Accueil santé mentale Le trouble bipolaire : causes, symptômes, types et traitement

Le trouble bipolaire : causes, symptômes, types et traitement

83
0

Une personne atteinte de trouble bipolaire connaîtra des changements d’humeur, d’énergie et d’activité qui peuvent rendre la vie quotidienne difficile.

Le trouble bipolaire peut perturber gravement la vie d’une personne, mais l’impact varie d’une personne à l’autre. Avec un traitement et un soutien appropriés, de nombreuses personnes atteintes de cette maladie vivent une vie pleine et productive.

Selon le Alliance nationale sur la maladie mentale (NAMI)le trouble bipolaire touche plus de 10 millions de personnes aux États-Unis, soit environ 2,8 % de la population.

En moyenne, une personne recevra un diagnostic vers l’âge de 25 ans, mais les symptômes peuvent apparaître pendant l’adolescence ou plus tard dans la vie. Il affecte les hommes et les femmes de la même manière.

 

Partager sur Pinterest
Une personne atteinte de trouble bipolaire peut connaître des « hauts » et des « bas » en succession rapide.

La Institut national de la santé mentale décrivent les principaux symptômes du trouble bipolaire comme des épisodes alternés d’humeur positive et négative. Les changements dans les niveaux d’énergie, les habitudes de sommeil, la capacité de concentration et d’autres caractéristiques peuvent avoir un impact considérable sur le comportement, le travail, les relations et d’autres aspects de la vie d’une personne.

La plupart des gens éprouvent des changements d’humeur à un moment donné, mais ceux liés au trouble bipolaire sont plus intenses que les changements d’humeur réguliers, et d’autres symptômes peuvent survenir. Certaines personnes souffrent de psychose, qui peut inclure des délires, des hallucinations et de la paranoïa.

Entre les épisodes, l’humeur de la personne peut être stable pendant des mois ou des années, surtout si elle suit un plan de traitement.

Le traitement permet à de nombreuses personnes atteintes de trouble bipolaire de travailler, d’étudier et de mener une vie pleine et productive. Cependant, lorsque le traitement aide une personne à se sentir mieux, elle peut cesser de prendre ses médicaments. Ensuite, les symptômes peuvent réapparaître.

Certains aspects du trouble bipolaire peuvent faire qu’une personne se sente bien. Au cours d’une humeur élevée, ils peuvent trouver qu’ils sont plus sociables, bavards et Créatif.

Cependant, il est peu probable qu’une humeur élevée persiste. Même si c’est le cas, il peut être difficile de maintenir l’attention ou de suivre les plans. Cela peut rendre difficile le suivi d’un projet jusqu’au bout.

 

 

Selon l’International Bipolar Association, les symptômes varient d’un individu à l’autre. Pour certaines personnes, un épisode peut durer plusieurs mois ou années. D’autres peuvent connaître des « hauts » et des « bas » en même temps ou en succession rapide.

Dans le trouble bipolaire à « cycle rapide », la personne aura quatre ou plus épisodes en un an.

Manie ou hypomanie

L’hypomanie et la manie sont des humeurs élevées. La manie est plus intense que l’hypomanie.

Les symptômes peuvent comprendre:

  • jugement altéré
  • filaire
  • dort peu mais ne se sent pas fatigué
  • un sentiment de distraction ou d’ennui
  • absence au travail ou à l’école
  • sous-performance au travail ou à l’école
  • se sentir capable de faire n’importe quoi
  • être sociable et ouvert, parfois de manière agressive
  • adopter un comportement à risque
  • augmentation de la libido
  • se sentir exalté ou euphorique
  • avoir des niveaux élevés de confiance en soi, d’estime de soi et d’importance personnelle
  • parler beaucoup et rapidement
  • sauter d’un sujet à l’autre dans une conversation
  • avoir des pensées « de course » qui vont et viennent rapidement, et des idées bizarres sur lesquelles la personne peut agir
  • nier ou ne pas réaliser que quelque chose ne va pas

Certaines personnes atteintes de trouble bipolaire peuvent dépenser beaucoup d’argent, utiliser des drogues récréatives, consommer de l’alcool et participer à des activités dangereuses et inappropriées.

Pour en savoir plus sur les différences entre la manie et l’hypomanie, cliquez ici.

Quels sont les premiers signes du trouble bipolaire chez les enfants et les adolescents ?

Symptômes dépressifs

Au cours d’un épisode de dépression bipolaire, une personne peut éprouver :

  • un sentiment de tristesse, de désespoir et de désespoir
  • tristesse extrême
  • insomnie et troubles du sommeil
  • anxiété à propos de problèmes mineurs
  • douleur ou problèmes physiques qui ne répondent pas au traitement
  • un sentiment de culpabilité, qui peut être mal placé
  • manger plus ou manger moins
  • perte de poids ou prise de poids
  • fatigue extrême, fatigue et apathie
  • une incapacité à profiter d’activités ou d’intérêts qui procurent habituellement du plaisir
  • difficulté à se concentrer et à se souvenir
  • irritabilité
  • sensibilité aux bruits, aux odeurs et à d’autres choses que les autres peuvent ne pas remarquer
  • une incapacité à faire face au travail ou à l’école, pouvant entraîner une sous-performance

Dans les cas graves, la personne peut penser à mettre fin à ses jours et agir en conséquence.

