Accueil maladies et médicaments Diabète borderline (prédiabète) : symptômes, causes et traitements

Diabète borderline (prédiabète) : symptômes, causes et traitements

92
0

Une personne atteinte de diabète limite, également connu sous le nom de prédiabète, a une glycémie plus élevée qu’elle ne devrait l’être, mais pas encore suffisamment élevée pour poser un diagnostic de diabète de type 2.

Le prédiabète est une maladie qui peut évoluer vers le diabète de type 2.

La recherche montre que cette progression se produit dans environ 25% des personnes atteintes de prédiabète dans les 3 à 5 ans. Dans l’ensemble, jusqu’à 70 % des personnes atteintes de prédiabète développeront un diabète à un moment donné de leur vie.

Les médecins peuvent également désigner le diabète borderline comme une altération de la tolérance au glucose ou une altération de la glycémie à jeun.

Cet article examine comment reconnaître les facteurs de risque du prédiabète, gérer la maladie et prévenir le développement du diabète de type 2.

Le diabète borderline n’a pas de symptômes clairs. Certaines personnes peuvent ne pas être conscientes qu’elles l’ont jusqu’à ce que :

Si le taux de sucre dans le sang d’une personne restes élevés, ils peuvent commencer à développer certains symptômes du diabète de type 2. Ceux-ci incluent des mictions fréquentes et une soif accrue.

Cependant, la plupart des gens ne sauront pas qu’ils sont atteints de prédiabète tant qu’ils n’auront pas été testés.

Selon le Institut national du diabète et des maladies digestives et rénales (NIDDK)une série d’autres conditions et facteurs peuvent augmenter le risque de prédiabète, notamment :

Les personnes ayant des antécédents familiaux de diabète de type 2 peuvent également présenter un risque accru, ce qui suggère que la génétique joue un rôle.

Selon le Association américaine du cœur (AHA)les facteurs liés au mode de vie suivants peuvent également constituer un risque de prédiabète chez certaines personnes :

  • niveaux de stress élevés
  • fumeur
  • boire trop d’alcool

La consommation régulière de boissons riches en sucre peut également augmenter le risque. UN Bilan 2017 ont constaté que les personnes qui boivent régulièrement des boissons sucrées courent un risque accru de maladies métaboliques, telles que l’hypertension artérielle et des taux élevés de glucose sanguin et de triglycérides. Ces conditions métaboliques peuvent conduire au prédiabète et au diabète.

Les personnes qui mènent une vie inactive ont également un risque plus élevé de consommer trop de calories sans les brûler par l’exercice.

Parmi les autres personnes susceptibles de développer un prédiabète figurent celles qui souffrent du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ou qui ont déjà connu des cas d’hyperglycémie.

Toute personne présentant l’un de ces facteurs de risque peut bénéficier d’un dépistage du prédiabète pour vérifier si elle est atteinte de la maladie.

Un médecin utilise généralement des tests sanguins pour diagnostiquer le prédiabète. Un test de tolérance au glucose est particulièrement utile car il mesure la rapidité avec laquelle le corps peut traiter le sucre dans le sang sur une période de 2 heures.

D’autres options incluent un test sanguin à jeun, qui mesure la glycémie après qu’une personne n’a pas mangé pendant une période spécifique, et un test A1C, qui mesure la glycémie moyenne sur 2 à 3 mois. Les gens n’ont pas besoin de jeûner ou de prendre des liquides ou des médicaments spéciaux pour le test A1C, et cela donne des résultats fiables.

La Association américaine du diabète stipule qu’un médecin diagnostiquera le prédiabète lorsque les résultats des tests montrent les mesures suivantes :

  • glycémie à jeun de 100 à 125 milligrammes par décilitre (mg/dl)
  • niveaux de tolérance au glucose de 140 à 199 mg / dl
  • un résultat de test A1C de 5,7 à 6,4 %

Un médecin retestera souvent ces niveaux pour confirmer que les lectures ne sont pas dues à des pics ponctuels de glycémie.

Qui devrait subir un dépistage du prédiabète?

