125 présentaient des facteurs de risque majeurs non diagnostiqués (UMRF).

Le principal facteur de risque était la dyslipidémie, observée chez 61,4 % des patients. Cette condition est caractérisée par des taux élevés de cholestérol ou de triglycérides.

L’hypertension artérielle, le deuxième facteur de risque le plus fréquent, touchait 23,7 % des individus étudiés.

Environ 10,2% des patients souffraient de fibrillation auriculaire, ce qui peut provoquer un rythme cardiaque rapide et irrégulier.

Parler avec Nouvelles médicales aujourd’huiauteur principal Dr André Régo ont mentionné huit autres facteurs de risque majeurs explorés dans l’étude : d’autres problèmes cardiaques, notamment les maladies cardiaques silencieuses, le diabète, l’alimentation, l’obésité, le stress, le tabagisme et l’alcool.

« Nous avons donc créé deux groupes, le premier avec des patients qui ne savaient pas qu’ils avaient ces cinq premiers facteurs de risque (potentiellement inconnus) et comparé au deuxième groupe avec les patients restants qui seraient conscients d’avoir au moins un des ces cinq. Les deux groupes pourraient avoir n’importe quel nombre des cinq autres facteurs de risque majeurs restants », a expliqué le Dr Rêgo.

Le Dr Rêgo et son équipe pensaient que de nombreuses personnes négligent les UMRF parce qu’elles ne recherchent pas ou n’adhèrent pas aux soins préventifs. Les chercheurs ont supposé que des raisons financières peuvent parfois limiter les visites chez le médecin.

De plus, certains facteurs de risque peuvent être silencieux, ce qui peut faire croire aux gens que tout va bien. Le Dr Rêgo a imaginé que « les gens peuvent réagir davantage aux problèmes de santé symptomatiques ».

Par exemple, l’étude a révélé que les personnes ayant un indice de masse corporelle inférieur étaient plus susceptibles d’ignorer qu’elles avaient des facteurs de risque vasculaire avant de subir un AVC. Il a émis l’hypothèse que ces personnes ont « moins l’impression d’être à risque ».

MNT discuté de certaines de ces raisons avec Derek Griffith, Ph.D.professeur d’administration des systèmes de santé et d’oncologie à l’Université de Georgetown, Washington DC et fondateur et codirecteur du Institut de justice raciale. Il n’a pas participé à cette étude.

Le Dr Griffith a partagé : « Plusieurs hommes de notre [focus] les groupes voyaient peu d’intérêt à se rendre à des visites de soins de santé préventifs parce qu’ils pensaient à tort que tant qu’ils se sentaient bien, il n’y avait pas de raison d’y aller.

Inégalités en santé

Selon le Fondation de la famille Kaiserles inégalités de santé de longue date dans la communauté médicale ont poussé de nombreuses personnes à reporter les soins médicaux préventifs.

Le Dr Griffith a déclaré que lorsque les hommes noirs de ses groupes de discussion ont rendu visite à leurs médecins, les médecins étaient «négatifs et irrespectueux».

De telles expériences ont réduit la confiance dans les médecins et la probabilité de donner suite aux recommandations et aux prescriptions, a fait remarquer le professeur.

Les collègues du Centre vaudois ont également remarqué que les patients de l’UMRF étaient plus susceptibles d’être plus jeunes et non caucasiens.

Les femmes de moins de 55 ans utilisant des contraceptifs et les patientes de 55 ans et plus qui fumaient étaient également susceptibles d’avoir au moins un UMRF.

D’autre part, les personnes prenant des anticoagulants avant leur AVC étaient moins susceptibles d’avoir un facteur de risque d’AVC non diagnostiqué. Les chercheurs ont observé la même tendance chez les personnes qui avaient un indice de masse corporelle plus élevé.

MNT a également parlé avec Jason Tarpley, MD, Ph.D., neurologue spécialiste de l’AVC et directeur du Stroke and Neurovascular Center for Pacific Neuroscience Institute du Providence Saint John’s Health Center à Santa Monica, en Californie. Il n’a pas participé à cette étude.

Le Dr Tarpley a apprécié cette recherche parce qu’elle quantifie ce qu’il a observé de façon anecdotique concernant les patients présentant des facteurs de risque d’AVC non diagnostiqués.

Plus important encore, il a déclaré: «Cela nous indique qu’il y a des choses que nous pouvons faire pour prévenir ces accidents vasculaires cérébraux. Beaucoup de ces AVC sont en fait évitables.

Le Dr Tarpley a expliqué que les principaux facteurs de risque – la dyslipidémie, l’hypertension et la fibrillation auriculaire – peuvent tous être traités pour aider à réduire le risque d’AVC.

Il a insisté : « Je veux dire qu’il y a quelque chose que vous pouvez faire. Vous n’avez pas à attendre et à voir. Vous pouvez réellement obtenir votre cholestérol [and] tension artérielle vérifiée. Si vous souffrez de fibrillation auriculaire, consultez votre médecin et faites-vous prescrire un anticoagulant.

Le Dr Rêgo a déclaré : « Avant notre étude, il y avait peu d’informations cliniques sur la fréquence, le profil des patients et les mécanismes d’AVC chez les patients ayant subi un AVC ischémique aigu avec des facteurs de risque vasculaire majeurs non diagnostiqués auparavant. Nous espérons que cette étude aidera à identifier les patients potentiels d’AVC qui nécessiteront des techniques de prévention et une surveillance plus intensives à l’avenir.

Article précédentLe changement climatique affecte les enfants avant même la naissance
Article suivantDes chercheurs développent un masque facial antiviral qui tue les virus