Accueil Actualités & Innovation Consommer des niveaux élevés de nitrites peut augmenter le risque

Consommer des niveaux élevés de nitrites peut augmenter le risque

24
0
Partager sur Pinterest
Une étude a trouvé un lien entre la consommation d’aliments contenant des niveaux élevés de nitrites et le risque de diabète de type 2. Hein Van Tonder/EyeEm/Getty Images
  • Les nitrates et les nitrites se trouvent dans les aliments et l’eau. Ils sont parfois ajoutés à des aliments comme les viandes transformées pour améliorer la durée de conservation.
  • Les chercheurs travaillent toujours à découvrir les risques et les avantages associés à la consommation de nitrates et de nitrites.
  • Une étude récente a révélé que l’exposition aux nitrites par les sources d’alimentation et d’eau peut augmenter le risque de développer un diabète de type 2.

Le diabète est une maladie chronique qui peut causer de graves problèmes de santé si les gens ne le gèrent pas correctement. Les chercheurs travaillent toujours à identifier les facteurs qui augmentent le risque de développer un diabète de type 2.

Une étude récente publiée dans PLO Médecine ont étudié l’apport de nitrates et de nitrites et le risque associé de diabète de type 2. Ils ont découvert qu’une consommation plus élevée de nitrites était associée à un risque accru de diabète de type 2, mais qu’il n’y avait pas de risque associé à la consommation de nitrates.

Nitrates et nitrites se trouvent naturellement dans certains aliments. Ils peuvent également être dans le sol et l’eau. Les transformateurs et les fabricants d’aliments peuvent parfois ajouter des nitrates et des nitrites aux aliments pour les empêcher de se gâter. Par exemple, ils peuvent être ajoutés aux viandes transformées comme le salami ou le jambon.

Les risques associés à la consommation de nitrates et de nitrites ne sont pas clairs. Par exemple, des apports plus élevés de nitrites pourraient augmenter le risque de certains types de cancer chez certaines personnes. Cependant, les chercheurs s’efforcent toujours de comprendre comment les nitrates et les nitrites sont liés à d’autres troubles et conditions. Par exemple, les nitrates ou les nitrites pourraient-ils contribuer au risque de maladies chroniques comme le diabète ?

Les chercheurs de cette étude particulière ont examiné l’exposition aux nitrates et aux nitrites et le risque associé de diabète de type 2. Ils ont inclus plus de 100 000 adultes dans leur analyse. De ce groupe, près de 80 % étaient des femmes. Ils ont utilisé 24 rappels alimentaires pour examiner l’exposition des participants aux nitrates et aux nitrites.

Ils ont suivi les participants pendant une moyenne de 7,3 ans, faisant des suivis réguliers. Les chercheurs ont noté 969 cas de diabète de type 2 au cours de l’étude. Ils ont recueilli des données sur plusieurs expositions aux nitrites et nitrates :

  • nitrates et nitrites totaux
  • nitrates et nitrites d’origine alimentaire et hydrique
  • nitrates et nitrites d’origine additive

L’étude a révélé que la consommation de nitrite peut comporter un risque de diabète de type 2. Cependant, les chercheurs n’ont trouvé aucune association entre les nitrates et le risque de maladie. Ils ont découvert que les nitrites totaux et les sources de nitrites dans les aliments et l’eau pouvaient augmenter le risque de diabète de type 2. De même, ils ont découvert que les additifs à base de nitrite, en particulier le nitrite de sodium, pouvaient également augmenter le risque de diabète de type 2.

Auteurs de l’étude, Dr Mathilde Touvierresponsable de l’équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle EREN-CRESS, Inserm, INRAE, Université Sorbonne Paris Nord, et Dr Bernard SrourPh.D., PharmD, MPH, scientifique à EREN-CRESS, Inserm, INRAE, Université Sorbonne Paris Nord, a relevé les points saillants de l’étude pour MNT:

« Il s’agit de la première étude de cohorte à grande échelle à suggérer une association entre les nitrites d’origine additive et un risque plus élevé de diabète de type 2. Cela corrobore également les associations précédemment suggérées entre les nitrites alimentaires totaux et le risque de diabète de type 2. »

Ils ont en outre suggéré que les résultats indiquent la nécessité de réévaluer l’ajout de nitrites aux aliments :

« Ces résultats apportent un nouvel élément de preuve dans le contexte des discussions actuelles concernant la nécessité d’une réduction de l’utilisation des additifs nitrites dans les viandes transformées par l’industrie alimentaire et pourraient soutenir la nécessité d’une meilleure réglementation de la contamination des sols par les engrais.

En attendant, plusieurs autorités de santé publique dans le monde recommandent déjà aux citoyens de limiter leur consommation d’aliments contenant des additifs controversés, dont le nitrite de sodium.

L’étude comportait certaines limites. Premièrement, les chercheurs se sont appuyés sur l’auto-déclaration des participants, ce qui introduit la possibilité d’erreurs dans la collecte de données.

Deuxièmement, l’étude ne peut pas déterminer que la consommation de nitrite cause le diabète de type 2. Les chercheurs reconnaissent qu’il y avait également la possibilité d’un biais de sélection et qu’ils ne pouvaient pas valider les expositions aux nitrates et aux nitrites signalées par les participants. Il existe également un risque de confusion résiduelle.

Les chercheurs admettent qu’ils n’ont peut-être pas été en mesure de détecter tous les cas de diabète parmi leurs participants. Les limites de la diversité de l’échantillon rendent en outre difficile la généralisation des résultats ou à toutes les personnes. Cela indique également la nécessité pour les chercheurs de mener d’autres études.

Nancy Mitchellauteur de l’étude et infirmière autorisée avec des années d’expérience de travail avec des patients gériatriques atteints de diabète, a noté les mises en garde suivantes à MNT:

« L’étude fait allusion à l’effet de l’alimentation sur la santé métabolique, en particulier en ce qui concerne le diabète de type 2. Cependant, l’étude elle-même cite le biais de sélection comme une limitation de leurs conclusions. L’enquête la plus efficace devrait impliquer des participants qui imitent le mieux les modes de vie et les habitudes alimentaires réels de la personne moyenne.

Bien que l’alimentation soit un contributeur majeur au diabète de type 2, nous ne pouvons souvent pas identifier un aliment en particulier comme cause d’une maladie chronique. En réalité, le risque de diabète augmente en raison d’une combinaison de mauvais choix alimentaires, de stress sous-jacent, d’habitudes sédentaires, etc. Les maladies chroniques sont multidimensionnelles.

Le Dr Mathilde Touvier et le Dr Bernard Srour ont expliqué les domaines de recherche continue en fonction des limites des données :

« Comme il s’agit de la première étude à grande échelle trouvant ces associations, ces résultats doivent être reproduits dans d’autres cohortes à grande échelle. Des études d’intervention à court terme sur la résistance à l’insuline pourraient également être testées, par exemple.

Article précédentMédicaments chimiothérapeutiques pour la leucémie lymphoïde chronique : comment ils fonctionnent
Article suivantEst-il possible d’arrêter ou de ralentir la dégénérescence maculaire ?