Accueil Actualités & Innovation DOIT LIRE! Mises en garde contre la COVID-19 : le captopril, un...

DOIT LIRE! Mises en garde contre la COVID-19 : le captopril, un médicament contre l’hypertension artérielle, est associé à des effets indésirables pulmonaires chez les patients atteints de COVID-19 atteints de diabète

96
0

 

Avertissements COVID-19: Une étude basée aux États-Unis impliquant des chercheurs de l’Université du Missouri à la Kansas City School of Pharmacy, de l’Université d’État du Kansas et de l’Université d’État de Caroline du Nord a révélé que le médicament contre l’hypertension Captopril était associé à un taux plus élevé d’effets indésirables pulmonaires chez les patients diabétiques que celui d’autres inhibiteurs de l’ECA ou bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine (ARA).

Les chercheurs avertissent que Captopril pourrait donc ne pas être le meilleur choix pour les patients atteints de diabète et de COVID-19.

Le captopril est le seul inhibiteur de l’ECA actuellement disponible appartenant à la classe des sulfhydryles et pourrait expliquer l’incidence plus élevée des effets indésirables des médicaments observés, selon les chercheurs.

Le captopril est utilisé pour traiter l’hypertension artérielle (hypertension). La réduction de l’hypertension artérielle aide à prévenir les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques et les problèmes rénaux. Il est également utilisé pour traiter l’insuffisance cardiaque, protéger les reins des dommages dus au diabète et améliorer la survie après une crise cardiaque.

Le captopril est un inhibiteur de l’ECA et agit en relaxant les vaisseaux sanguins afin que le sang puisse circuler plus facilement. Il est vendu sous la marque Capoten.

L’équipe de recherche dirigée par le professeur adjoint Dr Emma G Stafford a évalué la prévalence des effets indésirables pulmonaires des médicaments (EIM) chez les patients diabétiques qui prenaient des inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (IECA) ou des inhibiteurs des récepteurs de l’angiotensine II (ARA II) afin de fournir des conseils quant à comment ces médicaments pourraient affecter les résultats des maladies respiratoires aiguës telles que l’infection par le SRAS-CoV-2.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans le Journal of the American Pharmacists Association. https://www.japha.org/article/S1544-3191(20)30261-2/fulltext ou https://www.japha.org/article/S1544-3191(20)30261-2/pdf

Les informations démographiques actuelles indiquent que 10 à 19 % des patients hospitalisés pour COVID-19 en Chine étaient diabétiques. Les IECA et les ARA sont considérés comme des agents de première intention chez les patients diabétiques en raison de leurs effets néphroprotecteurs. L’administration de ces médicaments entraîne une régulation à la hausse de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), ce qui ouvre la voie à l’entrée virale du virus SARS-CoV-2. Les données manquent sur les effets pulmonaires que les IECA ou les ARA peuvent avoir chez les patients diabétiques, ce qui pourrait être pertinent dans la prise en charge des patients infectés par le virus SARS-CoV-2.

Afin de mener l’étude, les chercheurs ont collecté des données à l’aide de « 1DATA », qui est une plate-forme de données unique. 1DATA a utilisé un système intelligent de recommandation de médicaments appelé 1DrugAssist, qui a été développé à l’aide de plusieurs bases de données nationales et internationales pour évaluer tous les effets indésirables signalés à la Food and Drug Administration pour les patients diabétiques prenant des IECA ou des ARA.

Les principales conclusions de cette étude étaient les suivantes :

L’exploration de données a élucidé la proportion d’un groupe d’EIM pulmonaires associés à des médicaments spécifiques dans ces classes, ce qui peut aider les professionnels de la santé à comprendre comment ces médicaments pourraient aggraver ou prédisposer les patients diabétiques à des infections affectant le système respiratoire, en particulier COVID-19.

À partir du processus d’exploration de données, le captopril s’est avéré avoir une incidence statistiquement significativement plus élevée d’effets indésirables pulmonaires par rapport aux autres IECA (P 0,005) ainsi qu’aux ARA (P ¼ 0,012), bien que d’autres médicaments spécifiques aient également eu des effets indésirables pulmonaires importants associés à leur utilisation.

L’équipe d’étude a conclu l’étude en disant que le profil d’événement indésirable du médicament spécifique devrait être pris en compte, en particulier le captopril, sur la façon dont il peut altérer les fonctions pulmonaires dans les infections comme COVID 19.

Pour plus Avertissements COVID-19, continuez à vous connecter à Thailand Medical News.

Article précédentALERTE MÉDECINE ! Une étude menée par Penn State montre que les bloqueurs des canaux calciques de type L (LCCB) utilisés pour traiter l’hypertension peuvent en fait nuire au cœur
Article suivantLa FDA américaine approuve la première forme orale d’octréotide pour le traitement de l’acromégalie