Est-ce un trouble bipolaire ou une dépression ? En savoir plus.

Psychose

Si un épisode « élevé » ou « bas » est très intense, la personne peut éprouver une psychose. Ils peuvent avoir du mal à faire la différence entre le fantasme et la réalité.

Selon le Fondation bipolaire internationale, les symptômes de la psychose pendant un high comprennent des hallucinations, qui impliquent d’entendre ou de voir des choses qui n’existent pas, et des délires, qui sont des croyances fausses mais fortement ressenties. Une personne qui éprouve des délires peut croire qu’elle est célèbre, qu’elle a des relations sociales de haut rang ou qu’elle a des pouvoirs spéciaux.

Lors d’un épisode dépressif ou « bas », ils peuvent croire qu’ils ont commis un crime ou qu’ils sont ruinés et sans le sou.

Il est possible de gérer tous ces symptômes avec un traitement approprié.

Le trouble bipolaire peut également affecter la mémoire. En savoir plus ici.

 

Une personne peut recevoir un diagnostic de l’un des trois grands types de trouble bipolaire. Selon Namiles symptômes se produisent sur un spectre, et la distinction entre les types n’est pas toujours nette.

Trouble bipolaire I

Pour un diagnostic de trouble bipolaire I :

  • L’individu doit avoir vécu au moins un épisode maniaque.
  • La personne peut avoir déjà eu un épisode dépressif majeur.
  • Le médecin doit exclure d’autres troubles, tels que la schizophrénie et les troubles délirants.

Trouble bipolaire II

Le trouble bipolaire II implique des périodes d’hypomanie, mais la dépression est souvent l’état dominant.

Pour un diagnostic de trouble bipolaire II, une personne doit avoir eu :

  • un ou plusieurs épisodes de dépression
  • au moins un épisode hypomaniaque
  • pas d’autre diagnostic pour expliquer les sautes d’humeur

Une personne souffrant d’hypomanie peut se sentir bien et fonctionnent bien, mais leur humeur ne sera pas stable et il y a un risque de dépression.

Les gens pensent parfois que le trouble bipolaire II est une version plus douce. Pour beaucoup, cependant, c’est simplement différent. Comme Nami indiquent, les personnes atteintes de trouble bipolaire II peuvent éprouver des épisodes de dépression plus fréquents que les personnes atteintes de trouble bipolaire I.

Cyclothymie

La Service national de santé (NHS) au Royaume-Uni notent que la cyclothymie a des caractéristiques similaires au trouble bipolaire, mais la Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM-5) le classe séparément. Il s’agit d’hypomanie et de dépression, mais les changements sont moins intenses.

Néanmoins, la cyclothymie peut avoir un impact sur la vie quotidienne d’une personne et un médecin peut fournir un traitement.

En savoir plus sur le spectre bipolaire.

 

 

Un professionnel de la santé diagnostiquera un trouble bipolaire en utilisant les critères énoncés dans le DSM-5.

L’Institut national de la santé mentale (NIMH) explique que pour recevoir un diagnostic de trouble bipolaire I, une personne doit avoir eu des symptômes pendant au moins 7 jours, ou moins si les symptômes étaient suffisamment graves pour nécessiter une hospitalisation. Ils peuvent aussi avoir eu un épisode dépressif d’au moins 2 semaines.

Pour recevoir un diagnostic de bipolaire II, une personne aura vécu au moins un cycle d’hypomanie et de dépression.

Un médecin peut effectuer un examen physique et certains tests de diagnostic, y compris des analyses de sang et d’urine, pour aider à éliminer d’autres causes.

Il peut être difficile pour un médecin de diagnostiquer un trouble bipolaire, car les gens sont plus susceptibles de demander de l’aide avec une humeur déprimée qu’avec une humeur élevée. En conséquence, il peut être difficile pour eux de la distinguer de la dépression.

Si la personne souffre de psychose, un médecin peut diagnostiquer à tort son état de schizophrénie.

Les autres complications pouvant survenir avec le trouble bipolaire sont :

NIMH exhortez les fournisseurs de soins de santé à rechercher des signes de manie dans l’histoire de la personne, afin d’éviter les erreurs de diagnostic. Certains antidépresseurs peuvent déclencher une manie chez les personnes sensibles.

Une personne qui reçoit un diagnostic de trouble bipolaire a un diagnostic à vie. Ils peuvent profiter de longues périodes de stabilité, mais ils vivront toujours avec la condition.

En savoir plus ici sur le trouble bipolaire par rapport à la schizophrénie.