La NIDDK recommande aux personnes présentant les facteurs de risque suivants de subir un dépistage du prédiabète :

  • un âge de 45 ans ou plus
  • un indice de masse corporelle (IMC) de 25 ou plus
  • un tour de taille supérieur à 40 pouces chez les hommes ou 35 pouces chez les femmes
  • un proche parent diabétique
  • une condition qui augmente la résistance à l’insuline, y compris le SOPK, l’acanthosis nigricans et la stéatohépatite non liée à l’alcool
  • certaines origines raciales ou ethniques, y compris les Afro-Américains, les Américains d’origine asiatique, les hispaniques, les latinos, les amérindiens, les autochtones de l’Alaska et les insulaires du Pacifique
  • une histoire de diabète gestationnel, qui est le diabète pendant la grossesse
  • avoir donné naissance à un enfant pesant plus de 9 livres
  • avoir une maladie qui durcit les artères
  • traitement récent avec des glucocorticoïdes ou des médicaments antipsychotiques atypiques

Si un médecin identifie l’un de ces facteurs de risque, il peut recommander à la personne de subir un dépistage pour vérifier sa glycémie.

Les professionnels de la santé conseillent de répéter les tests de dépistage tous les 1 à 3 ans pour les personnes présentant ces facteurs de risque.

Le NIDDK dispose d’un ressource officielle que les gens peuvent utiliser pour vérifier leur risque de diabète.

Cependant, toute personne craignant de souffrir de diabète limite devrait consulter un médecin pour un test et un diagnostic.

Le prédiabète est réversible, mais il est souvent plus facile à prévenir qu’à traiter. Les facteurs liés au mode de vie sont la principale cause du prédiabète, et apporter des changements dans certains aspects de la vie peut réduire considérablement le risque.

Diète

Parallèlement à l’exercice régulier, une alimentation équilibrée et nutritive qui modère l’apport en sucre peut aider à inverser le diabète borderline.

Selon le Association américaine du diabètede nombreuses personnes peuvent améliorer leur alimentation en :

  • augmenter la consommation de glucides riches en fibres non transformés
  • augmenter la consommation de fruits et légumes
  • réduire la consommation de graisses saturées et de viande transformée

En savoir plus sur ce qu’il faut manger avec le prédiabète.

Activité physique

L’exercice est également important. Rechercher montre que l’activité physique régulière peut aider à ralentir la progression du prédiabète vers le diabète.

Le courant Directives d’activité physique pour les Américains recommandent aux adultes de faire au moins 150 à 300 minutes d’activité aérobique d’intensité modérée chaque semaine. De plus, ils doivent effectuer des exercices de renforcement musculaire, comme soulever des poids ou faire des pompes, au moins deux fois par semaine.

Des exemples d’exercices d’intensité modérée sont la danse rapide et la marche rapide.

L’exercice régulier et une alimentation nutritive contribuent non seulement à réduire le risque de développer un diabète, mais également à protéger le cœur contre de futures maladies.

Combiner nutrition et exercice

De plus, il existe des preuves solides des avantages de combiner l’exercice et les interventions diététiques pour réduire le risque de diabète et inverser le prédiabète.

Cela vient principalement de la Programme de prévention du diabète (DPP), qui était une étude à long terme visant à identifier des mesures pratiques pour prévenir le diabète. Les personnes qui ont participé au programme de changement de mode de vie du DPP visaient à perdre 7 % de leur poids corporel et à maintenir cette perte grâce à des changements alimentaires et à une activité physique.

Tous les participants au programme ont reçu des conseils sur la façon de suivre un régime et de faire de l’exercice, et ils ont suivi des cours de changement de mode de vie pendant toute la durée de l’étude.

Au bout de 3 ans, par rapport à ceux qui avaient pris un placebo, les personnes participant au programme avaient une baisse de 58 % du risque de développer un diabète de type 2, quel que soit leur sexe ou leur origine ethnique. Chez les personnes âgées de 60 ans et plus, la diminution du risque était de 71 %.

