Accueil santé A à Z Est-ce que retourner à l’école signifie retourner à l’intimidation?

Est-ce que retourner à l’école signifie retourner à l’intimidation?

79
0

La rentrée scolaire est source d’inquiétudes pour de nombreux enfants et parents. De bonnes notes, dormir suffisamment et bien s’entendre avec les enseignants et les autres élèves sont tous importants. Mais l’un des problèmes les plus préoccupants, comme l’a noté le conseiller en santé mentale du Johns Hopkins Children’s Center Jami Margolis, continue d’intimider. Cela peut entraîner une faible estime de soi, des problèmes de santé, de mauvaises notes et même des pensées suicidaires. Margolis répond à certaines questions courantes sur l’intimidation à l’école et offre des conseils aux parents d’enfants qui sont victimes d’intimidation ou qui sont des intimidateurs.

Qu’est-ce que l’intimidation?

Bien que les lois puissent varier d’un État à l’autre, la définition de l’intimidation acceptée par de nombreux professionnels de la santé mentale est «une agression physique ou verbale qui se répète sur une période de temps et implique un déséquilibre de pouvoir».

Quelle est la fréquence de l’intimidation aujourd’hui ?

Le harcèlement existe depuis longtemps. Malheureusement, il a maintenant atteint des niveaux épidémiques dans les écoles, notamment à cause des médias sociaux. À Johns Hopkins, nous commençons généralement à voir des cas d’intimidation en novembre et décembre, après que les enfants se sont installés dans leurs cliques.

Qui est la victime typique d’intimidation?

N’importe qui peut être harcelé. Cependant, les enfants qui sont socialement différents, qui sont moins bien acceptés par leurs pairs ou qui sont perçus comme plus faibles sont plus susceptibles d’être victimes d’intimidation. Bien que de nos jours, les enfants se sentent plus ouverts à l’idée de s’exprimer, tout le monde n’est pas disposé à le faire. Ce sont les enfants que nous voyons avec des symptômes de type dépression. Lorsqu’ils viennent à notre clinique, on découvre souvent qu’ils se font harceler à l’école.

Quels sont les différents types de harcèlement ?

On pense qu’il existe quatre types d’intimidation :

  • Intimidation physique implique, mais sans s’y limiter, de frapper, donner des coups de pied, pousser ou autrement combattre les autres.
  • Intimidation verbale fait référence à l’utilisation ou à l’abus de mots pour nuire à autrui par le biais d’injures, d’insultes ou de moqueries sévères.
  • Intimidation relationnelle vise à exclure une ou plusieurs personnes d’un groupe de pairs.
  • Intimidation réactive c’est quand une personne réagit au fait d’être une ancienne victime en intimidant les autres.
  • Harcèlement sur internet est un comportement d’intimidation volontaire et répété qui implique la technologie électronique comme les appareils de jeu, Internet, les médias sociaux, les e-mails, les blogs, les téléphones portables, etc.

Quels sont des exemples de cyberintimidation ?

La cyberintimidation peut prendre plusieurs formes, y compris, mais sans s’y limiter :

  • Envoi d’e-mails, de SMS, de tweets ou de messages instantanés méchants ou menaçants
  • Inciter quelqu’un à révéler des informations personnelles ou embarrassantes
  • Pirater les comptes de quelqu’un et être cruel en se faisant passer pour cette personne
  • Créer des sites Web pour embarrasser ou se moquer de quelqu’un

Il existe diverses conséquences de la cyberintimidation pour l’intimidateur, allant de la suspension ou de l’expulsion de l’école et des équipes sportives aux recours juridiques et aux accusations criminelles potentielles.

Que faire si l’enfant est harcelé sur les réseaux sociaux ?

Bien que l’intimidation elle-même soit aussi ancienne que le temps, les outils de l’ère numérique aggravent souvent le problème de manière exponentielle. Maintenant, certaines victimes d’intimidation ont leurs expériences horribles collées partout sur Internet. Non seulement l’enfant est une victime dans sa vie personnelle, mais il peut également avoir à faire face au problème publiquement et être harcelé à ce sujet. Des enfants ont tenté d’attenter à leur vie à cause du harcèlement sur les réseaux sociaux. Si cela se produit dans votre famille, envisagez de déposer un rapport de police et de porter plainte.

