Accueil Actualités & Innovation Des médecins réussissent à transplanter du foie humain traité dans une machine

Des médecins réussissent à transplanter du foie humain traité dans une machine

118
0
  • Chaque jour, 17 personnes en attente d’un don d’organe meurent aux États-Unis.
  • La recherche montre les inconvénients potentiels de la méthode traditionnelle de stockage à froid des organes donnés.
  • Dans une première, l’équipe de recherche Liver4Life à Zurich, en Suisse, rapporte la transplantation réussie d’un foie stocké dans une machine à perfusion pendant trois jours chez un receveur humain, qui se porte bien un an plus tard.

La transplantation d’organes est une procédure médicale très compliquée. L’organe doit être compatible avec le receveur, et le processus implique également de déplacer un organe vivant du donneur au receveur et de maintenir l’organe en état de marche jusqu’à la chirurgie.

La méthode traditionnelle de déplacement des organes de transplantation consiste à les stocker à très basse température. Cependant, ce processus est limité dans le temps et peut endommager tissus d’organes.

Pour cette raison, les scientifiques travaillent sur de nouvelles façons de maintenir la viabilité des organes donnés sans recourir au froid extrême.

Un tel groupe est le Liver4Life équipe de recherche à Zurich, en Suisse, qui a utilisé une machine à perfusion pour maintenir un foie humain en vie pendant trois jours.

Les médecins ont ensuite implanté le foie chez un patient humain, qui maintenant, un an après la procédure, se porte bien.

Les résultats de cette procédure sont récemment parus dans la revue Biotechnologie naturelle.

Selon le United Network for Organ Sharing, plus de 41 000 greffes s’est produit en 2021 aux États-Unis. Le foie est le deuxième organe le plus souvent transplanté après le un rein.

Toutes les 9 minutes, une personne est placée sur une liste d’attente pour une greffe d’organe. Bien que l’UNOS rapporte que le pourcentage de personnes faisant don de leurs organes a augmenté, il y a toujours une pénurie d’organes disponibles.

Et une moyenne de 17 personnes meurent chaque jour en attendant une greffe d’organe.

Traditionnellement, les organes prélevés déplacés pour la transplantation sont conservés à un température très froide. Ce processus est appelé temps d’ischémie froide.

Différents organes peuvent être conservés en chambre froide pendant différentes longueurs avant que leurs tissus ne commencent à se dégrader. Par exemple, le temps d’ischémie froide d’un cœur est de 4 à 6 heures, tandis qu’un rein dure beaucoup plus longtemps, de 24 à 36 heures. Le foie peut être conservé en chambre froide entre 8 et 12 heures.

Concernant le foie, recherches antérieures montre un temps prolongé d’ischémie froide peut nuire à la transplantation hépatique. Autres recherches ont constaté que le temps d’ischémie froide prolonge le séjour hospitalier post-transplantation d’un patient.

Des chercheurs étudient perfuseurs comme méthode alternative de stockage des organes à l’extérieur du corps. La machine imite les fonctions du cœur et des poumons du corps, pompant le sang et l’oxygène dans l’organe.

De plus, les professionnels de la santé administrent un cocktail d’hormones et de nutriments à l’organe, tout comme il recevrait des intestins et du pancréas dans le corps.

Pr Pierre-Alain Clavienprésident du département de chirurgie viscérale et de transplantation à l’hôpital universitaire de Zurich (USZ) en Suisse, et auteur principal de cette étude, a déclaré que la machine de perfusion préserve une greffe de foie non pas pendant quelques heures mais pendant plusieurs jours.

« Cela permet de transformer la transplantation hépatique d’une opération d’urgence en une opération élective », a-t-il expliqué pour Nouvelles médicales aujourd’hui. « Deuxièmement, un temps aussi prolongé sur la machine de perfusion permet un traitement en profondeur du foie avant la transplantation, ce qui n’était jusqu’à présent pas possible. »

« Il existe de nombreuses façons d’utiliser la machine à perfusion », a ajouté le professeur Clavien. « L’objectif principal est de soigner les patients en leur proposant une bonne greffe voire un segment de foie régénéré pour l’autogreffe après traitement. [It’s also] très intéressante la possibilité que cette plateforme offre pour des études toxicologiques sans avoir besoin de probands humains.

Quant aux prochaines étapes de cette nouvelle technologie, le Pr Clavien précise que son équipe planifie actuellement un essai clinique multicentrique pour la transplantation de greffons hépatiques conservés à long terme sur leur dispositif de perfusion.

Il pense également que la technologie de la machine à perfusion pourrait un jour être utilisée pour d’autres organes. « Cette technologie est théoriquement adaptée à tous les organes greffés aujourd’hui, même si certains ajustements devraient être faits dans le circuit », a expliqué Clavien.

« En particulier, nous nous intéressons également à la perfusion du rein et de l’utérus, qui s’est déjà révélée faisable dans nos expériences précliniques », a-t-il ajouté.

MNT a également parlé avec Dr Robert S. Brown, Jr.Vincent Astor Distinguished Professor of Medicine et chef de la division de gastroentérologie et d’hépatologie de Weill Cornell Medicine, à propos de cette étude.

Il a déclaré que la perfusion d’organes par machine a un énorme potentiel pour augmenter le nombre d’organes disponibles pour la transplantation :

« Ces longues durées offrent vraiment la possibilité de prendre un organe qui fonctionnerait, mais personne n’a confiance en son fonctionnement, et augmente la confiance qu’il fonctionnerait. Et une capacité future à peut-être même manipuler l’organe avec des médicaments ou […] une future thérapie génique pour ensuite prélever des organes non transplantables et les rendre transplantables.

«Cela a le potentiel d’avoir un impact important sur le patient en termes d’augmentation de l’accès aux organes en rendant plus d’organes disponibles pour les greffes et en augmentant la qualité des organes en prenant des organes auparavant non transplantables et en les rendant transplantables, ou des organes marginalement transplantables et en les transformant en bons organes », a ajouté le professeur Brown.

« Je considérerais cela comme une preuve de concept passionnante qui nécessite une validation supplémentaire, mais si elle était validée, ce serait un grand pas en avant. »

Article précédentUn antibiotique réutilisé peut aider à traiter le COVID-19
Article suivantLe régime alimentaire peut ne pas améliorer l’arthrite, selon une revue