Les chercheurs ont tenu des séances de suivi régulières. Après 15 ans, les personnes participant au programme de changement de mode de vie du DPP ont continué à voir un retard dans l’apparition du diabète par rapport aux personnes qui prenaient un médicament appelé metformine ou un placebo.

Toute personne ayant développé un diabète au cours de l’étude a reçu des soins médicaux supplémentaires. Cependant, le régime alimentaire et l’exercice sont restés importants pour gérer les symptômes et réduire le risque de complications.

Surveillance régulière

La gestion du prédiabète implique également une surveillance continue des facteurs de risque et des tests réguliers de la glycémie.

En plus des changements de mode de vie, les médecins peuvent recommander d’autres moyens de minimiser le risque de développer un diabète. La prise en charge médicale peut inclure le traitement d’affections connexes, telles que l’obésité et les maladies cardiaques.

Le prédiabète est le stade précédant le développement du diabète de type 2. À ce stade, la glycémie et la résistance à l’insuline peuvent commencer à atteindre des niveaux nocifs.

Le prédiabète ne provoque généralement pas de symptômes actifs, et la plupart des gens ne sauront pas qu’ils sont atteints de la maladie jusqu’à ce qu’il évolue vers le diabète et commence à causer de graves problèmes de santé.

Par conséquent, il est conseillé à toute personne à risque de développer un diabète de se soumettre à un dépistage régulier. Les facteurs de risque comprennent un IMC et un tour de taille élevés, un âge de 45 ans ou plus et la présence d’autres maladies cardiovasculaires.

Le prédiabète est souvent réversible avec un programme d’exercices soutenus et une alimentation équilibrée à faible teneur en sucre.

Ci-dessous, nous répondons à quelques questions fréquemment posées sur le prédiabète.

Quels aliments dois-je manger si j’ai un prédiabète ?

Les graisses et les fibres ont tendance à ralentir l’absorption et à abaisser ce qu’on appelle l’indice glycémique (IG) des aliments. Les fruits et légumes à faible IG, tels que le pain de blé entier moulu sur pierre, les flocons d’avoine ou les flocons d’avoine, les légumes non féculents et les fruits entiers sont de bons choix. Les experts considèrent qu’un aliment à faible IG a une cote de 55 ou moins. Une personne peut utiliser cette base de données pour trouver l’IG des aliments courants.

Quelles sont les complications du prédiabète ?

Même s’il n’évolue pas vers le diabète de type 2, le prédiabète peut mener aux dommages cardiovasculaires et rénaux à long terme.

Les enfants peuvent-ils avoir un prédiabète ?

Dans un étude 2019 portant sur 5 786 personnes, 18 % des 2 606 adolescents – âgés de 12 à 18 ans – souffraient de prédiabète. Parmi les 3 180 jeunes adultes, la prévalence était de 24 %.

De nombreux enfants qui développent un diabète de type 2 ne reçoivent un diagnostic qu’à l’adolescence. C’est, en partie, car les hormones de la puberté peuvent rendre plus difficile la régulation de l’insuline par le corps. Les parents et les soignants peuvent aider à prévenir le diabète chez les enfants en les encourageant à avoir une alimentation équilibrée et à faire beaucoup d’activité physique.

Le prédiabète peut-il évoluer vers le diabète de type 1 ?

Le prédiabète fait référence à un état métabolique précurseur du diabète de type 2. Il ne peut pas évoluer vers le diabète de type 1. Cependant, il y a rechercher sur une maladie parallèle appelée diabète pré-type 1, dans laquelle le système immunitaire d’une personne présente certaines caractéristiques qui indiquent une progression vers le diabète de type 1.

Découvrez les différences entre le diabète de type 1 et le diabète de type 2.

Combien de temps faut-il pour inverser le prédiabète ?

Avec un régime alimentaire bien équilibré, de l’exercice régulier et des interventions médicales prescrites, une personne peut être en mesure d’inverser le prédiabète en environ 3 années.

Article précédentPeau sèche en hiver : causes, traitement et plus
Article suivantComment ils régulent les niveaux de sucre dans le sang