Que ressentent les enfants lorsqu’ils sont harcelés ?

Ils se sentent dégonflés et démoralisés, leur estime de soi s’effondre et ils ont l’impression de ne pouvoir en parler à personne. Ils craignent des représailles pour avoir dit ou fait quoi que ce soit. Fait intéressant, certains de ces enfants deviennent eux-mêmes des intimidateurs. Ils rationalisent que s’ils ne veulent pas être une victime, ils doivent faire partie du groupe. Ils deviennent alors agressifs, ce qui entraîne des suspensions, des expulsions et des échecs.

De quoi ont besoin les enfants harcelés ?

Ils ont besoin du soutien des adultes et de leurs pairs. Ils doivent pouvoir parler de leurs expériences et de leurs sentiments. Ils recherchent un sentiment d’appartenance et de sécurité, ainsi qu’un soutien pour ne pas se blâmer pour l’intimidation. Ils veulent aussi savoir qu’il y a des conséquences pour les intimidateurs.

Comment conseillez-vous les victimes de harcèlement ?

Nous parlons de la façon dont ils devraient se défendre et comment être de bons amis, et à quel point ces deux choses peuvent être difficiles. Nous travaillons avec les parents, les administrateurs scolaires et les enseignants pour aider les enfants victimes d’intimidation à se sentir moins isolés. Nous aidons les élèves à trouver des moyens d’être en sécurité en les encourageant à rester en groupe.

Nous encourageons également les enfants victimes d’intimidation à utiliser leurs parents comme défenseurs. Chaque département d’État de l’éducation a des formulaires d’intimidation et de harcèlement que les parents peuvent remplir et soumettre à leur école. Selon la loi, l’école doit mener une enquête et fournir des commentaires. Nous identifions également des défenseurs et d’autres ressources dans la communauté.

Que peuvent faire les parents pour arrêter l’intimidation?

Vous pouvez aider votre enfant en restant calme et solidaire et en le rassurant qu’il n’est en aucun cas responsable de la victimisation. Maintenir un dialogue ouvert peut grandement aider la victime d’intimidation à se sentir à l’aise pour en parler.

Vous devez également être vigilant et prêter attention aux changements de personnalité de votre enfant. Si votre fils ou votre fille a toujours été heureux et extraverti et que tout d’un coup ils se cachent dans leur chambre et ne veulent pas parler, alors quelque chose ne va pas. D’abord, faites-leur savoir que vous pouvez parler en toute sécurité et que la conversation restera entre vous deux. Si vous devez vous rendre à l’école, faites-le de manière anonyme et assurez-vous que l’enfant ne subit aucun préjudice.

Quels conseils les parents peuvent-ils donner à leurs enfants contre le harcèlement ?

Apprenez à vos enfants des stratégies de sécurité, comme s’éloigner, aller voir un enseignant, un entraîneur ou un autre adulte sûr ou trouver un lieu public sûr. Nourrissez l’estime de soi de votre enfant et encouragez-le à signaler l’intimidation à vous, aux enseignants, aux entraîneurs ou aux administrateurs de l’école.

Les parents devraient-ils engager la famille de l’intimidateur ?

Il est préférable de ne pas engager la famille et de signaler les incidents d’intimidation à l’administration de l’école afin que l’école puisse prendre des mesures et mener une enquête appropriée. L’école prendra alors les mesures appropriées contre l’intimidateur, qu’il s’agisse de médiation par les pairs, de détention, de suspension ou d’expulsion.

Un conseil pour les parents de l’intimidateur ?

Soyez ferme, insistez sur le fait que l’intimidation n’est jamais acceptable et fixez des limites aux comportements agressifs. N’oubliez pas d’agir comme un modèle et d’utiliser une discipline non physique.

Que peuvent faire les écoles contre l’intimidation?

Ce peut être une bonne idée pour les écoles de créer une disposition anti-intimidation dans leur programme socio-psychologique, dans laquelle les élèves signent le code d’éthique de la discipline comme une infraction exécutoire. Les écoles devraient avoir une tolérance zéro pour l’intimidation : si vous intimidez, nous vous suspendrons, et si vous êtes de nouveau pris, vous pouvez être expulsé.

Article précédentComment savoir si votre enfant a besoin de lunettes
Article suivantL’obésité chez les enfants