 

Le traitement vise à stabiliser l’humeur de la personne et à réduire la gravité des symptômes. L’objectif est d’aider la personne à fonctionner efficacement dans la vie quotidienne.

Le traitement implique une combinaison de thérapies, y compris :

  • médicament
  • conseils
  • intervention physique
  • remèdes de style de vie

L’obtention d’un diagnostic correct et la recherche d’un traitement approprié peuvent prendre du temps, car les individus réagissent différemment et les symptômes varient considérablement.

La gestion du trouble bipolaire pendant la pandémie de COVID-19 peut être difficile. Ici, obtenez quelques conseils sur la façon de faire face.

Traitement médical

Les traitements médicamenteux peuvent aider à stabiliser l’humeur et à gérer les symptômes. Un médecin va prescrivent souvent une combinaison de:

Le médecin devra peut-être ajuster le médicament au fil du temps. Certains médicaments ont des effets secondaires et peuvent affecter les individus différemment. Si une personne a des inquiétudes au sujet de son traitement médicamenteux, elle devrait en parler à son médecin.

Une personne doit :

  • informer le médecin de toute autre médiation qu’ils utilisent, afin de réduire le risque d’interactions et d’effets indésirables
  • suivre les instructions du médecin concernant les médicaments et le traitement
  • discuter de toute préoccupation concernant les effets indésirables et s’ils estiment que le traitement fonctionne
  • continuer à prendre des médicaments à moins que le médecin ne dise qu’il est sécuritaire d’arrêter
  • gardez à l’esprit que les médicaments peuvent mettre du temps à agir

Si la personne interrompt son traitement, les symptômes peuvent s’aggraver.

Psychothérapie et conseil

La psychothérapie peut aider à soulager les symptômes et à équiper une personne pour gérer le trouble bipolaire.

Grâce à la thérapie cognitivo-comportementale (TCC) et à d’autres approches, l’individu peut apprendre à :

  • reconnaître et prendre des mesures pour gérer les principaux déclencheurs, tels que le stress
  • identifier les premiers symptômes d’un épisode et prendre des mesures pour le gérer
  • travailler sur les facteurs qui aident à maintenir une humeur stable aussi longtemps que possible
  • demander l’aide des membres de la famille, des enseignants et des collègues

Ces étapes peuvent aider une personne à maintenir des relations positives à la maison et au travail. Pour les enfants et les adolescents atteints de trouble bipolaire, un médecin peut recommander une thérapie familiale.

En savoir plus sur les traitements de la dépression bipolaire.

Traitement hospitalier

Certaines personnes peuvent avoir besoin de passer du temps à l’hôpital s’il y a un risque qu’elles se blessent ou blessent les autres.

Si les autres traitements n’ont pas aidé, un médecin peut prescrire une thérapie électroconvulsive (ECT).

Remèdes de style de vie

Certains choix de mode de vie peuvent aider à maintenir une humeur stable et à gérer les symptômes. Ils comprennent:

  • le maintien d’un routine régulière
  • suivre une alimentation saine et variée
  • établir un rythme de sommeil régulier et prendre des mesures pour prévenir les troubles du sommeil
  • faire de l’exercice régulièrement

Certaines personnes utilisent des suppléments, mais il est essentiel d’en discuter d’abord avec un médecin. Quelques remèdes alternatifs peut interagir avec les médicaments utilisés pour le trouble bipolaire. Ils peuvent aggraver les symptômes.

Obtenez quelques conseils ici pour prendre soin d’un parent atteint de trouble bipolaire.

 

Le trouble bipolaire apparaît résulter d’une combinaison de facteurs.

Facteurs génétiques: Le trouble bipolaire est plus fréquent chez ceux qui ont un membre de la famille atteint de la maladie. Un certain nombre de caractéristiques génétiques peuvent être impliquées.

Caractéristiques biologiques: La recherche suggère que des déséquilibres dans les neurotransmetteurs ou les hormones qui affectent le cerveau peuvent jouer un rôle.

Facteurs environnementaux: Des événements de la vie, tels que des abus, un stress mental, une « perte importante » ou un autre événement traumatisant, peuvent déclencher un épisode initial chez une personne sensible.

 

 

Le trouble bipolaire est un problème de santé mentale relativement courant mais grave qui implique des changements d’humeur, de niveaux d’énergie et d’attention, ainsi que d’autres symptômes.

Cela peut gravement perturber la vie d’une personne, mais le traitement peut améliorer considérablement les perspectives.

Le traitement peut ne pas éliminer complètement les changements d’humeur, mais travailler en étroite collaboration avec un médecin peut rendre les symptômes plus faciles à gérer et maximiser la qualité de vie.

Lire l’article en espagnol.

Article précédentPrendre du CBD avec des suppléments à base de plantes pourrait provoquer de graves symptômes cardiaques
Article suivantCholestérol : qu’est-ce qui cause l’hypercholestérolémie ?